Info

Obama en Russie : un voyage pour la détente

dans

Une nouvelle ère de relations entre Moscou et Washington


Lors de son premier voyage en Russie, le président américain a séduit les hôtes du Kremlin. Il a salué le "travail extraordinaire du Premier ministre Vladimir Poutine", a entamé des discussions pour le désarmement nucléaire avec le président Dmitri Medvedev. Et devant les étudiants de la Nouvelle école économique de Moscou, lors d'un grand discours sur les relations entre les deux pays, il a souhaité une "Russie forte, pacifique et prospère".

Sa vision tend à rompre avec le XXème siècle, celui de la guerre froide, ou avec le XIXème siècle, celui des rivalités industrielles. Les deux pays devraient coopérer diplomatiquement, et accorder leurs voix pour contenir la Corée du Nord ou l'Iran.

Obama à Moscou : accueil cordial pour poser les bases du désarmement

Obama à Moscou : accueil cordial pour poser les bases du désarmement
Tout va pour le mieux entre les deux géants autrefois ennemis : de petits déjeuners à la russe, en discours solennel, la rencontre au sommet est on ne peut plus cordiale.

Récit de Rémy Vincent
2'03


“Les États-Unis ne peuvent plus travailler seuls“

Décryptage avec Charlotte Lepri, chercheure à l'Institut des relations internationales et stratégiques, spécialiste des États-Unis et des questions de Défense.


Le voyage de Barack Obama en Russie est-il, selon vous, un succès ?

Il est trop tôt pour le dire. Des accords de principe ont été pris. Maintenant, il faut voir comment cela va se concrétiser dans les mois à venir. Combien de missiles nucléaires vont-ils être réellement détruits ? Obama a évoqué la destruction de 1500 missiles, ce qui serait un bon chiffre. Il a même parlé dans son discours à Prague en avril dernier d'un désarmement total. Mais, après les paroles, il faut attendre les actes. Des décisions seront sans doute prises d'ici à la fin de l'année.


Obama - Medvedev : des différences séparent encore les deux hommes

Axel Krause, journaliste américain, collaborateur à TV5 Monde, correspondant du Transatlantic Magazine à Paris et ancien correspondant de Business Week à Moscou dans les années 70.


Barack Obama a-t-il, selon vous, séduit les Russes ?

Non pas vraiment. C'était plutôt l'indifférence. La fascination qu’a suscitée Barack Obama à Berlin n’a pas eu lieu à Moscou. La culture américaine et européenne ont réussi à se retrouver. En revanche, la culture russe reste bien différente. C’est un autre regard sur l’Occident. Mais il est fort possible que les medias russes qui sont quand même sous le contrôle du régime, aient eu des consignes pour ne pas donner au président américain une tribune trop importante. Aucune chaîne russe n’a retransmis en direct le discours d’Obama devant les étudiants de la Nouvelle école économique de Moscou. Ce qui, d’ailleurs, a provoqué un certain agacement à la Maison Blanche.

Les sujets qui rapprochent et ceux qui fâchent les deux États

Les sujets qui rapprochent et ceux qui fâchent les deux États

L'analyse de Slimane Zeghidour, éditorialiste à TV5Monde

L'appel des Africains de Moscou à Barack Obama

L'appel des Africains de Moscou à Barack Obama

Nombre d'étudiants africains suivent leur cursus à la célèbre université Lomonosov et expérimentent un racisme au quotidien qui s'exerce aussi contre les immigrés de l'intérieur venus d'Asie centrale.

Récit de Hassan Larzag