Syrie : le maillon inflexible

dans

Massacres à huis clos

L'armée près de Deraa  (mai 2011 AFP)
L'armée près de Deraa (mai 2011 AFP)
Près d'un an après les premiers incidents de Deraa, dans le sud du pays, les manifestations quotidiennes en Syrie sont plus brutalement réprimées que jamais. Les organisations syriennes de défense des droits de l'homme évaluent à plus de 5000 le nombre de tués depuis le 15 mars 2011. 
La presse internationale ne peut travailler sur place.
En dépit de nombreuses prises de positions et diverses sanctions ponctuelles, la communauté internationale observe un prudent attentisme à l'égard d'un pays plus fragile qu'il n'y parait, garant historique d'une certaine stabilité régionale et dont on craint par dessus tout l'éclatement.



Notre dossier



Chronologie

Manifestation à Deraa le 23 avril
Manifestation à Deraa le 23 avril

MARS 2011
- 15: A Damas, rassemblement à l'appel d'une page Facebook pour "une Syrie sans tyrannie, sans loi sur l'état d'urgence ni tribunaux d'exception".
- 18-27: Manifestations réprimées à Damas, Banias (nord-ouest) et Deraa, foyer de la contestation dans le Sud (100 morts, le 23). Violences meurtrières à Lattaquié (nord-ouest).
AVRIL
- 18: Les autorités dénoncent une "rébellion armée de groupes salafistes".
- 21: Assad annonce la levée de l'état d'urgence et l'abolition de la Cour de sûreté de l'Etat. Le 22, plus de 80 morts.
- 25-26: Renforts de l'armée à Deraa. La contestation s'étend et se radicalise avec des appels à la chute du régime.
MAI:
- 7-8: L'armée intervient à Banias, Homs et Tafas (province de Deraa).
- 10: L'UE sanctionne Assad, suivi le 18 par Washington
JUIN
- 6: 120 policiers sont tués à Jisr al-Choughour (nord-ouest). Damas accuse des "groupes armés", des témoins évoquent une mutinerie.
- 13-26: L'armée se déploie près de l'Irak, près de la frontière turque, puis près du Liban.
JUILLET
- 15: Plus d'un million de manifestants, en particulier à Hama (nord) et Deir Ezzor (est).
- 31: 139 morts, dont 100 lors d'une offensive de l'armée à Hama.
AOUT
- 3: Déclaration du Conseil de sécurité qui "condamne les violations généralisées des droits de l'Homme".
- 18: Obama et ses alliés occidentaux appellent Assad à partir.
OCTOBRE
- 2: A Istanbul, lancement du Conseil national syrien (CNS), qui réunit la majorité des courants de l'opposition.
- 29-30: 47 soldats et membres des forces de sécurité tués lors d'affrontements avec des déserteurs.
NOVEMBRE
- 2: Damas accepte un plan de la Ligue arabe (arrêt des violences, libération des détenus, retrait de l'armée et libre circulation pour des observateurs arabes), mais continue de réprimer dans le sang la révolte.
- 12: La Ligue arabe suspend la Syrie de ses travaux.
- 16: Attaque d'un centre des services secrets près de Damas par l'Armée syrienne libre (ASL), dont le chef est basé en Turquie.
- 27 et 30: Sanctions économiques de la Ligue arabe et de la Turquie.
DECEMBRE
- 2: Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU condamne Damas, après un rapport faisant état de crimes contre l'humanité.
- 11: Grève générale à l'appel de l'opposition.
- 20: 123 civils tués (militants).
- 23: 44 morts et 166 blessés dans deux attentats suicide visant des bâtiments de la sécurité à Damas. Les autorités les imputent à Al-Qaïda, l'opposition accuse le régime.
- 26: Nouvelle offensive contre Homs (centre), bastion de la contestation.
Début de la mission d'une cinquantaine d'observateurs de la Ligue arabe.
JANVIER 2012
- 2: "Il y a toujours des tirs et des tireurs embusqués" dans les villes (Ligue arabe).
- 2-3: Les appels au retrait des observateurs se multiplient. Les militants pro-démocratie dénoncent leur "manque de professionnalisme", Washington estime qu'il est "grand temps" que l'ONU agisse.
- 6: Au moins 26 morts et 63 blessés dans un attentat suicide dans le quartier de Midane du centre de Damas. Les Frères musulmans accusent le régime et demandent une enquête internationale. Les autorités imputent l'attaque à des terroristes.
Manifestations pour réclamer l'aide de l'ONU.
La mission arabe "pas en mesure de faire son travail correctement" (Paris).