Sur Twitter, un mot-clé pour se moquer des clichés racistes

©Thinkstock/Ridofranz

Une internaute française s'est amusée à détourner les clichés des Blancs sur les Noirs en utilisant le mot-clé #SiLesNoirsParlaientCommeLesBlancs sur Twitter. Cet humour anti-raciste rencontre un franc succès sur le réseau social et inspire d'autres "communautés". Florilège. 

dans
Tout est parti de ce tweet posté le 16 février par une jeune française de 19 ans dite "Jaja" sur le réseau social :


"J'ai posté ce tweet en me souvenant d'une vidéo que j'avais vue il y a quelques jours sur les clichés véhiculés sur les Latinos américains et dans laquelle ils inversaient les rôles, nous explique-t-elle. J'ai trouvé ça drôle de faire la même chose avec une autre 'communauté' tout en me rappelant aussi un commentaire que l'on m'avait fait sur mes cheveux."

Après ce premier tweet "Jaja" a continué d'user de ce mot-clé avec beaucoup d'humour : 

"Je ne vois pas dans ce genre de phrases une sorte de racisme mais plus des clichés bien incrustés dans la culture d'aujourd'hui", souligne "Jaja" qui en fait aussi souvent les frais. 

D'une simple blague partagée avec les personnes qui la suivent sur son compte Twitter, #SiLesNoirsParlaientCommeLesBlancs se répand sur le réseau social pour être décliné par des centaines d'internautes.

"Jaja" est la première surprise par le succès que rencontre "son" mot-clé : "Ce n'est pas comme si l'idée m'appartenait puisque ce sont des petites réflexions que toute personne noire a au moins reçu une fois dans sa vie. Mais j'ai trouvé ça drôle que tout le monde s'approprie l'idée avec sa propre expérience. "

Chacun y va depuis de son tweet sur les clichés ou les discriminations physiques et culturelles souvent énoncés par les blancs sur les noirs, mais cette fois détournés. C'est drôle et bien vu. 
 

Le succès de ce mot-clé en a fait, depuis,  naître un autre sur les clichés véhiculés à l'encontre des homosexuels mais cette fois tourné vers les hétéros. Et c'est aussi drôle : #SILesHomosParlaientCommeLesHétéros

Internet de manque décidément pas d'humour ni de répartie.