Présidentielle vue par les Français de l'étranger : Pierre depuis 13 ans en Chine

Pierre habite en Chine depuis 13 ans avec sa femme chinoise et leurs deux enfants.  
Pierre habite en Chine depuis 13 ans avec sa femme chinoise et leurs deux enfants.  
©Infographie M.Bruneau/TV5MONDE

Quatrième épisode de notre série sur la présidentielle française vue par les "expats", les Français de l'étranger. Pierre a fondé sa famille à plus de 8 000 km de la France, à Pékin en Chine. De là-bas, il suit avec attention la campagne et compte bien voter. Pour lui, "c’est important de profiter de ce droit" qu'il n'a pas en Chine. 

dans

« Je n’avais pas envie de cette routine métro-boulot-dodo ». C’est le constat qu’a fait Pierre à son retour en France après un échange universitaire en Corée du Sud et un passage en Chine en tant qu’étudiant. 

En 2004, il décide alors de retourner en Asie. « Je suis parti sur un coup de tête en Corée du Sud mais je ne trouvais pas de boulot car je ne parlais pas la langue et je n’avais pas de visa pour travailler. » 

©Infographie M.Bruneau/TV5MONDE

C’est d’ailleurs pour renouveler son visa temporaire qu’il doit quitter tous les trois mois le pays. « C’est lors de l’un de ces voyages en Chine que j’ai rencontré mon futur employeur dans un club de boxe : un Irlandais qui avait une école et cherchait un professeur de français. En Chine, ce n’est pas vous qui cherchez du travail, c’est le travail qui vous cherche. Je suis alors devenu prof de français à Pékin puis prof d’anglais. » 

Ils ont souvent besoin d’un Français qui parle chinois.

Pendant presque 7 ans, Pierre devient professeur et en parallèle il participe à des émissions télévisées chinoises : « Ils ont souvent besoin d’un Français qui parle chinois alors j’étais invité pour parler de n’importe quels sujets : les assurances, les crabes même une fois ! » 

C’est comme ça qu’il rencontre des producteurs de télévision et son agent qui lui propose des castings de films et de téléfilms. Il revient ainsi à ses premières amours. « Je faisais du théâtre en France mais mes parents me disaient "acteur ce n’est pas un métier, il n’y a pas de débouchés". Ils n’avaient pas toujours tord. »

Pierre est devenu comédien en Chine où il vit depuis 13 ans. 
Pierre est devenu comédien en Chine où il vit depuis 13 ans. 
©DR

Aujourd’hui, à 36 ans, il en a fait son métier. Pierre part régulièrement à l’autre bout du pays sur des plateaux de tournage, loin de sa femme chinoise et de leurs deux enfants. « Je peux aussi passer plusieurs jours sans travail et donc sans rentrée d’argent parce qu’ici quand on ne travaille pas on ne gagne rien. Mais il y a une forte demande, donc on arrive à joindre les deux bouts. » 

Un retour en France possible ? 

Des opportunités professionnelles qu’il ne pense pas pouvoir retrouver en France. « On a discuté avec ma femme du fait de venir vivre en France à cause de l’importante pollution que l’on connaît à Pékin. On y pense mais avec mon métier, je n’aurais pas les mêmes opportunités. Je ne pense pas que cela se fera dans les dix prochaines années. »

Je ne pense pas revenir en France dans les dix prochaines années. 

Alors tous les ans ou tous les deux ans, ils viennent rendre visite à sa famille. « On y retourne pour voir mes parents et mes soeurs et puis manger à nouveau français…parce que ça me manque! » 

Pierre a rencontré son épouse en Chine avec qui il a eu deux enfants. 
Pierre a rencontré son épouse en Chine avec qui il a eu deux enfants. 
©DR

C’est avec eux que Pierre parle régulièrement sur Skype de la campagne présidentielle française. Il échange aussi sur le sujet avec d’autres Français qui évoluent, comme lui, dans le milieu artistique en Chine. Entre eux, ils ont beaucoup parlé de l’élection de Trump. Mais pour l’instant, la campagne française ne trouve pas beaucoup d’écho. 

Pourquoi suivre la présidentielle ? 

Pourtant, ils sont souvent sollicités par les candidats. « On a vraiment l’impression qu’en tant que Français de l’étranger, on est important pour eux uniquement au moment des élections même si on a des élus de circonscriptions étrangères. On reçoit des mails fréquemment pendant cette période, de tous les bords politiques d’ailleurs. Puis, quand les élections sont passées, on n’en entend plus parler. Cela fait un peu racoleur. » 

C’est important de profiter de ce droit de vote, de respecter le fait qu’on nous demande notre avis. 

Cela ne décourage pas pour autant Pierre de voter. Au contraire, pour lui, ce droit revêt une certaine importance alors qu’il vit dans un pays où « le peuple n’a pas son mot à dire. » « Quand on vit en Chine, on voit comment le gouvernement est fait, comment les lois sont adoptées. Alors c’est important de profiter de ce droit de vote, de respecter le fait qu’on nous demande notre avis. » 

Même de loin, il dit se « rendre compte que la France ne va pas bien ». Mais il estime que son pays a « quand même des valeurs à défendre ». « Quand on vit en Chine, on s’en rend compte parce qu’il n’y pas de système de sécurité sociale par exemple… Même si ce sont des systèmes dont je ne bénéficie pas en tant que Français vivant à l’étranger, j'y accorde de l'importance. » 

Pierre a toujours voté à gauche, plutôt « écolo ». Son interrogation pour le premier tour le 23 avril ? « Je me demande si je vais voter utile en optant pour le Parti socialiste afin de faire barrage à l’extrême droite. Mais je n’aime pas faire ce genre de vote alors il faut encore que j’y réfléchisse. » Ou il pourrait aussi voter blanc s'il ne parvient à faire son choix...

Vidéo Pierre Chine 1

► Pour lire les autres portraits de Français de l’étranger cliquez sur les pastilles de couleur sur la carte.