Info

Slovénie : échange maison de retraite

Miquel Ribas, un Espagnol de 82 ans, s'est séjourné dans la maison de retraite de Topolsica (Slovénie), le 24 juillet 2014 ©AFP/Jure Makovec
Miquel Ribas, un Espagnol de 82 ans, s'est séjourné dans la maison de retraite de Topolsica (Slovénie), le 24 juillet 2014 ©AFP/Jure Makovec

Il n'y a pas d'âge pour voyager. Cela pourrait être le credo du site internet slovène Linkedage qui propose aux pensionnaires de maisons de retraite d'échanger leurs logements pour voyager. Un premier échange a été réalisé entre la Slovénie et l'Espagne, et devrait séduire d'autres séniors. 

dans
Jozica Kucera n'a pas hésité longtemps. « Quand l'occasion s'est présentée, j'ai rapidement décidé que je voulais aller en Espagne. Je n'ai pas peur du tout, je me demande comment les personnes âgées vivent là-bas », raconte-t-elle à77 ans.
                 
Cette veuve slovène a quitté son logement dans la maison d'accueil de Topolsica, dans le nord du pays, pour passer une semaine dans un établissement similaire à Mataro, sur la côte espagnole près de Barcelone, dans les appartements de Miquel Ribas, 82 ans, qui prendra, pendant ce temps-là, sa place en Slovénie.
                 
Un échange piloté par le réseau social "Linkedage " créé il y a un an dans le petit pays de la zone euro.

Mme Kucera a payé 60 euros d'inscription au réseau, et son billet d'avion aller/retour. Mais elle n'a rien déboursé pour tout le reste : logement, soins de santé, nourriture et divertissements.
                 
Même s'il ne parle pas slovène, le retraité espagnol Miquel Ribas se dit ravi de son séjour dans la résidence de Topolsica entourée de collines et de forêts. « Je prends des photos. A Mataro, ils m'ont demandé d'en prendre une centaine si je peux et nous ferons une présentation quand je serai de retour », explique-t-il.



Capture d'écran du site internet slovène ©AFP
Capture d'écran du site internet slovène ©AFP
Premier essai
                 
Après plusieurs expériences concluantes en Slovénie, cet échange international est le tout premier réalisé via Linkedage, qui a développé une plateforme internet reliant les maisons de retraite -de qualité équivalente- en Europe et dans le monde afin de permettre aux pensionnaires d'échanger leurs logements pour de courtes périodes.                              
                
L'Europe vieillit                                  
                 
L'idée est venue d'une étude de l'OCDE montrant que jusqu'à 35% des capacités des maisons de retraite sont inutilisées et que 40% de la population européenne sera âgée de plus de 65 ans d'ici 2060, explique Tomaz Lorenzetti, l'un des fondateurs de Socinet, la compagnie de technologie internet à l’origine du site Linkedage.
                 
« Ayant cela en tête, je me suis dit : pourquoi ma grand-mère devrait-elle, si elle est active et a les moyens de vivre dans une maison de retraite, rester toujours au même endroit au lieu d'aller vivre pendant une partie de l'année dans un autre établissement offrant les mêmes services ? », raconte-t-il.

La maison de retraite de Topolsica, (Slovénie) ©AFP/Jure Makovec
La maison de retraite de Topolsica, (Slovénie) ©AFP/Jure Makovec
Échange

Mais échange d'appartement n’est qu’un aspect du projet, qui veut aussi développer la location par les personnes âgées de logements vacants dans les maisons de retraite, ajoute-t-il.
                 
Selon Diana Galijasevic, responsable du projet Linkedage, plus de 100 établissements d'une douzaine de pays, y compris l'Indonésie, l'Inde et le Mexique, ont déjà rejoint la plateforme. « Nous avons décidé de nous concentrer sur l'Europe, essentiellement l'Espagne, la France et l'Allemagne, et plus tard nous pourrons étendre au monde entier », explique-t-elle.
                 
« Une fois que les seniors ont échangé leur appartement ou leur chambre, c'est à l'établissement hôte d'organiser leur séjour, ce qui peut s'avérer compliqué notamment en raison d'un problème de communication avec le visiteur étranger », explique Diana Janezic, chargé des divertissements pour les pensionnaires de la résidence de Topolsica en Slovénie.
                 
Mais « nous avons fait appel à un professeur d'espagnol local pour nous aider et avons organisé plusieurs visites avec M. Ribas », dit-elle.

Distraction
             
Ces échanges représentent aussi une forme de distraction dans le quotidien des pensionnaires et peut encourager certains à se lancer dans l'aventure.
                 
« Toutes les personnes âgées n'ont pas envie de voyager, mais il y en a qui aimeraient bien et ne le font pas car elles ont peur », souligne Mme Janezic.  Grâce à cette idée, « la possibilité de voyager s'offre à eux ! »