Info

Révélation de Nicolas Hénin sur Mehdi Nemmouche : fallait-il parler ?

Nicolas Henin lors de la conférence de presse du 6 septembre 2014 à Paris (@AFP)
Nicolas Henin lors de la conférence de presse du 6 septembre 2014 à Paris (@AFP)

Au lendemain du témoignage de l'ex-otage français Nicolas Hénin sur le rôle de Mehdi Nemmouche, tueur présumé du Musée juif de Bruxelles, en Syrie, ses révélations suscitent la polémique. Quel est leur impact sur le travail des services secrets et la vie des otages encore détenus par les jihadistes ? La France peut-elle est visée par des attentats jihadistes  ? Eléments de réponse avec la rédaction de TV5MONDE.

dans

La polémique

La polémique
Les informations concernant le rôle de Mehdi Nemmouche en Syrie ayant été publiées par le quotidien français Le Monde, il n'y avait plus lieu de garder le secret, a expliqué Nicolas Hénin à la presse. Un autre ex-otage, Didier François, trouve, lui, irresponsable de révéler que le tueur présumé du Musée juif de Bruxelles était leur gardien en Syrie. Selon lui, "cela pose un véritable problème pour l'enquête en cours, pour les témoins et pour les otages restés là-bas". Lundi matin, sur l'antenne de sa radio Europe 1, Didier François est revenu à la charge contre le scoop du Monde : "Nous sommes journalistes, on doit l'explication, l'information, mais il y a un temps pour tout. Dans le cas particulier, il y a aussi un temps de la recherche, de l'enquête, de la Justice. Donc je pense qu'il n'était pas totalement utile de donner, sans avoir maîtrisé le temps, des informations à une organisation particulièrement dangereuse (...) qui a encore entre ses mains un certain nombre d'otages", a-t-il estimé, tout en dévoilant néanmoins de nouveaux détails sur les conditions de sa détention.

Retour en image sur les arguments de la polémique :


Les conséquences

07.09.2014Interview de Xavier Lambrechts
S'il est difficile de prévoir les conséquences des révélations du Monde et de Nicolas Hénin, les récentes décapitations par des jihadistes des deux journalistes américains James Foley et Steven Sotloff sont venues rappeler que la menace est réelle. Dimanche, le parquet avait expliqué avoir été interrogé vendredi par Le Monde, à qui il avait "expressément demandé (...), comme il l'avait demandé auparavant aux autres médias (...) de ne pas publier ces éléments". Si pour le journaliste du Figaro Georges Malbrunot, otage pendant 124 jours en Irak et libéré en décembre 2004, la nécessité d'informer ne prime pas sur la sécurité des otages encore détenus, Dorothée Moisan, journaliste à l'AFP et auteure de "Rançons, le business des otages" publié en octobre 2013 chez Fayard, rappelle que ces informations "ne révèlent rien aux ravisseurs".

Révéler le rôle de Mehdi Nemmouche en Syrie peut-il maintenant compromettre l'enquête et menacer d'autres otages ? Le travail des services secrets occidentaux est-il efficace contre le terrorisme aujourd'hui en France ? L'analyse de Jean-Dominique Merchet, journaliste pour le quotidien L'Opinion et spécialiste dans les questions militaires, invité du 64' de TV5MONDE.
Les conséquences


Attentats jihadistes en France ?

08.09.2014Par nos partenaires de France 2
D'après le témoignage des ex-otages en Syrie, Mehdi Nemmouche planifiait un attentat en plein défilé du 14 juillet en Fance. Une révélation démentie par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et le parquet de Paris : "Les services du ministère de l'Intérieur n'ont jamais eu connaissance d'un tel projet pour le 14-Juillet, a affirmé Bernard Cazeneuve lors d'une déclaration solennelle dans la cour de la place Beauvau. Les affirmation du quotidien Libération sont de fausses informations, tels sont les faits", a asséné le ministre, autorité de tutelle de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).
Attentats jihadistes en France ?