Info

Scandale du dopage dans l'athlétisme : Lamine Diack démissionne du CIO

skypediack
TV5monde

Le Sénégalais Lamine Diack a démissionné, mercredi 11 novembre, du Comité international olympique. Au Sénégal, l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme reste soutenu par la population. Correspondance à Dakar.

dans
Suspendu le mardi 10 novembre par le Comité international olympique dont il était membre honoraire, Lamine Diack, 82 ans, ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme, a décidé, ce mercredi de démissionner du CIO.

Il était entré comme membre du CIO en 1999, au titre de président de l'IAAF, poste duquel il a démissionné en août. Atteint par la limité d'âge, il en était devenu en 2013, à 80 ans, membre honoraire.
Le comité exécutif du CIO, sur proposition de la commission d'éthique, avait décidé mardi de le suspendre provisoirement à la suite de sa mise en examen pour corruption massive et blanchiment aggravé par la justice française.

Un "modèle de droiture" selon ses proches

Ancien maire de Dakar (1978-1980), le successeur de Primo Nebiolo, dont il a pris la place à la tête de l’IAAF à son décès, Lamine Diack est pourtant présenté comme un modèle de droiture par ses proches. « La famille est vraiment très sereine. Je suis très serein parce que je connais bien mon frère. C’est un homme de principes. C’est quelqu’un de droit. On ne connaît pas la corruption», a expliqué son frère Asma Demba Diack sur RFI.

Un homme qui continuerait, toujours selon son entourage proche, à vivre relativement modestement et qui n’a en tout cas rien d’un flambeur. En fait, certains le décrivent surtout comme étant très mal entouré. « Son problème, c’est d’avoir autour de lui des gens qui ne sont pas honnêtes, prétend l’un de ses opposants, l’Italien Luciano Barra, dans les colonnes de L’Equipe. Et il est très faible…»

L’entourage le plus fidèle à Lamine Diack n’hésite pas à pointer du doigt l’influence néfaste de plusieurs membres de sa garde rapprochée, comme Habib Cissé, son ancien conseiller juridique, et Gabriel Dollé, responsable de la lutte antidopage auprès de l’IAAF jusqu’en décembre 2014. Ces deux-là ont d’ailleurs également été mis en examen, pour corruption passive.

Deux fils Diack impliqués

Deux des fils de Lamine Diack sont également dans le collimateur, Pape Massata et Khalil. Le premier nommé avait quitté ses fonctions de conseiller marketing de la fédération internationale à la fin de l’année dernière, quand le scandale avait commencé à éclabousser l’IAAF. Âgé de 51 ans, il est déjà passé par la case prison à plusieurs reprises.