Suède : les champions de l'innovation

Non seulement le pays d'Ikea et de Volvo a réussi à traverser le choc des subprimes sans creuser sa dette, mais il a une croissance à faire pâlir d'envie ses partenaires européens. Mais quel est donc son secret?? Outre le redressement des finances publiques et la modernisation de l'administration, l'Etat suédois –qui fait partie de l’Europe mais pas de la zone euro- a choisi d'investir dans le secteur de l'innovation.

dans
Dans la banlieue de Stockholm se trouve Kista. On y accède facilement, en voiture ou en métro. Cette Silicon Valley suédoise s’étend sur 2 millions de m2 et abrite 8500 entreprises, dont plus d’un millier spécialisées dans les nouvelles technologies. Résultat, Kista est le premier pôle européen dans ce domaine, devant Sophia Antipolis en France.
 
En arrivant à Kista, nous nous rendons compte que plus qu’une zone d’activité, c’est une véritable petite ville avec ses immeubles d’habitation – surtout occupés par une population issue de l’immigration - son centre commercial, son école, son église et son université. On y trouve en effet une annexe du prestigieux institut royal de technologie (KTH) qui forme les meilleurs ingénieurs de Suède et dont les laboratoires abritent plus d’un millier de chercheurs.

De Harvard à Stockholm

Nous sommes allés à la rencontre de Xavier Aubry. En 2001, ce Français diplômé d’Harvard aurait pu s’installer aux Etats-Unis pour lancer sa start-up mais l’éclatement de la bulle internet et le choc des attentats du 11 Septembre en ont décidé autrement. C’est finalement en Suède que le jeune chef d’entreprise posera ses valises. Un choix qu’il ne regrette pas, comme il nous l’explique dans notre reportage. Depuis 2008, sa société Appear Networks, qui vend des solutions de technologie mobile à de grandes entreprises à travers toute l’Europe, est à l’équilibre financier. Cette année, 5 ingénieurs vont être recrutés et venir grossir les rangs de la trentaine d’employés actuelle.

Les start-up très confiantes dans leur avenir

15 à 20 start-up naissent chaque année à Kista. Pour la plupart, elles ont démarré chez STING, l’un des principaux incubateurs d’entreprises du pays. La sélection pour y entrer est drastique: chaque année, seulement 7% des start-ups candidates sont acceptées! Comme l’explique Pär Hedberg, le PDG de STING, dans notre reportage, les sociétés qui se créent ici doivent absolument avoir une vocation internationale. Car en Suède, économie ouverte oblige, on se concentre sur l’export.
 
Plus de 80% des start-up passées par STING réussissent. Et si l’incubateur est financé à 70% par l’Etat suédois, aucune couronne n’est reversée directement aux apprentis entrepreneurs.  Ici, on leur apprend à se débrouiller seuls pour demander des crédits et des subventions. Selon un récent sondage, 87% des start-up basées à Kista seraient très confiantes dans leur avenir.

Une société égalitaire

Plus généralement, le modèle économique suédois semble aujourd’hui prouver son efficacité. Le pays a subi un plan d’austérité sévère suite à la crise bancaire qu’il a traversé entre 1990 et 1992, ce qui lui a permis d’être ensuite peu touché par la crise de 2009 (subprimes).
 
Pour nous en parler plus en détail nous avons rencontré l'historien Gunnär Wetterberg (voir vidéo). Il a participé au sein du gouvernement démocrate aux réformes d’austérité (1993-2006). Selon lui, le secret des Suédois serait leur faculté de consensus. Dans ce tout petit pays – à peine plus de 9 millions d’habitants – chacun est capable de faire des efforts pour le bien commun. Et cela paye… Même si le fossé entre riches et pauvres se creuse comme ailleurs, la Suède est, avec la Norvège, l’une des sociétés les plus égalitaires en Europe.

Reportage vidéo

07.03.2012

Reportage vidéo

Bonus: Comment se porte la Suède?

07.03.2012

Rencontre avec l'historien Gunnär Wetterberg

Bonus: Comment se porte la Suède?

Des reportages réalisés avec le soutien du Parlement européen