Info

Ryanair : la fin du pionnier du low cost ?

© AP Images/ Claude Paris

Des milliers de vols annulés par Ryanair : la défection des pilotes a de lourdes conséquences pour la compagnie à bas coût. D'autant qu'elle n'arrive plus à recruter. En cause, des conditions de travail jugées inadmissibles et une rémunération trop faible.

dans
Près de 400 000 clients viennent d'apprendre que leurs vols sont annulés par Ryanair entre novembre prochain et mars 2018. La direction de Ryanair refuse d'admettre qu'elle manque de pilotes et évoque des "problèmes de gestion des calendriers de congés". Pourtant, d'après une enquête d'Europe 1, les pilotes ne veulent plus travailler pour Ryanair. Une partie d'entre eux a décidé d'arrêter de jouer le jeu du pionnier des vols à bas coûts. La compagnie commence a avoir la gueule de bois.

Ce que remettent en cause les pilotes est la base même du fonctionnement de Ryanair : la plupart des pilotes ne sont pas salariés mais auto-entrepreneurs. Résultat : leurs frais s'accumulent (simulateur d'entrainement, uniformes, charges etc) et leurs rémunérations effectives sont bien moindres que chez les concurrents.

Ryanair tente donc de ramener des pilotes dans son écurie en faisant du recrutement agressif par mail. L'entreprise essaye dêtre plus attractive, propose des légères hausses de salaires dans certains cas. Elle a même mis sur la table une prime pour les pilotes qui voudraient renoncer à dix jours de vacances. Un faux pas très mal perçu par ces derniers. Il est à noter qu'il n'y a pas de syndicats chez Ryanair, aucun d'eux n'ayant réussi à s'implanter dans l'entreprise.

Le pionnier du low cost en grande difficulté ?

Ryanair avait fait couler beaucoup d'encre lors de sa création et généré beaucoup de débats... Puis son modèle low cost est devenu presque monnaie courante avec l'apparition de concurrents sur le même segment. Mais peu à peu le système s'est effrité : les procès s'accumulent pour Ryanair. Air France a porté plainte pour concurrence déloyale. L'un des arguements est d'accuser Ryanair de "racket" vis-à-vis des aéroports régionaux qui lui ont permis de s'implanter sur le territoire français. D'après Air France, Ryanair demanderait aux aéroports des investissements de plus en plus conséquents pour continuer à les utiliser. Et cerise sur le gâteau, les pilotes se rebiffent désormais et rejettent les pratiques de la firme irlandaise. Quant au bilan comptable, il se détériore de plus en plus. Ryanair arriverait-elle à la limite de son système et au final celui du modèle low cost ?