Info

Nucléaire : énergie propre de demain ?

Face à la trop forte émanation de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, le nucléaire apparaît de plus en plus comme une réponse, devenant ainsi l'énergie "propre" de demain. Nous avons voulu en savoir plus en rencontrant d'une part un conseiller scientifique chez Areva, groupe industriel français spécialisé dans les métiers de l'énergie, et d'autre part le réalisateur belge Alain de Halleux, dont le récent film s'attaque aux dangers du nucléaire.

dans

Bertrand Barré, ingénieur de l’Institut national des Sciences et Techniques nucléaires et conseiller scientifique chez Areva

“Le nucléaire a sa place parmi les énergies de demain“


Le nucléaire peut-il faire partie des énergies dites “propres” ?


Oui, le nucléaire fait forcément partie de l’éventail des énergies de demain, même s’il ne sera pas seul. Mais il a un créneau bien particulier, c’est la fourniture d’électricité en base c’est-à-dire à la demande, 24h/24, 7 jours/7. Au plan mondial ses premiers concurrents sont le charbon et le gaz, et dans une moindre mesure l’hydraulique, des énergies dites “fossiles”.
(...)
Le nucléaire n’émet pas de Gaz à Effet de Serre, ce qui est aussi une qualité très forte actuellement. Les énergies fossiles – qui émettent beaucoup de GES - représentent aujourd’hui 80% de l’énergie mondiale, et il faut que ça baisse.

Le nucléaire à donc sa place là-dedans, sans être en concurrence avec les renouvelables. C’est un mix énergétique à trouver.

Alain de Halleux, réalisateur du film “RAS : Nucléaire, rien à signaler“, sortie en salles le 9 décembre 2009.

“L’énergie nucléaire est propre aujourd’hui, pour salir demain“


Le nucléaire peut-il / doit-il faire partie des énergies propres de demain ?


Mais le nucléaire n’est pas propre !
Tous les jours, les centrales rejettent des déchets dans les rivières, polluent notre environnement. Pour fabriquer le combustible, on produit des bouts radioactifs qu’on appelle les « yellowcake ». Ceux-ci ont été mis sous des routes, aux abords des lacs…

Puis il y a la pollution des centrales elles-mêmes qui toutes les nuits envoient des gaz radioactifs et envoient de l’eau contaminée dans les rivières.

Et enfin, il y a les déchets nucléaires, qui posent un problème de responsabilité à long terme.

L’énergie nucléaire est propre aujourd’hui, pour salir demain.



“On peut se passer de nucléaire“

L'avis de Greenpeace

“On peut se passer de nucléaire“


Entretien réalisé par Laure Constantinesco
24 novembre 2009