Info

Pourquoi la Turquie est une cible privilégiée du terrorisme

Les attaques ont eu lieu près du terminal des vols internationaux. Dernier bilan: 41 morts et plus de 200 blessés.
Les attaques ont eu lieu près du terminal des vols internationaux. Dernier bilan: 41 morts et plus de 200 blessés.
(Ismail Coskun, IHA via AP)

Malgré l'absence de revendication, l’ombre de l’Etat islamique plane sur l’attentat d’Istanbul, qui a fait 43 morts. En Turquie, la lutte contre le djihadisme, engagée tardivement, souffre de lacunes.

dans
Au lendemain du triple attentat-suicide qui a tué mardi soir au moins 43 personnes et blessé 239 autres à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul, les autorités continuaient de privilégier la piste de l’Etat islamique (EI). D’après le bureau du procureur chargé de l’enquête, l’identité des trois kamikazes restait inconnue mercredi mais il pourrait s’agir de ressortissants étrangers. Près de 24 heures après l’attaque, aucune revendication n’avait encore été émise. Le gouvernement a décrété une journée de deuil national.

Au moins 13 étrangers (d’Arabie saoudite, Irak, Tunisie, Ouzbékistan, Chine, Iran, Ukraine, Jordanie), dont trois binationaux turcs, figurent parmi les victimes. Selon les premiers éléments de l’enquête, livrés par l’agence gouvernementale Anadolu, un terroriste a d’abord mitraillé les passagers et les policiers qui se trouvaient à l’entrée du terminal international, à l’étage des départs, au niveau des portiques de sécurité, passage obligatoire pour entrer dans le hall. Blessé par balles dans un échange de feu, l’homme serait tombé à terre avant d’actionner sa ceinture d’explosifs. Les deux autres terroristes l’ont rapidement imité, à l’étage des arrivées: après une série de tirs à l’arme automatique, le premier s’est fait exploser au niveau de l’entrée du terminal tandis que le second déclenchait sa ceinture quelques mètres plus loin. Les trois hommes auraient préalablement rejoint l’aéroport en taxi.

Des djihadistes bien implantés

En l’espace d’un an, avec près de 200 morts dans six attentats (dont cinq kamikazes) attribués à l’EI, la Turquie est devenue l’un des pays les plus meurtris par le groupe djihadiste dans le monde. «L’EI, lorsqu’il frappe la Turquie ou l’Europe, poursuit plus ou moins les mêmes objectifs: diviser les sociétés, montrer sa force, accroître son charisme parmi ses sympathisants, attirer de nouvelles recrues… A cette différence près qu’en Europe, l’EI s’attaque à la société dans son ensemble. En Turquie, il cible davantage ses victimes», observe Mehmet Kurt, professeur à l’Université de Bingöl (sud-est de la Turquie), spécialiste de la radicalisation islamiste.

En Turquie, jusqu’ici, le groupe djihadiste s’est toujours attaqué à des lieux touristiques, ou à des militants de gauche et du mouvement politique kurde proche du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). «Cette haine des Kurdes [du PKK] lui vient du fait qu’ils représentent la seule force organisée et laïque en Syrie, et qu’ils résistent à l’EI dans tout le Kurdistan syrien», explique Mehmet Kurt, qui souligne toutefois un fait peu évoqué: «Même si nous ne disposons pas de chiffres précis, les informations disponibles suggèrent aussi une présence importante de Kurdes» de Turquie au sein de l’organisation. En octobre 2015, les autorités turques estimaient qu’entre 1000 et 1300 de leurs ressortissants avaient rejoint les rangs de l’EI, chiffre sans doute sous-estimé.

Ankara a fermé les yeux sur certaines activités

Face à l’ampleur de la menace, la réponse des autorités est-elle à la hauteur? Mehmet Kurt rappelle qu’elle a été bien tardive: après une période de laxisme «liée à sa politique en Syrie jusqu’en 2015, la Turquie a fini par comprendre que l’EI était un danger pour elle. Ou plutôt, elle a été forcée d’affronter cette réalité.» De fait, Ankara a pris des mesures. La frontière turco-syrienne n’est plus le boulevard qu’elle a longtemps été pour l’opposition syrienne de tous bords et les apprentis djihadistes de toutes nationalités. Après avoir longtemps fermé les yeux sur les allées et venues des militants de l’EI (lesquels partagent la même hostilité qu’Ankara envers le PKK et donc envers sa branche syrienne, le PYD), la Turquie a nettement renforcé le contrôle de sa frontière, où un mur de béton de 350 kilomètres de long devrait être achevé d’ici à la fin de l’année. Depuis plusieurs mois, y compris ce mardi, son artillerie bombarde régulièrement les djihadistes dans le nord de la Syrie, assurant avoir tué plus de 1300 d’entre eux (un chiffre invérifiable). Ankara affirme également avoir déporté plus de 3300 «combattants terroristes étrangers», soit un millier de plus que le chiffre officiel en novembre 2015.

«Il y a un avant et un après Suruç», constate Kemal Göktas, chroniqueur judiciaire du quotidien Cumhuriyet, en référence à l’attentat du 20 juillet 2015, première attaque-suicide de l’EI en Turquie. «Faut-il pour autant en conclure que les autorités mènent une lutte efficace contre l’EI? Non», tranche Kemal Göktas. Récemment, ce journaliste a démontré que la police savait, 25 jours avant l’explosion d’Ankara (103 morts en octobre 2015), que l’EI préparait un attentat contre un meeting. Le nom de l’un des deux kamikazes avait même été signalé le matin de l’explosion, a révélé Kemal Göktas, publiant un rapport interne. Les chefs de police mis en cause n’ont pas été inquiétés. Le journaliste, lui, est sous le coup d’une enquête du parquet d’Ankara pour avoir «pris pour cible des responsables actifs dans la lutte contre le terrorisme.»

Article publié en accord avec nos partenaires "Le Temps"