Info

La Ligue arabe en Syrie : une visite très guidée

Représentant pour l'Europe du Conseil National Syrien (C.N.S., qui regroupe la majorité de l'opposition) et invité du journal de TV5monde, Mounzer Makhous commente la mission très controversée d'une cinquantaine d'experts de la Ligue arabe en Syrie dans le cadre d'un "plan de sortie de crise".

dans

“Les chars ont été cachés dans des écoles, les blessés transférés dans des casernes“

Les observateurs de la Ligue arabe ont pu visiter mercredi des quartiers rebelles de Homs, dans le centre de la Syrie, sur fond de craintes occidentales de voir leur mission escamotée par manque de temps ou de liberté de mouvement. Parallèlement à cette visite, les autorités syriennes ont annoncé la libération de 755 détenus "impliqués" dans le soulèvement populaire contre le régime de Bachar al-Assad qui secoue le pays depuis la mi-mars.
La mission des observateurs fait partie d'un plan de sortie de crise qui prévoit également l'arrêt des violences, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation dans le pays pour les observateurs arabes et la presse.
Ils devaient se rendre mercredi à Deraa (sud), Hama (centre), Idleb (nord-ouest) et près de Damas, des foyers de la révolte.
Ils ont également pu visiter des quartiers de Homs, un des bastions de la contestation et troisième ville de Syrie située à 160 km au nord de Damas, où ils ont rencontré des habitants, a annoncé la télévision syrienne.
Selon des militants sur place, cités par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des observateurs ont pu accéder au quartier rebelle de Baba Amro après en avoir été empêchés par des habitants en raison de la présence avec eux d'un officier de l'armée syrienne. (AFP, 28 déc 2011).

Représentant pour l'Europe du Conseil National Syrien (C.N.S., qui regroupe la majorité de l'opposition) et invité du journal de TV5monde, Monzer Makhous commente cette visite très controversée.

“Les chars ont été cachés dans des écoles, les blessés transférés dans des casernes“

Les observateurs pris à parti

Cette vidéo diffusée ce mardi 27 décembre sur YouTube montre des observateurs arabes à Homs, parmi lesquels M. Dabi, pris à partie par quelques habitants essayant de les convaincre de venir voir ce qu'il se passe dans leur quartier.

«Vous disiez au chef de la mission que nous ne pouviez pas traverser la deuxième rue à cause des tirs. Pourquoi ne nous le dites-vous pas?», hurle un homme en colère, qui empoigne un observateur par la veste. Son interlocuteur lui répond alors que seul le chef de la mission est habilité à faire une déclaration publique. Des manifestants crient aussi aux observateurs: «Nous voulons la protection de la communauté internationale!» (traduit par le site "20 minutes.fr)