Le 11 septembre vu de Palestine

Il y a 10 ans, le 11 septembre 2001, Anwar Abu Eisheh, juriste palestinien et professeur de droit public à l'Université Al Quds à Abu Dis, a mis plusieurs minutes pour comprendre ce qu'il voyait sur son écran de télé. Il a d'abord cru que c'était un film de science-fiction.

dans

Catastrophe pour la Palestine

Etant donné que je vis d’habitude dans un pays où il est difficile de rester seul, je profitais en solitaire ce jour-là de mes derniers journées de vacances en France devant la télévision lorsque j’ai vu un avion traverser un gratte-ciel. J’ai zappé croyant que c’était un film de science-fiction mais c’est la voix du speaker qui a attiré mon attention… J’ai mis de longues minutes à réaliser que c’était du direct; pendant des dizaines de minutes je ne comprenais rien, et comme cela durait je ne comprenais pas qu’il n’y ait pas d’hélicoptère, à New York, pour venir sauver ceux qui étaient prisonniers des flammes aux étages supérieurs, en leur lançant des cordes auxquelles ils auraient pu s’accrocher ! On a déjà vu cela au cinéma…

Qui avait donc pu faire cela ? Je crois que le mot Al Qaïda a été vite évoqué. Mais dans ma tête, ces gens-là, et Ben Laden en particulier, étaient de toute façon plus ou moins manipulés par la CIA.

PAIX MENACEE ?

Comme j’ai toujours la manie de réagir en fonction de la cause palestinienne, je me suis inquiété encore un peu plus pour le train de la paix qui avait démarré avec les accords d’Oslo en 1993. En effet, chez moi, on assistait déjà aux opérations kamikazes – que j’ai toujours considérées inhumaines et nocives à la cause palestinienne et à la paix.

Maudite soit cette année 2001. Les armes étaient dégainées, l’armée israélienne installait de plus en plus de barrages militaires qui rendaient la vie impossible aux Palestiniens. Sur la scène internationale, les donne avait changé, la deuxième intifada commençait, les Palestiniens étaient encore souvent catalogués de terroristes, quelles allaient être les conséquences de tout cela ? Yasser Arafat s’est adressé au peuple palestinien dans les jours qui ont suivi le 11 septembre, à la télévision et à la radio. Son message reflétait clairement l’inquiétude : il a répété trois fois : « il y aura l’avant 11 septembre et l’après 11 septembre ». Je crois qu’il a assimilé les Etats-Unis à un lion blessé qui frapperait …

Et bien entendu depuis la création de l’Etat d’Israël, notre image, celle de la lutte du peuple palestinien, a été entachée par les déclarations des dictateurs arabes - tous ont parlé en notre nom, prétendant que leur objectif était de libérer la Palestine (les Assad, Saddam Hussein, Khadafi etc…)- mais aussi par les déclarations des ayatollahs, des mollahs, des sheikhs, et –cerise sur le gâteau- par Ben Laden et les siens.

Le peuple palestinien ne les a pourtant jamais mandatés pour parler en son nom, mais il se trouve que la majorité du peuple palestinien est musulmane, comme eux… Il était donc presque naturel après le triste 11 Septembre que Bush soit  plus proche d’Ariel Sharon, qu’il soutienne encore plus Israël dans son conflit avec les Palestiniens. L’armée israélienne a eu les mains plus libres face au peuple palestinien et les colons israéliens aussi.

Je crois que la date du 11 septembre a constitué une catastrophe d’abord sur le plan humain, mais aussi pour la Palestine. Les priorités et les critères des alliances politiques ont changé, en d’autres termes les « faucons » ont connu un climat, un contexte international beaucoup plus favorable et tout cela a retardé, voire geler -sinon stopper- le processus d’une paix réelle en Palestine.