Présidentielle vue par les Français de l'étranger : Pierre s'est retiré en Thaïlande

A 55 ans, Pierre a tout plaqué en France pour partir vivre en Thaïlande.
A 55 ans, Pierre a tout plaqué en France pour partir vivre en Thaïlande.
©Infographie M.Bruneau/TV5MONDE

Douzième épisode de notre série sur la présidentielle française vue par les "expats", les Français de l'étranger. Pierre a tout vendu en France pour s’offrir une nouvelle vie en Thaïlande qu’il ne compte plus quitter. Loin de son pays, il suit avec attention la présidentielle parce ce qu’il est Français et qu’il veut se « battre pour ses racines.»

dans

« On est dans un pays de fou ! » Commerçant à son compte pendant 30 ans, Pierre dit « avoir failli tout perdre après la crise de 2008. Avec l’affaire Madoff, les subprimes aux Etats-Unis, les banques nous ont coupé le robinet, on n’existait plus, on était des pions. »

« J’ai vécu l’enfer, et comme personne ne nous a aidé en France je m’en suis sorti en vendant tout ». Tout c'est sa maison et son affaire de concessionnaire automobile à Bordeaux. Il se sépare aussi à l'amiable de sa femme « ma secrétaire pendant plus de 20 ans ».  Puis, il prend une décision radicale : « A 51 ans, j’ai pété les plombs, après avoir tout vendu, je suis parti. » Il met alors le cap sur la Thaïlande.

©Infographie M.Bruneau/TV5MONDE

Lui qui n’avait jamais quitté l’Europe, s’envole à des milliers de kilomètres de la France. Un an auparavant, il s’était déjà rendu dans le pays à l’invitation de son père pour fêter ses 80 ans. « En débarquant en Thaïlande, j’ai pris une claque culturelle. Il y a un tel confort de vie, une autre façon de voir les choses différemment… »

 Je suis venu ici, j’y reste. Je ne veux plus remettre les pieds en France.

Désormais, il en est sûr : « Je suis venu ici, j’y reste. Je ne veux plus remettre les pieds en France. » Preuve de son installation pérenne en Thaïlande : la construction de sa maison près de Pattaya, au sud de Bangkok.

 
Pierre se fait actuellement construire une maison près de Pattaya en Thaïlande. 
Pierre se fait actuellement construire une maison près de Pattaya en Thaïlande. 
©PM/DR

Son attachement à la France

Pierre ne regrette pas son choix qui semble être partagé par d'autres Français. « Je croise beaucoup d’expatriés, comme moi, ici. Je n’en connais pas un qui veut rentrer. Je vis désormais de mes rentes. En France, j’ai bossé 15h par jour depuis l’âge de 15 ans, sans jamais m’arrêter. Je gagnais bien ma vie mais je ne m’en sortais plus tellement. On était trop taxés. Aujourd’hui, je vis avec moins de 1500 euros par mois et je vis très bien. Si vous saviez ce que je suis heureux depuis que je suis parti de France ! » 

Pour s’expatrier, il faut être fort mentalement.

Pourtant, à son arrivée, l'adaptation n'a pas été simple. « Pour s’expatrier, il faut être fort mentalement car il y a l’isolement, la solitude surtout quand on parle ni anglais ni thaï. Je ne côtoie pas beaucoup d'expats ici à Pattaya : il y a des retraités, des gens qui viennent pour les Thaïlandaises…. Mais il y en a d'autres avec qui je m'entends très bien. Moi je vis seul et je vous le dis, je n’ai pas débarqué ici pour les filles ! » 

Pourquoi s’intéresser à la politique ? 

Vivre loin de France ne l'a pas, pour autant, couper son pays. « Ce n’est pas parce que j’ai quitté la France, que je ne m’y intéresse pas pour ceux qui restent. Quand vous vous expatriez en Asie, il y un choc culturel énorme. Alors on a tendance à se raccrocher à sa propre culture. Je pense à l’avenir en France parce que je suis français, je n’ai pas perdu mes racines, je continue de me battre pour celles-ci. » 

Je n’ai pas perdu mes racines, je continue de me battre pour celles-ci.

Pierre a voté une seule fois à gauche « pour Mitterrand quand j'avais 20 ans ». Depuis, il vote à droite « par dépit pour Les Républicains parce qu’il n’y a pas un parti centriste. Les gens vont voter Emmanuel Macron ou Marine Le Pen pour ne pas voter pour François Fillon.» Pourtant, ce dernier est le seul, selon Pierre, a avoir un programme.
 

Pierre a une inquiétude justement quant au programme de la candidate frontiste : « Son programme économique est catastrophique. Elle prône la sortie de l’euro pour revenir au franc mais c’est d’autant plus grave pour les expatriés. Si jamais elle nous remet eu franc au sein de l'Europe, l’euro c’est fini car la France reste un pilier de l’euro. » 

En dépit de la mise en examen annoncée du candidat Les Républicains, Pierre est sûr de son choix « parce que pour moi, il n'y pas d'autres choix pour barrer la route au Front national. Il existe le danger d'un second tour Marine Le Pen-Emmanuel Macron avec le report des votes d'une certaine droite sur Marine Le Pen même si logiquement Emmanuel Macron devrait passer ...» Résultats de ces pronostics les 23 avril et 7 mai prochains. 

► Pour lire les autres portraits de Français de l’étranger cliquez sur les pastilles de couleur sur la carte.