Attentat Saint-Pétersbourg : quels liens entre la Russie et le Kirghizistan ?

Saint-Pétersbourg 4 avril
© TV5MONDE

Il n'y a toujours aucune revendication au lendemain de l'attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg, lundi 3 avril 2017, dont l'auteur présumé a été identifié comme étant Akbarjon Djalilov, un homme originaire du Kirghizistan. Comment expliquer cette attaque ? Entretien avec Slimane Zeghidour, éditorialiste à TV5MONDE.

dans

Un "kamikaze" originaire du Kirghizstan est l'auteur de l'attentat qui a fait 14 morts et 49 blessés ce lundi, dans le métro de Saint-Pétersbourg, ont affirmé mardi 4 avril 2017, les services de sécurité de cette ex-république soviétique d'Asie centrale. 

"Le kamikaze dans le métro de Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie) était un ressortissant kirghize, Akbarjon Djalilov (...), né en 1995", a déclaré à l'AFP le porte-parole des services de sécurité kirghizes, Rakhat Saoulaïmanov. "Il est probable qu'il a acquis la nationalité russe", a-t-il ajouté.

Selon les services de sécurité russes (FSB), une explosion a eu lieu lundi à 14H40 (11H40 GMT) dans une rame circulant entre deux stations d'une ligne fréquentée qui traverse le centre de Saint-Pétersbourg, Sennaïa Plochtchad et Tekhnologuitcheski Institout.

Le Comité d'enquête russe a annoncé peu après avoir ouvert une enquête pour "acte terroriste", tout en précisant que "toutes les autres pistes" seraient examinées.

Cet attentat, qui n'a pas été revendiqué, intervient alors que l'organisation Etat islamique (EI) a appelé à frapper la Russie après son intervention en soutien aux forces de Bachar al-Assad en Syrie, fin septembre 2015.

La Russie a décrété trois jours de deuil national.
 

Entretien aves Slimane Zeghidour, éditorialiste à TV5MONDE


Quels liens existent-ils entre la Russie et le Kirghizistan ? 

Slimane Zeghidour : Jusqu’en 1991, le Kirghizistan était une république soviétique, de plein droit. Les ressortissants de l’Union de nationalité kirghize n’étaient donc pas des étrangers, mais étaient chez eux dans toute la Fédération actuelle de Russie. Le Kirghizistan fait ainsi partie du destin de la Russie depuis des décennies, voire depuis l’empire tsariste au 19e siècle. 

En vertu de ce passé commun, la Fédération de Russie et la République kirghize entretiennent de très bonnes relations aujourd’hui, malgré l’accord de la Russie d’ouvrir au Kirghizistan, une base militaire américaine comme relais pour ravitailler les troupes pendant la guerre contre la talibans en Afghanistan, après les attentats du 11 septembre 2001 à New York (Etats-Unis). La Russie a d’ailleurs aussi une présence armée sur le territoire pour les mêmes raisons.

Comment peut-on expliquer cet attentat perpétré par un homme identifié comme d’origine kirghize dans le métro de Saint-Pétersbourg ?

S.Z : C’est certainement une trajectoire individuelle, au même titre que d’autres citoyens russes originaires de Tchétchénie, d’Ouzbékistan, qui ont déjà basculé dans le camp de Daech. Ou alors une cellule qui s’est mise en place. Il ne faut pas oublier que l’ex-Union soviétique, la Russie comprise, est le territoire qui a envoyé le plus grand contingent de djihadistes chez Daech : entre 8000 et 10 000 personnes, selon les chiffres. 

L'attaque de Saint-Pétersbourg n'a pas encore été revendiquée, mais les liens avec Daech sont possibles, sinon probables. Le groupe a déjà menacé à plusieurs reprises la Russie contre lequel il est en guerre. En novembre 2016, la police russe avait d’ailleurs annoncé avoir arrêté deux ressortissants d’Asie centrale, dont peut-être un Kirghize, qui s’apprêtaient à mettre des bombes dans le métro de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Il y a donc, au moins, un précédent.

Cet acte peut-il avoir un impact sur les relations entre les deux pays ?

S.Z : Le Kirghizistan va sans aucun doute prêter main-forte à la Russie pour faire la lumière sur ce qu’il s’est passé. En outre, les personnes d’origine kirghizes vivant en Russie s'y sont établies depuis parfois plusieurs générations. Et la Russie est un pays très vaste qui a besoin de travailleurs qualifiés, de main d’œuvre. Politiquement, punir tout un peuple car trois ressortissants sont passés à l’acte relèverait du châtiment collectif. 

Par ailleurs, le Kirghizistan est aussi dans la ligne de mire de tous les mouvements djihadistes qui ont proliféré en Asie-centrale, donc aussi de Daech. Dans ce contexte, les relations entre ces deux pays peuvent donc au contraire se renforcer.

 

Saint-Pétersbourg : Décryptage Slimane
Décryptage de Slimane Zeghidour sur le plateau du 64' de TV5MONDE, mardi 4 avril 2017 © TV5MONDE