Info

“Nous devons être des indignés linguistiques !“

Abdou Diouf à l'ouverture du forum lundi (Photo FMLF12)
Abdou Diouf à l'ouverture du forum lundi (Photo FMLF12)

Cette petite phrase a été lâchée comme une bombe lundi par Abdou Diouf, le secrétaire général de la Francophonie, lors de la cérémonie d’ouverture du premier Forum de la langue française à Québec. Une petite phrase qui a fait pas mal de bruit et qui, depuis, marque l’esprit des débats qui se poursuivent  ici dans la capitale québécoise au sein de ce Forum…

dans
Abdou Diouf a pourtant dû quitter précipitamment le Forum mardi pour des raisons privées, un cas de force majeure dont il s’est dit bien désolé, lui qui tenait tant à cet événement dont il a été l’initiateur. Il disait même à un de ses proches collaborateurs qu’il comptait aller dans de nombreux ateliers écouter ce que les jeunes avaient à dire, qu’il allait « se faire tout petit pour passer le plus inaperçu possible », un commentaire qui prête à sourire quand on sait qu’il mesure plus de 6 mètres – c’est l’homme le plus grand que j’ai jamais interviewé de ma vie ! Sa présence au Forum a peut-être été éclair, mais elle aura été marquante, parce que l’expression « indignés linguistiques » restera dans les mémoires à n’en pas douter…

Le maire de Paris Bertrand Delanoë et le Premier ministre québécois Jean Charest (Photo FMLF12)
Le maire de Paris Bertrand Delanoë et le Premier ministre québécois Jean Charest (Photo FMLF12)
Bertrand Delanoë, un passage remarqué

Un autre participant a fait un passage remarqué au Forum, il s’agit de Bertrand Delanoé. En plus d’un discours vibrant lundi après-midi en faveur d’une langue française ouverte sur le monde et sur les autres cultures afin d’assurer son avenir, le maire de Paris a tenu à rencontrer les leaders des associations étudiantes qui mènent  le conflit entre le gouvernement du Québec et les étudiants, un conflit qui dure depuis la mi-février. Si cette rencontre, qui s’est tenue mardi après-midi,  a fait le bonheur des étudiants, elle a fait grincer quelques dents ici. Bertrand Delanoë s’est défendu en disant que ce n’est pas parce qu’il a voulu faire la connaissance de ces jeunes qu’il prend position en leur faveur, il dit même en avoir ouvertement discuté avec le premier ministre Charest. Pour les étudiants, cette rencontre et le Forum sont l’occasion de venir plaider leur cause devant les caméras qui se sont pas mal détournées d’eux ces dernières semaines.. On croise d’ailleurs de nombreux  participants du Forum qui portent le carré rouge, ce symbole de la lutte étudiante québécoise. Deux jeunes Belges sont venus expressément me voir pour me dire qu’ils soutenaient leurs confrères québécois et j’ai aussi rencontré des étudiants qui distribuaient les fameux carrés rouges à qui en voulaient dans les couloirs du Centre des Congrès où se tient le Forum.

Comment développer le poids économique des pays de l'espace francophone ? (Photo FMLF12)
Comment développer le poids économique des pays de l'espace francophone ? (Photo FMLF12)
L’économie, le travail, la formation

Un Forum qui a eu une journée chargée ce mardi avec des conférences et des ateliers qui portaient sur l’économie, le travail et la formation. C’est une des thématiques qui tenaient particulièrement à cœur aux organisateurs car on aborde rarement ce genre de questions dans les rencontres et les sommets de la Francophonie. L’avenir de la langue française passe pourtant aussi par une présence forte au sein de l’économie mondiale, une économie où les échanges sont, toujours et encore, dominés par l’anglais. Malgré tout, l’ensemble des pays de la Francophonie représente 14% du revenu national brut mondial et 20% des échanges mondiaux de marchandises ainsi que 11% des échanges mondiaux de produits et services culturels. Un poids économique important donc mais qu’il faut continuer à développer.