Italie : séisme meurtrier dans le centre du pays

Sujet seisme italie 25/08
Commentaire de Pascale Achard

Un fort séisme de magnitude 6,2 a secoué le centre de la péninsule italienne mercredi vers 3H30 (1H30 GMT) au sud de Florence et a été ressenti jusqu'à Rome. Le tremblement de terre a fait plus de 250 morts.

dans
Des dizaines de secouristes ont fouillé des tonnes de décombres toute la nuit de mercredi à jeudi dans l'espoir de retrouver des survivants, plus de 24 heures après le séisme qui a fait des centaines de morts dans le centre de l'Italie. 
Un bilan qui n'a cessé de s'aggraver depuis la secousse meurtrière qui a ravagé et partiellement détruit plusieurs villages de montagne, mercredi matin. Et rien n'indique qu'il soit définitif voire même proche de se stabiliser.
 
Les secouristes ont travaillé sans relâche toute la nuit dans le froid, la température étant tombée dans cette région montagneuse sous les dix degrés, et dans l'inquiétude. Des dizaines de répliques ont été ressenties dans la nuit, dont une assez forte vers 05H20 (03H20 GMT), qui a provoqué de nouveaux dégâts, selon le témoignage de journalistes sur place.

La protection civile n'a toujours pas donné d'indication sur le nombre de disparus, mais son chef, Fabrizio Curcio, interrogé mercredi soir sur la télévision publique Rai, a cité l'exemple d'un hôtel à Amatrice où une trentaine de personnes étaient logées. Seules deux d'entre elles ont été retrouvées mortes et deux vivantes, avait-il précisé.
 
Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a rendu hommage aux secouristes qui s'activent depuis tôt mercredi matin et a esquissé le plan d'action des autorités face à la catastrophe : "La priorité est de creuser dans les décombres pour trouver des survivants". Le quotidien La Stampa parle "d'une course contre la montre". "Chaque minute compte", affirme, pour sa part, le président de la Croix Rouge italienne. 

"Nous devons nous tenir prêts pour l'urgence des prochains jours ou des prochaines semaines", a également déclaré Renzi. 
 

Justement, la direction régionale de la santé a fait des appels au don de sang et a ouvert des centres de transfusion à Rome et à Rieti, dans le Latium. Des chefs d'Etat européens, y compris François Hollande, ont de leur côté proposé leur aide.

Accumoli, une commune à moitié détruite

Les dégâts les plus importants ont été constatés à Pescara del Tronto (Marches), Amatrice et Accumoli (Latium).
 

Le centre d'#amatrice dévastée par le séisme dans le centre de l'Italie. Ici, les corps se comptent par dizaines

Une photo publiée par Antonino Galofaro (@tonigalofaro) le

Interrogé par l'agence italienne Agi, le maire d'Accumoli, commune située tout près de l'épicentre du séisme, a décrit une ville à moitié détruite. "Ici, c'est une tragédie, nous avons des morts et des bâtiments détruits", a-t-il déclaré.


Le fort séisme de magnitude 6,2 a secoué le centre de la péninsule italienne mercredi vers 3H30 (1H30 GMT) et a été ressenti jusqu'à Rome, ont indiqué l'Institut américain de géologie (USGS) et des journalistes de l'AFP. Au moins 39 répliques ont suivi ce séisme. Et les secousses se font encore sentir ce mercredi à la mi-journée. 
La croix rouge italienne indique les pas à suivre en cas de tremblement de terre. 
 
L'épicentre se trouvait à 10 km au sud-est de Norcia, une ville de la région d'Ombrie, à environ 150 km au nord-est de Rome, a précisé l'USGS, qui a assorti son communiqué d'une alerte rouge, suggérant d'éventuels dommages importants.
 
Rai News.
Sergio Pirozzi, le maire de la petite commune d'Amatrice, située à 40 km au sud de Norcia, cité par la même chaîne et la chaîne SkyTG24, a indiqué que son petit village avait été partiellement détruit et que des habitants étaient bloqués sous les décombres.


Les voies d'accès à ce village de quelque 2.600 habitants, mais qui est aussi un lieu touristique prisé, sont bloqués, a-t-il précisé, lançant un appel aux secouristes pour dégager les routes.
 
Selon un habitant du village d'Arquata, cité par Rainews24, plusieurs bâtiments de cette petite ville située à moins de 25 km de Norcia ont été détruits. Il n'était pas en mesure de savoir si ce séisme avait fait des victimes dans son village.
 
"Les habitants sont bloqués sur la place centrale, beaucoup de bâtiments se sont écroulés", a-t-il déclaré sur cette chaîne italienne.
 
Un précédent séisme de magnitude 6,3, également ressenti en pleine nuit dans la capitale italienne, avait fait plus de 300 morts dans la région de l'Aquila (centre) le 6 avril 2009. Mais l'épicentre était située tout près de la ville de l'Aquila, chef-lieu important de la région, ce qui n'est pas le cas cette fois, a indiqué le chef de la protection civile italienne. 

Malgré le caractère spectaculaire des secousses, "il s'agit d'un séisme typique de la région", selon ​Pascal Bernard, sismologue à l’Institut de physique du globe de Paris, interrogé par Le Monde​"Toute la chaîne de montagnes des Apennins, qui parcourent sur mille kilomètres l’Italie du nord au sud, est en train de s’étirer", ajoute-t-il. 
La région des Marches au sud de Florence frappée par un séisme puissant
La région des Marches au sud de Florence frappée par un séisme puissant
Wikicommons

Les principaux séismes en Italie, pays exposé aux tremblements de terre

L'Italie, est régulièrement touchée par des tremblements de terre car elle s'étend sur plusieurs plaques tectoniques.
 
- 2012 : 25 morts en Emilie-Romagne -Le 20 mai 2012, un tremblement de terre, de magnitude 6, dans le nord-est, entre Modène et Ferrare, fait six morts et cause des dégâts au riche patrimoine culturel de la région. Neuf jours plus tard, un autre séisme, de magnitude 5,8, touche de nouveau la région d'Emilie-Romagne faisant 19 morts et 350 blessés. 8.000 personnes sont déplacées s'ajoutant aux 6.000 déjà contraintes de quitter leur domicile après le tremblement de terre du 20.
 
Au total les deux séismes font 25 victimes.
 
- 2009 : 300 morts dans l'Aquila -Le 6 avr 2009, un violent tremblement de terre frappe le centre de l'Italie, faisant plus de 300 morts et des milliers de réfugiés. L'Aquila, capitale de la province montagneuse des Abruzzes, est la ville la plus touchée.
 
Le séisme, qui cause des milliards d'euros de dégâts, traumatise l'Italie.
 
Des scientifiques italiens sont condamnés, avant d'être acquittés en appel en 2014, à six ans de prison en première instance pour avoir sous-estimé les risques d'un séisme dans cette ville.
 
- D'autres séismes depuis 30 ans -- 31 oct 2002: 30 personnes sont tuées et une soixantaine blessées dans le village de San Giuliano di Puglia (Molise, centre-est) frappé par un violent tremblement de terre. 27 enfants et leur institutrice ont été tués dans l'école dont le toit s'était effondré.
 
- 26 sept et 3 oct 1997: Deux tremblements de terre frappent l'Ombrie (centre) et les Marches (centre-est), à une semaine d'intervalle, faisant douze morts, plus de 110 blessés et 38.000 sans-abri. Le séisme dévaste plusieurs villages de montagne et endommage des édifices historiques, dont la basilique de Saint-François d'Assise, où quatre personnes sont tuées par la chute d'une voûte.
 
- 13 déc 1990: Un tremblement de terre frappe la Sicile, entre Catane et Raguse, faisant 17 morts et 200 blessés. Le 5 mai, une forte secousse avait fait quatre morts près de Potenza, dans le Basilicate (sud).
 
- Les plus meurtriers du XXe siècle -Le 23 novembre 1980, un fort tremblement de terre a frappé la Campanie (centre) et le Basilicate (sud), faisant 2.916 morts et 20.000 blessés dans la région de Naples.
 
Les séismes les plus meurtriers qui aient frappé l'Italie ont été le tremblement de terre du 28 décembre 1908 dans le détroit de Messine (sud), qui a fait environ 95.000 morts entre les villes de Messine et Reggio de Calabre, et celui du 13 janvier 1915 qui a fait 30.000 morts dans la région des Abruzzes.