Le bar de la Place verte

dans

Un bar près de la Place Verte


Dans les rues de Tripoli, le soir après l’iftar, il est saisissant de voir comment un peu plus chaque soir la vie nocturne reprend ses quartiers. S’il y avait un bar ou deux ouverts à proximité de la Place Verte (rebaptisée Place des Martyrs) il y a trois jours, tous ont quasi rouvert en ce mardi jour de fin de Ramadan. « Vendredi çà tirait encore dans tous les sens ici ! J’ai fermé quatre jours et voulais reprendre au plus vite une vie normale. C’est important pour les gens de ne pas s’enfermer dans la peur et on a tous nos habitudes ici, surtout en période de ramadan ou les habitués se retrouvent ici ».
 
Les hommes ressortent, heureux de reprendre une vie normale, soulagés et fiers que les rebelles aient pu stabiliser la situation rapidement. Mais toutefois inquiets de l’insécurité dans la capitale, surtout le soir. « Avec toutes ces armes qui trainent, tout le monde est armé maintenant ! Quand je vois des gamins de 13 ans avec des armes et des couteaux, tout peut arriver. C’est dangereux ! » lance Zaccaria, attablé à cette terrasse.