Info

Les Chroniques québécoises de Catherine François

dans

L'électrochoc : des élections historiques au Canada

Stephen Harper, en conférence de presse le mardi 3 mai 2011
Stephen Harper, en conférence de presse le mardi 3 mai 2011
Le Canada s’est réveillé ce matin un peu comme un serpent qui vient de finir sa mue … le paysage politique du pays vient d’être radicalement transformé par ce scrutin que l’on annonçait pourtant sans surprise et qui en a, au contraire, réservé plusieurs… à un point que plusieurs estiment que le pays ne sera plus jamais le même…

Pari gagné

C’était tout un défi mais il l’a remporté… le chef du Parti conservateur Stephen Harper a gagné son pari de remporter ces élections AVEC une majorité à la Chambre des Communes, cette majorité dont les Conservateurs rêvent depuis qu’ils ont pris le pouvoir en janvier 2006, après deux gouvernements minoritaires. Les troupes conservatrices, dont la base se trouve dans l’ouest du pays mais qui ont fait des gains importants en Ontario, ont maintenant les coudées franches pour appliquer leur VRAI programme… des peines plus sévères pour les jeunes délinquants, l’abolition du registre des armes à feu dans le pays, le droit à l’avortement peut-être aussi, même si durant la campagne Stephen Harper a promis de ne pas rouvrir le débat. Un programme très conservateur donc, qui fait trembler tous ceux et celles qui n’ont pas voté pour les Conservateurs. En tous cas lundi soir, on n’avait jamais vu Stephen Harper aussi souriant et enjoué, lui plutôt si réservé voire homme de glace… Il savourait son triomphe, visiblement…

Le tsunami orange

Les Conservateurs auront donc sur leur chemin à la Chambre des communes à Ottawa les députés du Nouveau Parti Démocratique, le NPD, le parti du très populaire Jack Layton qui va former l’opposition officielle. Une victoire historique ! Les sondages des deux dernières semaines ne se sont pas trompés : la vague orange ( la couleur officielle du parti ) a bel et bien déferlé sur le Canada, elle a même pris la force d’un tsunami au Québec, balayant sur son passage le Bloc québécois, le parti souverainiste qui défend depuis 20 ans les intérêts du Québec à Ottawa … de 47 députés bloquistes qui siégeaient au Parlement, seulement quatre retourneront à Ottawa. Le Bloc québécois est quasiment rayé de la carte électorale du Québec, à un point tel que certains s’interrogent même sur sa survie. Ce n’est plus une défaite, c’est un lessivage, une débandade… même le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a perdu son siège qu’il détenait à Montréal depuis 20 ans ! C’est vous dire… Il a d’ailleurs annoncé lundi soir, les larmes aux yeux, qu’il démissionnait. Personne n’aurait pu envisager un tel scénario… on prévoyait que la percée néo-démocrate allait faire perdre des plumes au Bloc québécois, mais pas à ce point !

Le Québec sera peu - ou pas - représenté au sein du prochain gouvernement conservateur car seuls six députés conservateurs ont été élus. Or c’est quand même la deuxième province en importance au pays. Et les intérêts des Québécois à Ottawa seront maintenus défendus par 59 députés néo-démocrates dont certains n’ont aucune expérience politique. Le NPD va avoir du pain sur la planche pour former tout ce beau monde aux joies de la politique parlementaire…

Victoire historique pour Jack Layton et le NPD : la vague orange a déferlé sur le Canada
Victoire historique pour Jack Layton et le NPD : la vague orange a déferlé sur le Canada
La défaite historique

L’autre grand perdant de ce scrutin, c’est le Parti libéral du Canada… En perdant la moitié de ses députés, cette formation, qui est pourtant celle qui a le plus dirigé le Canada, subit sa pire défaite de tous les temps. Son chef, Michaël Ignatieff, qui faisait ici sa première campagne électorale, vient à son tour de présenter sa démission après avoir offert de rester. Les Libéraux ne sont pas réputés pour leur magnanimité envers leur chef qui ne les conduit pas à la victoire. Michaël Ignatieff n’échappe donc pas à la règle. Ce scrutin aura aussi été sanguinaire : deux têtes ont roulé…

Un nouvel échiquier politique

Je le disais dans mon carnet précédent, l’axe droite-gauche vient de reprendre tout son sens au Canada, avec d’un côté, une droite très conservatrice au pouvoir pour les quatre prochaines années et, de l’autre, une opposition officielle formée par un parti de centre gauche. Un échiquier politique complètement redessiné donc qui annonce un avenir politique passionnant à Ottawa…


Dans la cabane de Catherine François au Canada

Que se passe-t-il dans le « plus beau pays du monde » - comme aimait le définir l’ex premier ministre du Canada Jean Chrétien - ? Correspondante depuis maintenant deux ans de TV5 Monde au Canada - en poste à Montréal - je vous propose dans ces carnets de suivre l’actualité de cet immense pays, baigné d’un océan à l’autre, avec toutefois un éclairage braqué plus spécifiquement sur le Québec, la province où vit la majorité francophone… je veux, dans ces carnets que je vous offrirais sur une base régulière, vous présenter ce qui fait les grands titres de la presse d’ici et vous parler de sujets d’actualité dont je ne parle pas forcément dans les reportages que je produis pour TV5 Monde. Cette nouvelle tribune me donnera aussi l’occasion de revenir plus en détails sur certains de ces reportages et de vous narrer des anecdotes de tournage quand j’en aurais – il y en a souvent - Bref, de quel bois se chauffe ma « cabane au Canada » ? Vous le saurez en venant consulter régulièrement ces pages…