Info

Politique française : épidémie démissionnaire au Front national

Stéphane Ravier, maire FN du 7ème secteur de Marseille, surnommé "le dictateur nord-phocéen" par ses anciens adjoints ayant depuis démissionné.
Stéphane Ravier, maire FN du 7ème secteur de Marseille, surnommé "le dictateur nord-phocéen" par ses anciens adjoints ayant depuis démissionné.
(photo : AP)

C'est un phénomène politique à lui tout seul et qui n'est pourtant pas beaucoup relayé : l'hémorragie de démissions des élus Front national depuis les municipales de 2014. Pourquoi le parti d'extrême droite, arrivé en tête aux deux dernières élections, voit-il ses élus claquer la porte par centaines ?

dans
Lorsque l'on parle du FN, le parti d'extrême droite dirigé par Marine Le Pen, de nombreux qualificatifs politiques surviennent très vite. L'un d'eux est celui d'un parti "qui monte", au point d'avoir réuni plus de 30% des voix à chaque premier tour des régionales et départementales, et remporté plusieurs municipalités lors des municipales de 2014. Marine Le Pen est d'ailleurs déclarée comme "déjà qualifiée" pour le deuxième tour de la présidentielle par les sondeurs et les analystes. Une sorte de plébiscite annoncé. Ce qui n'est par contre pas mis particulièrement en lumière, ce sont les revers internes du FN, peu communs dans le paysage politique français.

400 démissions sur 1500 élus

Le chiffre est impressionnant, puisqu'il représente 28% des élus FN, selon un décompte de l'AFP. En deux ans, le "premier parti de France" a donc vu 400 de ses élus envoyer leur mandat aux orties et quitter le parti. Quelque chose semble ne pas fonctionner correctement au sein du Front national, entre les annonces pré-électorales de campagne, puis la réalité du terrain et la pratique du pouvoir.

Tout est ficelé d’avance, il faut voter pour. Tout le monde doit dire amen.

Aurélien Colly, journaliste à France Inter a enquêté et interrogé quelques uns des démissionnaires au sein de municipalités, et tenté de comprendre le pourquoi de cette hémorragie d'élus. A Cogolin, dans la baie de Saint-Tropez, dix membres de l'équipe du maire FN, Marc Etienne Lansade, ont quitté le navire. Encore deux qui démissionnent, et il faut organiser un nouveau scrutin…

Le militant local, Anthony Guiraud, qui a fait venir le candidat Lansade devenu maire de Cogolin, ne décolère pas, et explique : " (…) pas un seul conseil municipal sans un projet immobilier, sans projet de vente, parce que Mr Lansade est en train de dilapider le peu de biens communaux que Cogolin possède. Des conseils municipaux où nous ne sommes pas préparés, il n’y pas de réunions préparatoires. Tout est ficelé d’avance, il faut voter pour. Tout le monde doit dire amen".  Anthony Guiraut a quitté l'équipe municipale l'année dernière.
 

Affiche électorale : Marc Etienne Lansade, maire de Cogolin, avec Marion Maréchal Le Pen.
Affiche électorale : Marc Etienne Lansade, maire de Cogolin, avec Marion Maréchal Le Pen.

Autoritarisme, clientélisme, les accusations à l'encontre de Marc Etienne Lansade ne sont pas isolées et reviennent dans d'autres municipalités où des démissions s'enchaînent. C'est le cas de Marseille, dans le 7ème secteur (composé des 13e et 14e arrondissements, le plus peuplé de la ville avec environ 150.000 habitants), dont le maire, Stéphane Ravier, est surnommé "le dictateur nord-phocéen" : dossiers et validations de vote imposés aux membres, taux de réalisation au plus bas et contrôle total du maire sur… tout et tous.

Découverte de réalités… gênantes

14 municipalités françaises sont dirigées par le Front national aujourd'hui, et le bilan de l'action politique du parti d'extrême droite n'est pas encore effectué, mais la stratégie de sa présidente est clairement établie : démontrer que son parti est parfaitement en mesure de gouverner… grâce au bilan de son action locale.

Il n’y a que des gens opportunistes, qui sont là pour se remplir les poches

La fuite d'élus en cours n'est donc pas faite pour conforter ce discours du parti "aux mains propres, qui ne s'entre-déchire pas et sait agir au plus près des besoins des gens" que le FN — par la voix de Marine Le Pen — tente d'imposer.

Dans le seul département du Var, ce sont 21 élus qui ont démissionné depuis les municipales de 2014. Le témoignage de l'un d'eux, Romain Tardieu, ex-élu et cadre FN à Brignoles, est particulièrement intéressant pour mieux comprendre le fonctionnement du Front national, plus précisément dans le cadre d'élections locales. Reportage de France Culture, diffusé le 16 juin 2016 :


Romain Tardieu, diplômé de Sciences-Po, raconte la confection des listes électorales "sur un coin de table de cuisine", parfois "contre la volonté" de certaines personnes, des "tripatouillages des chiffres d’adhésion", l’"absence de propositions", et la découverte — plutôt angoissante — de nostalgiques du nazisme. 
 
Sur le site internet de la commune d'Hayange, Damien Bourgois est toujours présenté comme conseiller municipal, alors qu'il a démissionné en juillet 2015. La mairie, jointe par téléphone, n'a trouvé personne de disponible pour nous confirmer cette démission non prise en compte sur le site.
Sur le site internet de la commune d'Hayange, Damien Bourgois est toujours présenté comme conseiller municipal, alors qu'il a démissionné en juillet 2015. La mairie, jointe par téléphone, n'a trouvé personne de disponible pour nous confirmer cette démission non prise en compte sur le site.

En Lorraine, à Hayange, l'ambiance n'est pas meilleure que dans le sud : 4 adjoints sont partis suite à un désaccord sur un financement de campagne, dont Damien Bourgois qui témoigne de son renoncement auprès du journaliste de France Inter : "Au début j’étais convaincu, on m’a fait venir, on m’a dit : 'on a besoin de gens comme toi. On va réussir à changer les choses, en mieux'. Et puis ce n'est que longtemps après qu’on comprend que tout ça c’est une grande supercherie. Derrière ça, il n’y a que des gens opportunistes, qui sont là pour se remplir les poches. Parce que j’ai vu comment fonctionnait le Front National à l’intérieur".

Le Front national est un parti d'extrême droite, et il n'est pas un parti politique comme les autres : que ce soit dans ses propositions ou dans sa gestion du pouvoir, la formation de Marine Le Pen est singulière dans le paysage politique français. Au point de ne pas pouvoir conserver plus d'un quart de ses "fraîchement élus" locaux.