Info

Médecine : voyager dans le corps humain, quand la réalité dépasse la fiction

Le professeur Sylvain Martel, directeur du laboratoire de nanorobotique, Polytechnique Montréal.
Le professeur Sylvain Martel, directeur du laboratoire de nanorobotique, Polytechnique Montréal.
©C.François/Radio Canada

Au Québec, le professeur Sylvain Martel a mis au point avec son équipe des agents nano-robotiques capables de circuler dans les vaisseaux sanguins et de délivrer directement des doses de médicaments dans une tumeur. Cette avancée médicale est porteuse d'espoir pour la lutte contre le cancer. 

dans

Il y a 50 ans, un film racontait la folle aventure d’une équipe de chercheurs réduits à une taille microscopique pour explorer le corps humain. « Le voyage fantastique » a marqué les esprits sauf que la fiction est maintenant dépassée par la réalité grâce aux travaux du professeur Sylvain Martel, un Québécois directeur du laboratoire de nano-robotique de Polytechnique Montréal.
 

Dans le laboratoire de Sylvain Martel.
Dans le laboratoire de Sylvain Martel.
©C.François/Radio Canada


Il a réussi, avec son équipe, à mettre au point des agents nano-robotiques capables de circuler dans les vaisseaux sanguins et de délivrer directement des doses de médicaments dans une tumeur. Une découverte saluée par la communauté scientifique du monde entier qui est porteuse d’espoir dans la lutte contre ce fléau qu’est le cancer. 
 

Des bactéries comme moyen de transport

Depuis longtemps, les scientifiques et les médecins essaient de trouver des solutions pour pouvoir aller s’attaquer directement à une tumeur afin d’éviter que les substances nocives de la chimiothérapie soient libérées dans tout le corps, perdant ainsi de son efficacité thérapeutique tout en affaiblissant le malade.

Le professeur Sylvain Martel planche sur cette problématique depuis 15 ans. Et ses recherches viennent d’aboutir sur le développement de ces agents nano-robotiques. « On a trouvé un système de transport qui fournit des solutions, un genre de camion dans le fond, permettant d'aller directement du point A au point B, exactement dans la région où on va avoir cette efficacité thérapeutique optimale », explique Sylvain Martel.

Représentation de l'agent nano-robotique allant libérer sa dose de médicament dans la tumeur.
Représentation de l'agent nano-robotique allant libérer sa dose de médicament dans la tumeur.
©C.François/Radio Canada


« On a été chercher dans la nature, raconte Sylvain Martel. On a essayé de trouver un micro-organisme qui est une forme de bactérie, sans danger pour l’organisme, pourvu des bonnes caractéristiques, les bonnes dimensions et de senseurs d'oxygènes afin de repérer les zones où il manque de l’oxygène – une des caractéristiques des tumeurs – et on leur attache des médicaments. Si on injecte ces bactéries-là dans le corps humain, il ne se passe absolument rien mais si on les met dans cette plateforme interventionnelle unique au monde qu'on a développée ici avec un ordinateur qui contrôle les champs magnétiques, on peut leur faire faire n'importe quoi. »
 
Ces bactéries chargées d’une dose médicamenteuse sont donc littéralement téléguidées, tel un missile, directement sur la tumeur. Ce serait donc une thérapie très efficace qui permettrait aussi d’agir directement dans la zone de la tumeur où se développent les métastases. 
 

Une découverte porteuse d'espoir dans la lutte contre le cancer

Cet été, l’équipe du professeur Martel n’était pas peu fière de présenter les résultats des essais qu’elle a menés sur des souris à qui on a injecté des tumeurs colorectales. Ces tests ont été concluants et ont prouvé que le processus était sans danger pour l’organisme. 

Voici à quoi ressemble la bactérie agent nanorobotique
Voici à quoi ressemble la bactérie agent nanorobotique
©C.François/Radio Canada
« La prochaine étape, précise Sylvain Martel, maintenant qu'on a une idée de la dose qu'il faut injecter de médicaments, c'est de refaire les injections sur des primates qui sont un modèle plus près des humains, et puis on pourra penser à faire des premiers tests sur des patients humains. » 
 
Le professeur dit qu’il a déjà une liste d’attente de patients qui acceptent d’être des cobayes et qu’il reçoit énormément de courriels de gens qui veulent en savoir plus sur ces travaux et qui se disent prêts à l’aider dans ses recherches.
 
« On a des ingénieurs, des scientifiques et des médecins qui sont extrêmement motivés, on est prêt à faire ces tests le plus tôt possible, on a les protocoles prêts, on est prêt à y aller, dès qu'on a le feu vert. On sait que ça fonctionne, ça, il n’y a aucun doute... », conclut Sylvain Martel. 
 
Qui aurait dit que 50 ans plus tard, le concept de voyager dans le corps humain développé dans le film « Le voyage fantastique » pourrait devenir réalité ? Maintenant que le moyen de transport a été inventé, on peut aussi imaginer que cette technique d’agents nano-robotiques pourrait aussi servir à traiter d’autres maladies comme le Parkinson et l’Alzheimer. Une des techniques de la médecine de demain, sans l’ombre d’un doute…

Plateau 64' Professeur Sylvain Martel
Le professeur Sylvain Martel, invité du grand angle du 64, répond aux questions de Xavier Lambrechts