Info

Les Chroniques québécoises de Catherine François

dans

Compassion et dignité

Robert Latimer, qui vient de sortir de prison, a donné une entrevue à Radio-Canada.
Robert Latimer, qui vient de sortir de prison, a donné une entrevue à Radio-Canada.
Il s’appelle Robert Latimer et son nom restera à jamais gravé dans l’histoire canadienne comme étant celui d’un père qui a mis fin aux jours de sa fille très lourdement handicapée. C’était en 1993 et le cas a été exemplaire dans le dossier extrêmement délicat de l’euthanasie.

Alors que le Québec se penche en ce moment sur ces questions avec la tenue d’une Commission d’audiences publiques à l’Assemblée nationale intitulée le « droit de mourir dans la dignité », Robert Latimer vient de refaire surface dans l’actualité canadienne en acceptant de donner une entrevue télévisée à une de mes collègues de Radio-Canada, l’animatrice Anne-Marie Dussault.

UN GESTE DE COMPASSION

Tracy avait 12 ans quand son père a mis fin à ses jours en l’asphyxiant avec du monoxyde de carbone. Atteinte de paralyse cérébrale, elle ne pouvait ni parler ni marcher ni se nourrir. Un calvaire enduré pendant des années, une souffrance indicible à laquelle son père a voulu mettre fin. C’est ce qu’il a expliqué lors de son procès hautement médiatisé au terme duquel il a été condamné pour meurtre et envoyé en prison.

Aujourd’hui encore, Robert Latimer le répète : c’était la seule chose à faire… Il n’a aucun regret et s’il fallait poser le même geste, pourtant si difficile, il le poserait sans l’ombre d’une hésitation. Pour lui, sa fille vivait une véritable torture, elle était rendue là, elle ne pouvait pas en subir davantage.

SURVEILLE DE PRES

Robert Latimer, qui était fermier dans la province de la Saskatchewan, dans l’ouest du pays, vient d’obtenir une libération conditionnelle après toutes ces années passées en prison, mais cette libération est assortie de conditions extrêmement restrictives qu’il qualifie d’abusives. Par exemple, il est toujours condamné à la prison à vie et il n’est pas libre de ses mouvements puisqu’il ne peut pas aller plus loin que 75 km en dehors de chez lui. En comparaison, Karla Homolka, une Canadienne qui a été condamnée pour les meurtres sordides de deux adolescentes avec son ex-mari Paul Bernardo (un cas tristement célèbre dans les annales judiciaires canadiennes) et qui vient elle aussi de sortir de prison, est maintenant totalement libre et elle peut aller où bon lui semble. Un « deux poids, deux mesures » qui semble n’avoir aucun sens. Il y a meurtrier… et meurtrier…

Robert Latimer en veut d’ailleurs beaucoup au système judiciaire canadien. Il déplore de ne pas avoir eu de procès devant jury et il porte un jugement très sévère sur les juges, procureurs et témoins qui ont été impliqués dans son dossier, « une bande de mauvaise de mauvaises personnes religieuses, arrogantes et préoccupées par la rectitude morale. Ils ne se sont jamais souciés de Tracy ni de souffrance », a-t-il confié à Anne-Marie Dussault.

L’histoire de Robert Latimer et de sa fille Tracy est donc un exemple dans ce débat sur l’euthanasie qui est loin d’être réglé ici… Il faudra voir ce qui va sortir des audiences en cours au Québec sur le droit de mourir dans la dignité, comment le gouvernement va prendre en considération toutes les opinions présentées lors de ces audiences et rédiger une loi qui encadrerait ces pratiques. Robert Latimer, lui, se félicite de la tenue de ce débat et il souhaite, par exemple, que la notion de meurtre par compassion puisse un jour faire son entrée dans les tribunaux du pays. Ce serait peut-être, effectivement, un bon premier pas…

Dans la cabane de Catherine François au Canada

Que se passe-t-il dans le « plus beau pays du monde » - comme aimait le définir l’ex premier ministre du Canada Jean Chrétien - ? Correspondante depuis maintenant deux ans de TV5 Monde au Canada - en poste à Montréal - je vous propose dans ces carnets de suivre l’actualité de cet immense pays, baigné d’un océan à l’autre, avec toutefois un éclairage braqué plus spécifiquement sur le Québec, la province où vit la majorité francophone… je veux, dans ces carnets que je vous offrirais sur une base régulière, vous présenter ce qui fait les grands titres de la presse d’ici et vous parler de sujets d’actualité dont je ne parle pas forcément dans les reportages que je produis pour TV5 Monde. Cette nouvelle tribune me donnera aussi l’occasion de revenir plus en détails sur certains de ces reportages et de vous narrer des anecdotes de tournage quand j’en aurais – il y en a souvent - Bref, de quel bois se chauffe ma « cabane au Canada » ? Vous le saurez en venant consulter régulièrement ces pages…