Présidentielle française : l'alliance de François Bayrou à Emmanuel Macron

©captured'écran/FranceInfoTV

François Bayrou renonce à se présenter à l'élection présidentielle française mais il offre son soutien à Emmanuel Macron, qui l'a très vite accepté. Une alliance soumise à conditions, comme l'a précisé le patron du mouvement démocrate lors d'une conférence de presse ce mercredi 22 février 2017 à Paris.

dans
"Parce que le risque est immense, j'ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d'alliance. Je lui dis : 'Le danger est trop grand, il faut changer les choses, unissons nos forces pour y parvenir'".

Le leader du parti centriste MoDem a décidé de mettre fin au suspense lors d'une conférence de presse ce mercredi 22 février 2017 à Paris.

"Je crois que cette alliance peut faire entrer dans la réalité ce qui apparaissait impossible. Si nous y parvenons, nous pouvons faire de grandes choses ensemble. »
François Bayrou, a précisé qu'il avait eu une conversation téléphonique avec Emmanuel Macron il y a une semaine, et qu'il allait très rapidement le rencontrer pour lui faire sa proposition d'alliance, qu'il soumet à plusieurs conditions. 

Quatre conditions

"La première exigence, une vraie alternance »

"Deuxième exigence, je demande expressément que le programme présenté par Emmanuel Macron comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique. Je refuse, comme j'ai refusé toute ma vie, que des intérêts privés prennent la vie publique en otage. »

"Troisième exigence, la France, c'est une vision du monde, une résistance à la loi du plus fort. »

"Quatrièmement, je n'accepte pas que les deux tiers des citoyens n'aient pas de représentation, alors que le tiers restant, les deux partis qui gouvernent ce pays depuis des décennies, a toute la représentation."

Sur Twitter, Emmanuel Macron a très vite fait savoir qu'il acceptait l'offre de François Bayrou.
Dans les dernières intentions de vote, le leader centriste est crédité de 5 à 6% au premier tour de la présidentielle.
Candidat à trois reprises. François Bayrou avait recueilli 6,84% en 2002, 18,57% en 2007 et 9,13% en 2012.

Pas de soutien à François Fillon

Le président du MoDem, qui avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire à droite, n'a eu de cesse de critiquer la "brutalité" du programme de François Fillon, et de dénoncer "l'obstination" de l'ancien Premier ministre à maintenir sa candidature, malgré les soupçons d'emplois fictifs visant sa femme et ses enfants.