Le Japon tourne difficilement la page de 50 ans de politique libérale

La Diète - siège du Parlement japonais<br/>
La Diète - siège du Parlement japonais
dans
Le 30 août 2009, le Japon avait tourné une page de son histoire politique : pour la première fois, à l'exception d'une parenthèse de neuf mois en 1993, le PLD, Parti libéral démocrate, qui dominait la vie de l'Archipel, cédait la place. Avec la crise, le sort réservé à des milliers de salariés précaires lâchés par les entreprises, en décembre 2008, avait profondément ému la population. Le Parti démocrate japonais, PDJ, avait compris ce rejet d'une politique ultra libérale, et quoique idéologiquement de centre gauche, il avait construit un programme faisant la part belle à une redistribution des richesses.

Son chef de file Yukio Hatoyama voulait également se rapprocher d'autres puissances asiatiques pour contrebalancer l'hégémonie américaine.

Sur le plan intérieur, il avait promis des aides familiales, des subventions à l’agriculture ou encore la gratuité de l’enseignement au lycée. Il comptait ainsi redonner aux Japonais ce sentiment d’appartenance à une société de partage proche de celle d’autrefois.

Il lui restait alors à tenter de changer le Japon, comme il l'a promis, en "faveur de la vie des gens".

Las ! Neuf mois plus tard, crédité d'une popularité désastreuse, le Premier ministre, Yukio Hatoyama, jetait l'éponge, atteint par le fiasco du déménagement de la base aérienne de Futenma sur l'île d'Okinawa (sud) et les scandales de financement occulte qui ont éclaboussé son entourage.

Issu d'une dynastie politique peu révolutionnaire, Yukio Hatoyama aura perdu en très peu de temps son état de grâce en raison de ses multiples voltes-faces, de son indécision et de ses choix contradictoires. Son successeur, Naoto Kan, un militant de gauche reconverti à la rigueur, était jusque là ministre des Finances et vice-premier ministre.

Une nouvelle ère politique ?

L'arrivée des centristes au pouvoir, une première au Japon n'aura pas résisté bien longtemps. L'évolution de la vie politique japonaise en vidéo.

Jean-Marie Bouissou, spécialiste du Japon contemporain

« Il était temps d’avoir du sang neuf et des idées nouvelles pour gouverner le Japon , nous disait en septembre 2009, ce fin connaisseur de l'Empire du soleil levant.

La deuxième puissance économique mondiale

Un demi-siècle de croissance, malgré les tumultes de la finance mondiale. Des vidéos pour tout savoir de cette économie florissante.

Un passé douloureux

Le Japon ne s'est jamais remis de son engagement durant la Seconde guerre mondiale aux côtés des nazis. Repères et vidéos pour mieux appréhender l'histoire de l'Empire du Soleil levant


Cité du monde : Tokyo

Entretiens, portraits, vidéos, reportages photographiques, sons


Dossier préparé par Christelle Magnout et Sylvie Braibant