Souvenirs d'internautes

dans

Et vous, que faisiez-vous le 9 novembre 1989 ?

Début septembre, nous avons lancé un appel aux souvenirs à destination des internautes du monde entier. La question était : "Où étiez-vous le 9 novembre 1989 et qu'est-ce que cela a changé pour vous ?"

Nous avons eu une centaine de témoignages que nous avons tous publiés ici. Nous vous invitons à les lire, ils sont tous intéressants, personnels, émouvants, parfois drôles...

Le choix a été difficile mais le jury de TV5MONDE a rendu son verdict en en sélectionnant dix, que vous pouvez retrouver ci-dessous. Ces heureux gagnants remportent le DVD du film de Wolfgang Becker, "Good bye Lenin!".

Rabah (algerianman), Algérie, 42 ans

Paradoxe

Je suis maçon de profession, le jour de la destruction du mur de Berlin en 1989, j'étais entrain de construire un mur de séparation au milieu d'une cours pour deux voisins qui s'entendaient pas, reellement pas du de tout. C'est pour çà je leur ai dit que le mur de Berlin renaît de ses cendre ici chez vous.

Dimitrina (Dima), France Bulgarie, 30 ans

J'avais 11 ans et j'allais me faire percer les oreilles

En 1989 j'habitais encore à Sofia, Bulgarie, où je suis née et où habite toujours ma famille.
A cette époque, âgée de 11 ans, je n'étais plus tout à fait un enfant et je n'étais pas encore une fille. J'étais en pleine crise existentielle due à ma coupe de cheveux absolument improbable issue de quelques coups de ciseaux en trop de la part de ma coiffeuse vraisemblablement apprentie à l'époque des faits.
A cause de cette coupe tout le monde m'appelait “jeune homme“, alors j'étais très révoltée contre cette injustice.
Ainsi, le 09 novembre 1989 je me suis rendue avec ma maman dans un institut pour me faire percer le oreilles afin que tout le monde finisse par comprendre que j'étais une fille. Le soir on regardait le journal télé quand on a appris la chute du mur de Berlin. J'étais jeune mais je me souviens que je m'étais dit “Ah ben tiens, deux événements mémorables le même jour!“.

nehme (9novBoy), Canada, 19 ans

9 novembre 1989

Je ne me rapelle pas vraiment... Mais j'ai une bonne excuse du docteur ! J'étais entrain de naître ce jour là ! Je suis fier d'être né le jour où les murs sont tombés... je vois ça comme une métaphore (faire tomber les taboo en ce qui lien ma personnalite ). Cette année, ça va faire 20 ans, je dois dire que le temps avance rapidement... Mais ce moment restera une journee historique dans la mémoire collective des gens et aussi une journée histoire pour ma mère, si vous voyez ce que je veux dire : ) bon anniversaire àmoi et à cette page de l'histoire !

TETOUGNIMA (AHMED), Togo, 44 ans

GESTIONNAIRE

CE JOUR LA, J'AI EU L'INFO PAR RFI, ma première réaction est de contacter mon prof d'hitoire à qui lors d'un devoir j'avais prédi la chute du mur à la conclusion de devoir. Il m'a balancé 0 pour n'avoir pas compris son cour. Après, il a présenté ses excuses et félicité mon bon sens de compréhension

Zeina (Miss), Liban, 30 ans

J'ai eu peur...

En 1989, j'avais à peine 10 ans quand mes parents m'ont raconté la tragédie : le mur de Berlin tombait... même si c'est loin de nous mais j'ai eu peur que cela arrive à notre pays aussi et la guerre sera de nouveau chez nous... c'est vraiment dramatique :(

Thomas (tom), Allemagne, 56 ans

Une matinée presque tout à fait normale

Le 9.11.1889 on vivait à Berlin. Tout en étant si proche des événements on avait d'abord rien remarqué parce que le mur s'est ouvert de nuit. Le lendemain on n'écoutait pas la radio non plus. Mais quand on allait au boulot on a vu partout des gens qui faisaient la queue devant les banques. Pourquoi donc ? Réponse d'un Berlinois (en patois) : Ils sont tous de l'est et veulent chercher “l'argent de salutation“... (Avant la chute du mur chaque citoyen de la RDA avait droit à une allocation une fois par an quand il voyagait à la RFA) On était très étonné sans vraiment comprendre ce qui se passait. C'est le soir seulement en ville qu'on comprenait....

Nicole (Blanche), Allemagne, 66 ans

Ma ville Berlin, brisée en 2 morceaux. Il y avait mon côté c´était l´Ouest et l´autre côté c´était l´Est. L´autre côté, j´y allais rarement, c´était pour moi plus loin que d´aller en Amérique.

Lorsque le 8 à France Inter on dit que des gens de l´Est étaient passés à l´Ouest, j´eu du mal à comprendre… le mur s´ouvrait, je pris mon vélo et pédalais à travers le Tiergarten vers le mur.

bruno (chaplin), France, 40 ans

j'ai vécu cette nuit historique!

« Réveille- toi, le mur vient de tomber ! C’est dingue ! »
A ces mots, une seule réplique : « Non, rien ne me sortira de mon lit confortable d’un hôtel situé sur le Kudamm’ ».
Klaxons , cris de joie à l’extérieur ont finalement eu raison de mon traversin et de mes draps !
Non, c’était bien vrai. Mon compagnon de chambre avait eu la très bonne idée de me réveiller cette nuit du 9 au 10 novembre. Oui, Günther Schabowski avait prononcé quelques heures plus tôt les mots libérateurs. Oui, les rues étaient noires de monde. Oui, tout le monde convergeait vers la Porte de Brandebourg et les postes frontières pour voir si tout cela était vrai. Oui, nous fêtions les premières Trabant venues sentir l’air de la liberté dans les rues de Berlin-Ouest. Oui, j’allais avoir 20 ans 3 jours plus tard. Oui, mon destin croisait la route du destin du monde .Oui, j’étais à Berlin depuis 4 jours dans le cadre de mes études de germaniste. Non, je ne revivrais jamais la même ambiance avant bien longtemps. Oui, j’allais faire les pages intérieures du journal « die Welt » quelques jours après.( La personne au premier plan portant une veste en jean, c’est moi !!!)
Aujourd’hui, professeur d’allemand en France, je m’attache chaque automne à faire revivre à mes jeunes élèves ces journées mémorables.

Alicia (Libertad), Chili, 50 ans

Parmi l'espoir le bonheur et la démocratie

Le 9 novembre 1989 j' étais à New York avec mon mari qu'y faisait un stage et vraiment j'étais entre l'espoir qu'on sentait l'année 1988 après le plebiscite pour retourner à la démocratie au Chili, et le bonheur d'avoir un nouveau Président élu par le peuple.
En effet cela s'est passé l'année 1989 c'est à dire la même année de la tombée du Mur de Berlin.Quel bonheur! Quelle coïncidence! et voilà la démocratie pour mon pays aussi. Trois ans à ne pas oublier dans ma vie: 1988 ,1989,1990 et un séjour à Manhattan où quelque années après ce serait l'enfer...

neka (alframe), Etats-Unis, 48 ans

Ma réaction à la chute du mur

Ce jour-là j'étais en Albanie, en pleine isolation et coupée du monde, mais heureusement le soir de la chute à la fin du cours, un de mes collègues germanophile me chouchote à l'oreille: hey quelque chose de grand est arrivé à Berlin, quoi? je lui ai dit précipitante et surprise,
Shhhhhhhhhh, réplia t-il, “ les murs ont des oreilles“ mais tu vas voir que ça va changer notre vie aussi...

Neka Doko
South Boston, MA