"Semaine des ambassadeurs" : Laurent Fabius donne le cap pour la suite

Laurent Fabius lors d'un point presse au Quai d'Orsay, mercredi 26 août 2015.
Laurent Fabius lors d'un point presse au Quai d'Orsay, mercredi 26 août 2015.
© Laura Mousset

Après quatre jours de débats et de conférences autour de la diplomatie française, la "Semaine des ambassadeurs" touche à sa fin. A cette occasion, Laurent Fabius s'est s'exprimé sur la présence française à l'étranger, sur les enjeux de la COP21 et a donné le cap du ministère des Affaires étrangères et du Développement international du XXIe siècle.

dans
Le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international s'est exprimé, jeudi 27 août, devant une assemblée d'ambassadeurs présents dans la capitale pour la "Semaine des ambassadeurs". Il s'est tout d'abord réjoui du déroulement de cet événement annuel qui, selon lui, "a permis des échanges multiples" entre les différents acteurs de la diplomatie française, mais également de « traiter les grands sujets de façon utile ».

L'international

La première partie de son allocution était dédiée aux différentes actions et interventions de la France dans le monde. Il est revenu sur l’Iran, soulignant que « la mission diplomatique peut changer le cours des choses ». La preuve : « objectif atteint pour le nucléaire iranien après 12 ans de négociaion ».  Et selon lui, cet accord « peut faciliter davantage la paix au Moyen Orient ».

Il s’est également exprimé sur la situation au Mali en soulignant que « tout n’est pas réglé ».  Cependant, « au Mali et en Centrafrique, la France a rempli ses devoirs de sécurité ».

Concernant la crise en Grèce, le ministre a déclaré que la France « avait contribué à l’élaboration d’un compromis européen ».  Le conflit israélo-palestinienne, le virus Ebola et l’Irak, l’Ukraine et la Syrie ont été rapidement abordés. « Un Bachar el-Assad ne peut pas être l’avenir de son pays en raison de ses crimes », a déclaré Laurent Fabius.


Les conflits dans le monde ne pouvaient pas être abordés sans parler du groupe Etat islamique, définis comme de « faux religieux et de vrais criminels ». C’est pourquoi « la France doit renforcer son soutien aux pays touchés par Boko Haram (qui a récemment fait allégeance à l’Etat islamique, ndlr) et aux forces africaines ». Une déclaration adressée notamment au Nigeria, soutenu par les forces camerounaises, tchadiennes et nigériennes. Le ministre français soutient le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari dans sa lutte contre les djihadistes.


Les enjeux de la COP21

Laurent Fabius s’est ensuite penché sur le sujet de la COP21, au centre de la "Semaine des ambassadeurs". (voir notre article : La COP21 au coeur de la "Semaine des ambassadeurs). Le ministre a insisté sur « la nécessité d’un accord à la fois durable et dynamique ». Le dérèglement climatique est un « problème qui n’a de limites ni dans le temps, ni dans l’espace ». Il a insisté sur le fait que les négociations de Paris sont différentes des autres : « c’est une course mondiale contre la montre ».


Le cap pour le futur : le Quai d'Orsay du XXIè siècle

Enfin, Laurent Fabius a donné le cap vers ce qu’il appelle le « Quai d’Orsay du XXIème siècle. « Il est indispensable d’avoir les grandes lignes du futur en tête pour adapter notre diplomatie », a-t-il déclaré. Selon lui, demain, le monde sera plus connecté en ce qui concerne le tourisme et le commerce. Les pays émergents seront au coeur des échanges mondiaux et l’Afrique jouera un rôle croissant ; l’essor des classes moyennes augmentera le flux de touristes en Afrique et en Asie, et aucun pays ne disposera seul des moyens de régler les problèmes interplanétaires… « Notre feuille de route s’articule autour de trois orientations : adaptation, simplification et gestion humaine ».

Parmi les différents projets à venir : un concept de bureaux de France partout dans le monde, une équipe de soutien prête à traiter toutes les crises, l’installation d’une journée annuelle consacrée à la promotion des investissements français dans les ambassades, un speed-dating ambassadeurs-entrepreneurs annuel (voir notre reportage), l’objectif d’une qualification d’ambassade verte, l’instauration de consulats numériques… Un médiateur vient également d'être nommé au sein du ministère.


Retrouvez l'intégralité du discours de Laurent Fabius en clôture de la Semaine des ambassadeurs :