Info

A Rome, le sapin de Noël de la honte

Le sapin de Noël romain a été la cible de critiques sur les réseaux sociaux du fait de son rachitisme et de son coût. 
Le sapin de Noël romain a été la cible de critiques sur les réseaux sociaux du fait de son rachitisme et de son coût. 
©AP Photo/Alessandra Tarantino

Après le « le sapin laid » et bien maigre de Montréal l'année dernière, c'est celui de Rome qui fait parler de lui pour d'autres raisons : esthétique et économique. L'arbre qui trône sur la place Venise de la capitale italienne est...mort avant le jour de fête. Une nouvelle épine, on devrait dire aiguille, dans le pied de la maire de Rome très décriée et l'occasion de plaisanteries sans fin sur la toile.

dans

Un conte de Noël qui a un goût amer. L'arbre de noël de la mairie de la capitale italienne provoque la risée des Romains. Inauguré en grande pompe le 8 décembre, il a été dressé, place Venise, en plein centre historique, devant le monument dédié à Victor Emmanuel. Mais au bout de quelques jours, l'épicéa de 20 mètres de haut est vite apparu dépénaillé et bien peu fourni.

Quelques jours après son installation,  il s'est attiré critiques et moqueries à cause de son air bien maigrichon. Sur les réseaux sociaux, des groupes ont été créés raillant son aspect ou appelant à l'aide ! 

La polémique a pris une ampleur inattendue sur Internet : le mot-clé #spelacchio (qui signifie dépoilé, chauve) fleuri sur Twitter appelant à arrêter l'acharnement thérapeutique, ou à des collectes pour lui offrir de nouvelles décorations un peu plus colorées.

#JeSuisSpelacchio

Le hashtag #JeSuisSpelacchio, une référence au #JeSuisCharlie montre le sens de l'humour des internautes. Certains appellent à respecter sa laideur, son rachitisme. C'est aussi ce qui était arrivé au "sapin laid" de Montréal en 2016. Le conifère qui avait fait rire le monde entier, aura d'ailleurs un village à son image cette année.

Les internautes revendiquent pour l'arbre le droit à être différent !

Une journaliste très connue comme Simona Ventura s'est jointe au mouvement en demandant à ceux qui la suivent sur les réseaux sociaux d'apporter les décorations qui leur restent. Une page Facebook très populaire (350 000 lecteurs) qui s'appelle "les phrases d'Osho" s'est engouffrée dans la brêche : ici une image détournée du Pape François disant à la maire Raggi de Rome : "Tu ne voudrais pas faire la crèche s'il te plaît ? "

Un sapin à 50 000 euros

Certains critiquent le coût du sapin. Bien qu'offert par la communauté de la Val di Fiemme, dans le Trentin, son extraction, son transport et son installation ont coûté presque 50 000 euros (48 677,08 pour être exacts). C'est trois fois plus que l'année dernière ! La municipalité s'y est prise au dernier moment, lançant sa commande - en fractionnant les montants pour pouvoir se passer d'un appel d'offre - le 13 novembre... Les projecteurs se braquent sur la société de transport, la Ecofast Sistema Srl qui a remporté l'appel d'offre pour la deuxième fois consécutive. En 2016, elle avait réclamé 16 000 euros.

La gestion de la maire Virginia Raggi du "Mouvement 5 étoiles" n'en ressort pas grandie, elle va devoir répondre à l'association des consommateurs italienne CODACONS qui a demandé à la cour des comptes du Latium d'ouvrir une enquête. 

Pour achever le tout, c'est le cas de le dire, la mairie a dû annoncer, mardi soir, la mort définitive de l'arbre mais aussi qu'il ne sera pas remplacé ! Les funérailles de Spelacchio ont déjà été organisées. Rendez-vous place Venise, le 25 décembre.