Info

Québec : journalistes sous surveillance

Marie-Maude Denis et Isabelle Richer, animatrices de l'émission Enquête.
Marie-Maude Denis et Isabelle Richer, animatrices de l'émission Enquête.
©capture d'écran du site de l'émission Enquete.

Plusieurs journalistes de renom espionnés par la police - l'onde de choc de cette affaire révélée le 31 octobre n'a pas fini de faire des remous. Les journalistes estomaqués s'inquiètent pour la protection de leurs sources. Reportage. 

dans
La nouvelle a retenti comme un coup de tonnerre dans les salles de rédaction mercredi en fin de journée : il n’y a pas que le journaliste Patrick Lagacé, du quotidien La Presse, qui a été espionné par les policiers. Six autres journalistes québécois ont eux aussi été épiés par la Sûreté du Québec, la police provinciale, en 2013. Les policiers cherchaient à savoir qui parlait aux journalistes. État de choc pour les premiers concernés, mais aussi pour l’ensemble de la communauté journalistique du Québec. 

►Lire notre article sur le scandale après la surveillance d'un journaliste. 

Surveillés comme des suspects

Parmi les six journalistes, mes confrères de Radio-Canada Marie-Maude Denis, Isabelle Richer et Alain Gravel, qui ont tous trois révélé ces dernières années les scandales de corruption et de collusion dans l’industrie de la construction au Québec avec, en toile de fond, le financement illégal de partis politiques. Les trois journalistes se sont dits très ébranlés en apprenant que les policiers avaient pu mettre la main durant 5 ans, soit de novembre 2008 à octobre 2013, sur les relevés de leurs téléphones intelligents. Idem pour Alain Gravel, ex-animateur de l’émission Enquête, dont les policiers ont eu accès aux relevés durant la même période.

On ne lutte pas à armes égales avec la police.Marie-Maude Denis

"Le cœur me lève," a commenté Alain Gravel, abasourdi de savoir que les policiers ont eu accès à tous les appels entrants et sortants de son téléphone durant toute cette période où il enquêtait sur tous ces scandales qui ont conduit à la mise en place de la Commission Charbonneau.  

"J’ai toujours été super prudente avec mes sources confidentielles, mais évidemment, on ne se bat pas à armes égales avec la police, qui a des moyens d’enquête comme ça. L’avenir nous dira – ou peut-être ne le saurons-nous jamais – tout ce qu’ils savent sur moi," a déclaré Marie-Maude Denis, animatrice de l’émission Enquête de Radio-Canada. Sa co-animatrice, Isabelle Richer, se dit estomaquée et avoue avoir perdu bien des illusions : "C’est comme si toutes nos grandes certitudes sur la société dans laquelle on vit venaient de s’effriter d’un coup sec. J’en avais, mais c’est terminé. J’en ai pas moins mal. Isabelle se demande même si ses conversations n’ont pas été espionnées illégalement par les policiers. 


Le correspondant parlementaire du quotidien La Presse, Denis Lessard, est lui aussi sur la liste des espionnés : "Je couvre la politique depuis près de 40 ans, souvent sur des dossiers délicats. On se dit toujours que c’est possible d’être épié par les policiers, mais on est convaincu qu’ils n’oseraient pas aller jusque-là. Bien, il semble qu’on se soit trompé". 
Et message ironique du journaliste de La Presse, Patrick Lagacé, à ses collègues épiés eux aussi : "Bienvenue dans le club…

Un journaliste ne révèle jamais ses sources

Tous ces journalistes qui mènent des enquêtes ont un besoin vital de leurs sources, des sources dont ils doivent protéger l’identité. Alors ils s’inquiètent, et à juste titre : est-ce que ces sources vont continuer à leur parler s’il y a le moindre doute qu’ils sont sous surveillance policière ? Ces pratiques policières d’espionnage remettent clairement en question le principe de la liberté de presse.

"Plus les jours avancent, depuis une semaine, et plus on a l’impression que la gangrène est prise dans le système policier québécois, a décrété Éric Trottier, l’éditeur adjoint de La Presse. Je n’ai pas l’habitude de ce genre de mots, mais je pense que des gens seraient justifiés de commencer à parler d’État policier pour vrai."

Le quotidien La Presse a envoyé une mise en demeure à la police de Montréal pour qu’elle remette toutes les données collectées lors de la surveillance électronique de l’iPhone de Patrick Lagacé. De leur côté, les avocats de Radio-Canada examinent actuellement tous les recours légaux à leur disposition pour pouvoir également récupérer les informations recueillies par les policiers de la Sûreté du Québec dans les relevés téléphoniques des trois journalistes de la société d’État. 
 

Patrick Lagacé, journaliste québécois mis sur écoute. 
Patrick Lagacé, journaliste québécois mis sur écoute. 
Copie d'écran du tweet de Patrice Roy

Mise en place d’une commission d’enquête

Le gouvernement du Québec, sous pression de toutes parts, a annoncé ce jeudi la mise en place d’une Commission d’enquête publique pour faire la lumière sur ses pratiques d’espionnage de journalistes par les corps policiers de la province, avec, en toile de fond, les questions de protection des sources journalistiques et la liberté de presse, des droits consacrés par la Cour suprême et la Charte des droits et libertés. 
Les partis d’opposition saluent la mise en place de cette commission d’enquête dont le mandat précis reste à préciser, ainsi que les noms de ceux et celles qui y siégeront (on parle de trois commissaires : un juge, une personne issue du milieu journalistique, une troisième du milieu policier). 

Toutes ces histoires de "journalistes sous surveillance" surviennent alors que la journaliste Marie-Maude Denis, animatrice de l’émission Enquête de Radio-Canada avec Isabelle Richer, va présenter ce jeudi soir son reportage sur des allégations de fraude impliquant quatre responsables du financement du Parti libéral du Québec, le parti du Premier ministre Couillard. Ces quatre individus auraient ainsi manigancé la plus importante fraude dans une société d’État au Québec voire même au Canada, rien de moins…

Un reportage qui n’aurait jamais vu le jour si des sources, justement, n’avait pas parlé à Marie-Maude…