Radovan Karadzic, “cerveau“ de la guerre de Bosnie, devant le TPI

Photo prise le 29 août 2008 à La Haye de l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic
Photo prise le 29 août 2008 à La Haye de l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic
dans

Sommaire du dossier


Le théoricien du nettoyage ethnique face à la justice internationale

Le procès pour génocide de l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic reprend le 12 avril 2010, cette fois en présence de l'accusé qui assure seul sa défense. Il doit affronter le premier témoin de l'accusation, Ahmet Zulic, ancien prisonnier des camps de détention serbes au début de la guerre.

Ouvert le lundi 26 octobre devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, le procès avait été ajourné suite à son absence.

Radovan Karadzic avait alors annoncé au TPIY qu'il n'était "pas prêt" et qu'il boycotterait par conséquent l'ouverture de son procès, prévu pour durer deux ans. Il avait réclamé en vain en septembre dix mois supplémentaires pour préparer sa défense. Le tribunal avait décidé de lui imposer un avocat, lui octroyant de fait un délai supplémentaire.

Karadzic, 64 ans, est accusé de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour son rôle durant la guerre de Bosnie (1992-1995), qui a fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés. Il plaide non coupable.

L'ex-chef politique des Serbes de Bosnie a été arrêté le 22 juillet 2008 à Belgrade après 13 ans de cavale.

Considéré comme un monstre par les Croates et les musulmans de Bosnie, Radovan Karadzic reste cependant, pour de nombreux Serbes, un héros de la guerre.

Karadzic devant le Tribunal Pénal International

Jour après jour, suivez le déroulement du procès à La Haye.

Qui est Radovan Karadzic ?

Portrait, cavale et double vie de l'ex chef des Serbes de Bosnie.

Le procès de Slobodan Milosevic

Retour sur un procès-fleuve de cinq ans sans condamnation, l'accusé étant décédé en détention.

« Président du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie est une fonction administrative et politique »

Entretien avec Claude Jorda, ancien président du TPIY

La guerre de Bosnie (1992-95)

La guerre a fait quelques 100 000 morts.

Dossier réalisé par Sylvie Braibant, Laure Constantinesco et Christelle Magnout