Info

Le Royaume-Uni va-t-il dire “Goodbye“ à l'Union Européenne ?

David Cameron lors d’un discours sur l’Europe le 23 janvier 2013 à Londres ©AFP
David Cameron lors d’un discours sur l’Europe le 23 janvier 2013 à Londres ©AFP

Dans un discours attendu, le Premier ministre britannique David Cameron a promis d'organiser un référendum d'ici à 2017 sur le maintien ou non du pays dans l'Union européenne. Une promesse qui comporte néanmoins beaucoup de "si", entre autres la réélection de Cameron en 2015 et la renégociation de l'accord entre le Royaume-Uni et l'Europe.

dans

“Ce référendum est un pari très risqué pour Cameron“

Décryptage avec Sophie Pedder, correspondante à Paris pour “The Economist“

Quelle est votre réaction ?

La déclaration de David Cameron n'est pas surprenante. Cela fait des mois que ce discours était prévu et on savait déjà ce qu'il allait dire. Maintenant, je pense que c'est un choc sur le continent européen.

Pourquoi cette déclaration ?

Je ne crois pas que Cameron soit profondément eurosceptique. En revanche dans son parti [conservateur], les eurosceptiques représentent aujourd'hui un courant important. Par ailleurs, à droite, le nouveau parti UKIP prône l'indépendance du Royaume-Uni et la sortie de l'Europe. Tout cela met le Premier ministre sous pression.

Cependant, Cameron n'est pas non plus europhile. Il voit l'intérêt pour son pays et son parti de rester dans l'UE mais à la seule condition d'une renégociation de l'accord qui les lie. Je pense qu'il sous-estime la difficulté d'une telle renégociation.

C'est donc un immense pari très risqué pour le Premier ministre britannique, car je ne pense pas qu'au fond de lui il souhaite que son pays quitte l'UE.

Effectivement, la première réaction des partenaires européens est plutôt négative...Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a déclaré qu'"on ne pouvait pas faire une Europe à la carte".

Et pourtant c'est la conception que les Britanniques ont depuis longtemps de l'Europe ! Ils ne sont pas dans la zone euro par exemple, ou dans l'espace Schengen. Mais je comprends la réaction des partenaires européens. Adopter un nouveau traité européen est très compliquée en France, alors l'idée d'un nouveau traité et d'un nouvel accord avec le Royaume-Uni, ça devient très délicat !

Ce n'est pas non plus dans l'intérêt de l'Europe de laisser le Royaume-Uni partir. Pour prendre un exemple récent, sur le plan de la Défense, on a vu le soutien rapide de David Cameron à la France sur l'intervention au Mali

Le Royaume-Uni peut-il vraiment quitter l'Europe ?

Il y a tellement de "si" ! D'abord on ne sait même pas si le Parti conservateur sera réélu en 2015. Ensuite, il n'est pas assuré que David Cameron puisse renégocier la relation du Royaume-Uni avec l'Europe. Si cette renégociation n'a pas lieu, on ne sait pas si le référendum aura lieu, Cameron n'a rien dit à ce sujet. Enfin, l'opinion publique, actuellement eurosceptique selon les sondages, votera-t-elle la sortie de l'UE dans cinq ans ? Rappelez-vous, le 5 juin 1975, la population a été consultée sur le maintien du Royaume-Uni dans la Communauté européenne. Les sondages prédisaient le "non" et c'est le "oui" qui l'a emporté !
Le vrai problème posé par ce discours, c'est qu'il complique les relations diplomatiques entre le Royaume-Uni et les partenaires européns et cela pendant les deux ans à venir, avant les élections britanniques de 2015.