Pologne : « Mange des pommes » contre l’embargo russe

Illustration de la campagne “Mange des pommes“ (Eat apples, en anglais)
Illustration de la campagne “Mange des pommes“ (Eat apples, en anglais)

En réponse aux récentes sanctions occidentales contre Moscou provoquées par la crise ukrainienne, la Russie a mis en place de nouveaux embargos. Elle vient notamment de limiter l'importation de fruits et légumes en provenance de Pologne. Sur Internet, les Polonais ont trouvé la parade avec une campagne contre la politique de Poutine qui ne manque pas d’humour.

dans
« Mange des pommes ! » Cela ressemble à un slogan de campagne nutritionnelle. C’est en fait la réponse des Polonais à un nouvel embargo russe. En pleine crise ukrainienne, l’Europe et les Etats-Unis ont pris de nouvelles mesures de restriction à l’encontre de la Russie dans les secteurs de l’énergie, de l’armement, de la finance et bancaires. Sous couvert de préoccupations pour la santé et l’hygiène, la Russie multiplie les embargos comme autant d'armes de pression diplomatique.

Cette injonction « Mange des pommes ! » invite les Polonais à consommer et à acheter des pommes, un fruit très important pour un pays qui en est le premier exportateur mondial. L'agriculture polonaise pourrait pâtir de cette décision prise fin juillet par la Russie qui en achète un million de tonnes par an.

Un coup dur pour les producteurs de fruits. « Plus de la moitié des pommes produites en Pologne chaque année sont exportées en Russie », indiquait à la BBC le 31 juillet le journaliste Grzegorz Nawacki.

Ce dernier est à l’origine de la campagne sur la toile « Mange des pommes » avec le mot de clé #jedzjablka en polonais. Fin juillet, il publie sur son compte Tweeter une photo de lui croquant le fruit et invitant tous les citoyens à l’imiter en soutien aux agriculteurs polonais. 

lang="en">

Postaw sie Putinowi - jedz jablka i pij cydr http://t.co/HtYCY8Sf1e dolacz do akcji i wrzuc zdjecie z #jedzjablka pic.twitter.com/cVFl79aFIp

— Grzegorz Nawacki (@nawacki) July 30, 2014


Saisissant ce pied-de-nez à la politique russe, les Polonais ont suivi avec humour. D’autres journalistes et médias ont suivi ainsi qu’une chaîne de supermarchés et les hockeyeurs :




Jusqu’au ministre de l’Agriculture polonais, Marek Sawicki, qui s’est prêté au jeu et n’a pas hésité à poser avec une pomme en main. D’autres internautes ont usé d’humour et de dérision en publiant des photo-montages de Poutine.

lang="en">

I'd buy Polish apples if I could get them in NYC. http://t.co/A6rX3W8dbt  #jedzjablka pic.twitter.com/o56ePQQpg0

— Markus Vaga (@tactixian) August 1, 2014


La campagne a désormais sa page Facebook suivie par plus de 45 000 personnes. L’ampleur que cette campagne a prise sur la toile serait une première pour ce type d’embargo, une pratique qui n’est pas nouvelle dans la politique russe.

Whisky

Dès 2006, la Russie plaçait sous embargo le vin géorgien. Ces derniers mois, Moscou s’en est pris aussi à l’Ukraine et à la Moldavie, en réaction à leur Traité sur le libre-échange conclu par ces deux républiques avec l’Union européenne.

La Russie a ainsi limité ses importations de viande, fruits et vins moldaves. L’Ukraine ne pouvait plus exporter vers la Russie des pommes de terre, du soja et des produits laitiers. Mais l’Europe n’est pas la seule dans le collimateur russe. En 2013, Moscou avait déjà interdit la quasi totalité de la viande américaine. Les États-Unis pourraient d’ailleurs bientôt voir leur whisky placé aussi sous embargo en raison de la découverte de « substances dangereuses », selon l’agence sanitaire russe. La Vodka serait-elle plus saine ?