Marine Le Pen, portrait en creux

Marine le Pen, le 18 novembre 2016.
Marine le Pen, le 18 novembre 2016.
(AP Photo/Michel Euler)

Marine le Pen se qualifie pour le second tour de l'élection présidentielle 2017 en France. Cette avocate de formation s'emploie à présenter le Front National comme un parti débarrassé de ses vieux démons racistes et antisémites.  Revoici le récit d'un parcours politique aux multiples rebondissements, publié initialement le 26 mars 2017.
 

dans
 Marion Anne Perrine Le Pen est née le 5 août 1968, à Neuilly-sur-Seine. Elle est la cadette des trois enfants de Jean Marie Le Pen et Pierrette Lalanne. Marine Le Pen
Marine Le Pen enfant
Marine Le Pen enfant
(DR)
fréquente l'école publique: "Tant qu'à subir un enseignement communiste", assure leur père, Jean-Marie, "autant le faire sans la caution de la religion catholique".
Lors de ses études de droit, à l'université Panthéon-Assas, l'étudiante adhère au Cercle national des étudiants de Paris, un mouvement proche du Front national. Dès lors, on la retrouve régulièrement aux côtés de son père lors d'apparitions publiques.
 

En mars 1985, elle confie à un journaliste du Monde : "Demain, il y aura la queue devant le Front national pour les adhésions ; c'est devenu un des plus grands partis de France, parce que le PC..." Et si le journaliste évoque les soupçons de torture qui pèsent sur son père, elle rétorque : "C'est horrible. Je sais que ce n'est pas vrai. Bien sûr que je réagis quand j'entends des choses comme ça. Mais on s'y attendait. Ils ont tout essayé. Ils ont essayé Pordea. [M. Gustave Pordea, député au Parlement européen, accusé par le Matin de Paris d'être un agent de la Roumanie ndlr ], puis, évidemment, comme papa a fait l'Indochine et l'Algérie, on l'a traité de nazi, de tortionnaire. Cela devient ridicule. Ils devraient s'arrêter !" .

Pas touche au papa !  Marine Le Pen ne supporte pas qu'on puisse mettre en cause son père. Un jour d'avril 2004, elle s'exclamera sur le plateau de TF1 : "On naît la fille de Le Pen, on meurt la fille de Le Pen. C'est l'homme de ma vie. Il a construit la femme que je suis !"

Marine Le Pen, avocate. Elle a prêté serment le 22 janvier 1992 à la cour d'appel de Paris, en présence de son père.
Marine Le Pen, avocate. Elle a prêté serment le 22 janvier 1992 à la cour d'appel de Paris, en présence de son père.
(DR)

Sur l'eau avec le Général Cambronne


L'Indochine ! L'Algérie ! Qu'en a-t-elle entendu parler au cours de son enfance ! Jusque pendant les vacances. C'était l'époque heureuse où toute la famille embarquait sur le Général Cambronne, le bateau paternel, un langoustier de 17 mètres reconverti pour les plaisirs nautiques. Le navire comptait parmi ses hommes d'équipage un certain Olivier de Kersauzon, alors adolescent. C'était, on peut l'imaginer, l'occasion de refaire le monde et l'occasion d'évoquer l'époque guerrière où, forcément, les souvenirs abondent.

Jean-Marie Le Pen sous les drapeaux en 1954
Jean-Marie Le Pen sous les drapeaux en 1954
(DR)

En 1954, Jean-Marie le Pen était sous-lieutenant dans le 1er bataillon étranger de parachustiste, puis, deux ans plus tard, en octobre 1956, on le retrouve comme chef de section à la bataille d'Alger et officier de renseignements.  Celui qui fut l'un des plus jeunes députés de France, à l'âge de 27 ans, a-t-il ou non torturé ? Dans le journal Combat, en novembre 1962, on peut lire ces propos : "Je n'ai rien à cacher. Nous avons torturé parce qu'il fallait le faire. Quand on vous amène quelqu'un qui vient de poser vingt bombes qui peuvent exploser d'un moment à l'autre et qu'il ne veut pas parler, il faut employer des moyens exceptionnels pour l'y contraindre" .(...) puis, cette mise au point dans le même journal  le lendemain : "Les méthodes de contrainte utilisées pour démanteler les réseaux terroristes FLN, qui s'attaquaient exclusivement à la population civile dans le but d'y faire régner la terreur, n'ont, dans les unités que j'ai personnellement connues, jamais pu être assimilées à des tortures."

L'explosion du 1er novembre 1976

Marine le Pen sait que son père compte de fidèles soutiens. Elle apprend également à ses dépends que ses ennemis n'hésitent pas à employer les grands moyens pour exprimer leur haine envers lui. Ainsi, lors de la nuit de la Toussaint, le 1er novembre 1976, dans leur immeuble du 9 avenue Poirier (Paris, 15ème arrondissement), une charge de 20 kg d'explosifs souffle le bâtiment où elle se trouve en famille. 

Reportage sur l'attentat à l'explosif contre Jean-Marie Le Pen en 1976

Miraculeusement, cet attentat — jamais revendiqué —  ne fera que des blessés légers. Douze appartements ont été détruits. Le Parisien titrera : "Le miracle de la Toussaint". Dans son autobiographie, "A contre flots", Marine le Pen écrit le véritable impact de cet attentat : "Il a fallu cette nuit d'horreur pour que je découvre que mon père faisait de la politique. Et c'est là, à l'âge des poupées, que je prends conscience de cette chose terrible et incompréhensible pour moi : mon père n'est pas traité à l'égal des autres, nous ne sommes pas traités à l'égal des autres".

Mais est-ce un acte vraiment un acte contre la politique de son père ? Une enquête menée par France 2 rencontre le détective privé, Antoine Méléro, alors engagé par l'avocat de Jean-Marie Le Pen afin de connaître la vérité sur le ou les commanditaires de cet attentat. Le détective, qui retrouvera l'artificier poseur de bombe,  est formel : "C'était à 100 % une affaire de vengeance, suite à un récent héritage".
L'héritage en question est celui de Hubert Lambert.

L'argent de Hubert Lambert

Le 27 septembre 1976, à l'âge de 42 ans, meurt d'une cirrhose Hubert Lambert, militant d'extrême-droite ... et millionnaire. Il a légué sa fortune à Jean-Marie le Pen qui l'avait nommé membre du comité central du Front national. Dans son ouvrage, A contre flots, Marine le Pen indique que cet homme jeune, alcoolique, ne s'est jamais remis du décès de sa mère survenu quelques mois plus tôt.

Hubert Lambert (1934-1976). En 1958, le journal  <em><a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Monde" title="Le Monde">Le Monde</a></em>  le définiera comme un "théoricien fort lié aux néo-fascistes italiens et qui rêve de devenir un nouveau Drieu La Rochelle "
Hubert Lambert (1934-1976). En 1958, le journal  Le Monde  le définiera comme un "théoricien fort lié aux néo-fascistes italiens et qui rêve de devenir un nouveau Drieu La Rochelle "
(DR)

Elle précise : "Vivant dans une totale fusion avec sa mère, Hubert Lambert n'a en effet pu supporter le chagrin causé par ce décès. Il se laisse littéralement mourir dans la maison de Montretout où ils vivaient tous les deux. Il refusera même de se faire hospitaliser".

Le testament sera contesté par un cousin, Philippe Lambert, mais un accord sera finalement trouvé. La famille Le Pen conservera la maison de Montretout à Saint-Cloud et les deux tiers de la fortune d’Hubert Lambert, estimée à environ 100 millions de francs. Le dernier tiers sera pour le cousin du défunt. Avec cet argent, l'avenir prend quelques couleurs encourageantes. Celle qui se veut la représentante des petites gens, des sans voix, des floués et des opprimés ne connaîtra jamais des fins de mois difficiles.

Pourquoi maman pose dans Play-Boy ?

Quel rapport Marine entretient-elle avec sa mère, Pierrette ? Dans son autobiographie, elle écrit : "Le couple passait avant les enfants : elle était d'abord la femme de Jean Marie Le Pen et après seulement la mère de Marie-Caroline, de Yann et de Marine". Pour comprendre l'origine de ces mots un peu acides, il faut sans doute remonter au 10 octobre 1984.
Pierrette le Pen et Jean Marcilly sur le plateau de Thierry Ardisson en 1988
Pierrette le Pen et Jean Marcilly sur le plateau de Thierry Ardisson en 1988
(capture écran Ina)

Ce jour-là, sa mère quitte sans prévenir le domaine de Montretout avec Jean Marcilly, chargé d'écrire une biographie sur... Jean-Marie Le Pen.
Abandon de domicile conjugal.
En guise de bagages, son sac à main et quelques affaires.
Le choc est terrible pour les filles Le Pen. Comme le père refuse tout espèce d'arrangement, notamment financier, Pierrette Le Pen se répand auprès des journalistes. Elle menace de faire des révélations scandaleuses sur la fortune de son mari. Le linge sale promet d'être lavé en public. Son avocat est le très médiatique  Gilbert Collard, qui sera en 2012 le Président du comité de soutien de Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle de 2012.
Mais le clan Le Pen réagit.
 
Le 6 janvier 1986, les trois filles Le Pen (Marie-Caroline, 25 ans, Yann, 22 ans, et Marine, 17 ans) signent un communiqué solidaire avec le chef de famille :  "Nous témoignons que les allégations de notre mère sont un tissu d'affabulations calomnieuses. (...) Face à ces attaques, notre père a conservé une attitude stoïque et digne, au risque de laisser beau jeu à ses ennemis. Nous lui exprimons publiquement notre admiration et notre amour."
Mais l'affaire n'en reste pas là.

En avril 1987, Le Pen accorde une interview au magazine Playboy. Dans ce magazine érotique, le patron du FN indique qu'il n'y a rien d'infamant à faire des ménages quand on a besoin d'argent. Pierrette le prend au mot. En guise de droit de réponse, elle pose au trois quart nue, vêtue d'un simple tablier de soubrette. A l'Assemblée nationale, où Le Pen a été élu en 1986, les députés se gondolent, et avec eux, la France entière. Pour Marine, le choc est rude. Elle mettra une quinzaine d'années avant de reprendre contact avec sa mère.

"GénérationS Le Pen ?"

Au plan politique, elle a déjà un nom.
Reste à se faire un prénom.
Sa première candidature, elle la formule lors des législatives de 1993 en tentant de ravir sa circonscription parisienne à Bernard Pons. Elle remportera 11 % des suffrages. Cinq ans plus tard, elle parvient à se faire élire conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais, sur la liste de Carl Lang. Elle prend ensuite la tête de l'association Génération Le Pen, qu'elle rebaptise GénérationS Le Pen. Un "s" pour
Marine Le Pen et Vladimir Poutine le  24 mars 2017
Marine Le Pen et Vladimir Poutine le  24 mars 2017
(capture écran images télévision russe)
sortir des vieux cercles historiques du Parti. L'ambition affichée est en effet de "dédiaboliser" l'image du Front national. Désormais, fini (ou presque) les dérapages verbaux incontrôlés lors de prises de parole, sur Facebook ou Twitter.

Le père, poussé doucement vers la sortie, se débat mais il intronise Marine vice-présidente du FN et la place au comité exécutif du parti. En 2004, la liste frontiste obtient 5,39% des voix aux élections européennes. Voici Marine, tête de liste FN en Ile-de-France, propulsée au Parlement européen. Elle sera réélue eurodéputée en 2009 dans le Nord-Ouest. Mais sa vraie victoire, sa consécration, elle l'obtient le 16 janvier 2011, au Congrès de Tours :  Marine Le Pen remporte la succession de son père avec 67,65% des voix, face à Bruno Gollnisch.

Un programme nouveau ou simple maquillage ?

Avec son arrivée à la tête du parti, Marine Le Pen propose-t-elle vraiment quelque chose de nouveau ? Beaucoup de journalistes politiques s'interrogent. Et si tout cela n'était qu'un maquillage censé faire illusion ? Comme son père, elle continue de dénoncer l’immigration, présenté comme le problème numéro 1 en France. Elle affirme que cette "invasion" étrangère verra, à terme, "le  remplacement pur et simple de la population française par les immigrés" . Elle tempête sur "l'islamisation rampante" de la société et propose la "priorité nationale à l’emploi". Lors du débat du 20 mars, elle précisera : "Il est aussi urgent de remettre en place l’intégrité du territoire (…), pour lutter contre les filières des fondamentalistes islamistes qui pullulent et représentent pour les Français un danger absolument majeur."

Outre une sortie de l'euro, elle veut créer une taxe sur l’embauche des salariés étrangers censée rapporter 2 milliards d’euros par an. Si elle était élue, elle mettrait en place une taxe de 3 % sur les produits importés, qui ramènerait, selon elle, près 15 milliards d’euros chaque année. A cette heure, selon tous les sondages (fluctuants par nature), Marine Le Pen, visée par plusieurs affaires concernant des emplois présumés fictifs d’assistants au Parlement européen, serait au deuxième tour de l'élection présidentielle face à Emmanuel, Macron, l'ancien ministre de l'économie.