Tareek, 50 ans, ingénieur

dans

Tareek, 50 ans, ingénieur



« Je vivais au Canada et suis rentré en février parce que ma mère avait des ennuis de santé. Je sentais aussi que quelque chose allait se passer.

Cela faisait 22 ans que j’avais quitté le pays. Quand j’ai goûté à la liberté, j’ai compris que je ne pourrais plus jamais revenir vivre en Lybie.

Maintenant que Kadhafi est tombé, j’espère vraiment qu’on va vivre librement : avoir des médias d’opinion, la liberté de penser, de lire autre chose que le Livre Vert, avoir un multipartisme politique et une vraie société civile avec une justice et des instituions démocratiques.

Je n’ai rien contre les
Kadhafistes et qu’ils aient leur  parti. Je leur demande juste de tolérer les autres courants. Je ne sais pas de quoi demain sera fait mais rien ne pouvait être pire que Kadhafi. Je pense que le nouveau gouvernement est très capable et quand je vois comment les rebelles ont su ramener l’ordre en quelques jours, j’ai confiance.


Maintenant, je veux rester en Lybie et assister à ce changement ».