Info

Les mères porteuses, une réalité en Belgique

Les mères porteuses en débat en France © AFP
Les mères porteuses en débat en France © AFP

Honnie en France par la manif pour tous, la gestation pour autrui est bien pratiquée en Belgique. Aucune loi ne l'autorise clairement, pourtant, rien n’interdit les mères porteuses. Dans quel cadre cela se pratique-t-il ?

dans
En France, 70 000 personnes selon la police sont descendues dans la rue hier pour manifester contre la procréation médicalement assistée (PMA), contre la gestation pour autrui et contre le genre. Une organisation dans la lignée des nombreuses manifestations contre le mariage homosexuel. Rien de tout cela chez nous. En Belgique, une loi a fixé sans grand bruit, en 2007, les conditions éthiques d’accès à la PMA.

Si aucune loi, en Belgique n’autorise la gestation pour autrui, aucun texte ne l’interdit. C’est pourquoi elle est pratiquée dans notre pays sur base de cette loi de 2007 sur la procréation médicalement assistée et sur la législation sur l’adoption.

Quatre hôpitaux ont développé une expertise dans la gestation pour autrui : le Centre Hospitalier Régional de la Citadelle à Liège, les hôpitaux universitaires de Gand et d’Anvers et l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles.


Une famille présente lors de la Manif pour tous dans l'Hérault (France) le 14 septembre 2014 ©APF
Une famille présente lors de la Manif pour tous dans l'Hérault (France) le 14 septembre 2014 ©APF
Des nombreux garde-fous

Le centre de procréation médicalement assistée de Saint-Pierre précise sur son site internet que l’on peut avoir recours à une mère porteuse, quand on n’a pas d’utérus, quand on a un utérus non fonctionnel ou qu’on est dans un état de santé incompatible avec une grossesse. La limite d’âge pour la mère intentionnelle (qui ne porte pas l’enfant) est celle de la fécondation in vitro (FIV), à savoir 43 ans. Quant à la mère porteuse, elle doit avoir moins de 40 ans.

"Les centres qui pratiquent ces traitements ne le font qu’à partir du moment où le comité d’éthique a donné son feu vert, explique Petra De Sutter, chef du service de médecine de la reproduction à l’Hôpital universitaire de Gand. On est très prudents dans le screening de la mère porteuse pour éviter tout problème."

Les couples qui font la demande d’une gestation pour autrui et la mère porteuse passent par un filtre médical et psychologique. A Gand, ce screening dure près de 6 mois. "Et nous ne faisons que des fécondations in vitro. Nous n’utilisons jamais les ovocytes de la mère porteuse, qui n’est donc pas du tout la mère génétique de l’enfant. On réduit ainsi les risques que la mère porteuse refuse d’abandonner l’enfant et de le laisser adopter par les parents."

Le but est aussi d’éviter toute commercialisation. Quand il y a gestation pour autrui en Belgique, l’acte n’est jamais rémunéré et concerne uniquement des belges. On évite ainsi le tourisme des mères porteuses.

Peu de gestations pour autrui

"Dans notre centre il y en a 5 à 10 par an, ajoute Petra De Sutter. Vous imaginez bien que quand il faut 6 mois de screening pour qu’on accepte, certains se découragent. Il y a très peu de couples qu’on peut aider."

De plus, la gestation pour autrui n’est offerte par ces centres qu’aux femmes qui n’ont pas d’utérus, ou alors, depuis 3 ans, à Gand, aux couples homosexuels masculins. "Pour eux, c’est encore plus compliqué, car ils doivent aussi apporter un ovocyte."

Au final, la moitié des demandes sont rejetées.



>> Retrouvez l'article sur le site de notre partenaire la RTBF.