Terrorisme : "la France a eu tort d'intervenir en Syrie"

Avion de chasse français sur le porte-avion nucléaire Charle de Gaulle, dans la rade de Toulon, prêt à partir en Syrie, le 18 novembre 2015. (AP Photo/Claude Paris)

La France a eu tort d’intervenir en Syrie, affirme Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Elle est en train de payer au prix fort une guerre qui n’est pas la sienne.

dans

Les attentats sont la suite logique des bombardements

La France meurtrie, la France martyrisée… mais la France responsable ? L’attentat de Nice, comme les autres opérations sanglantes menées depuis plus d’un an dans l’Hexagone par des djihadistes, est étroitement lié aux interventions militaires occidentales dans le monde arabe, estime Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire au ministère français de la Défense, maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris et auteur d’un livre à paraître en septembre sur la diplomatie religieuse de l’Arabie saoudite.

Pourquoi cet acharnement de l’Etat islamique contre la France ?

Pierre Conesa : La France se veut aujourd’hui le meilleur allié des Etats-Unis contre Daech (l’Etat islamique), une ligne dure qui a été symbolisée par l’ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et qui est perpétuée aujourd’hui par le président François Hollande. Elle le manifeste en participant très activement aux bombardements de la coalition occidentale en Syrie, ce qui lui vaut d’être sinon la seule, du moins la principale cible des djihadistes en Europe. Il faut ajouter à cela que l’Hexagone abrite une communauté musulmane particulièrement nombreuse à l’échelle de l’Occident, une caractéristique qui représente un facteur certain de fragilité face aux crises qui secouent le Proche-Orient.

Après les attentats de janvier, François Hollande a décrété qu’on nous avait déclaré la guerre. Mais c’est le contraire qui est vrai : c’est nous qui avons déclaré la guerre à Daech !

Pierre Conesa

François Hollande a réagi à l’attentat de Nice en promettant une multiplication des frappes en Syrie. Qu’en pensez-vous?

P.C : La stratégie terroriste consiste toujours à effectuer une provocation pour obtenir une réaction, qui suscitera de nouvelles attaques, etc. C’est là un cercle vicieux classique. Ce qui m’étonne, c’est que les hommes politiques réagissent toujours de la même manière, en disant que cela ne se passera pas comme ça et qu’ils vont envoyer l’armée. C’est ce qu’a fait George Bush en décidant l’invasion de l’Afghanistan, puis celle de l’Irak, qui est la pire catastrophe de ces quinze dernières années. Or, la France fait exactement pareil. Après les attentats de janvier, François Hollande a décrété qu’on nous avait déclaré la guerre.

Mais c’est le contraire qui est vrai : c’est nous qui avons déclaré la guerre à Daech ! Nous l’avons décidé par une résolution de l’ONU, au nom de laquelle nous menons depuis un an et demi une campagne de bombardements. Tout ce qui distingue le scénario originel du scénario actuel, c’est que les forces arabes engagées à nos côtés nous ont lâchés ensuite pour rejoindre la campagne lancée par l’Arabie saoudite contre le Yémen. Aujourd’hui, il n’y a plus guère qu’une coalition occidentale pour se battre contre Daesh, soit pour mener une guerre qui n’est pas la nôtre mais celle des Etats de la région. Les attentats djihadistes sur sol français représentent la suite logique de cette contradiction.

L'Arabie saoudite, un Daech qui a réussi

Kamel Daoud

Ne sommes-nous pas concernés par les ambitions idéologiques de l’Etat islamique ?

P.C : Si, nous sommes concernés. Mais comme l’a dit l’écrivain algérien Kamel Daoud, l’Arabie saoudite est un Daech qui a réussi. Je ne vois pas pourquoi nous nous battons contre cette organisation parce qu’elle décapite, coupe la main des voleurs, opprime les femmes et interdit les autres religions pour défendre l’Arabie saoudite qui décapite, coupe la main des voleurs, opprime les femmes et interdit les autres religions. Nous n’avons pas affaire, ici, à une bataille pour les valeurs. Ce n’est pas vrai. Nous rendons service. Nous défendons nos intérêts commerciaux, économiques, pétroliers, énergétiques dans les pays du Golfe.

Comment expliquez-vous l’engagement de la France en Syrie, après la prudence qu’elle a affichée il y a quelques années en Irak ?

P.C : Ce retournement s’explique par l’arrivée d’une série de néo-conservateurs au Quai d’Orsay, avec Nicolas Sarkozy d’abord puis avec François Hollande. Des néo-conservateurs qui se sont donné pour but de renouer des liens étroits avec Washington. La décision prise par Jacques Chirac de ne pas intervenir aux côtés des Etats-Unis en Irak en 2003 a créé un traumatisme considérable dans le système diplomatique du Quai d’Orsay, au point de provoquer un violent retour de balancier. Rappelez-vous du scénario de l’intervention française en Libye et du chaos qui a suivi! La France a fait à son échelle ce que Bush avait fait en Irak, c’est-à-dire détruire un régime et laisser derrière elle un chaos qu’elle n’a aucune capacité à gérer.

La décision de bombarder la Syrie a été prise pour des motifs de politique intérieure

Pierre Conesa

Nous aurions dû nous interroger dès ce moment-là sur l’inefficacité de notre outil militaire dans ce genre de crises mais nous ne l’avons pas fait. Pas du tout. La décision de bombarder la Syrie a été prise pour des motifs de politique intérieure, sous le prétexte que la France ne pouvait pas rester passive face à des massacres. Mais si, elle le peut! La crise la plus meurtrière depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est celle du Congo : deux millions et demi de morts, treize mille enfants enlevés, etc. Or, Paris s’est bien gardé d’y envoyer des troupes.

François Hollande devrait-il interrompre les bombardements français en Syrie ?

P.C : La France devrait dire aux pays de la région qu’elle n’a plus les moyens de poursuivre la campagne aérienne et leur donner six mois pour redéployer leurs forces sur ce front. Ces Etats en ont les moyens. Les Saoudiens possèdent 400 avions de combat. Dans leur phase offensive contre Daech, ils en ont mobilisé une quinzaine, pas plus que le Danemark et les Pays-Bas réunis. Or, quand ils sont intervenus au Yémen, ils en ont déployé une centaine. La vérité est que nous sommes en train d’accomplir le travail de police à leur place.

Si François Hollande sonne la retraite, il aura perdu la guerre… Peut-il se le permettre personnellement ?

P.C : Ce ne serait pas la première fois qu’une intervention militaire se terminerait par une défaite… Rappelez-vous la guerre d’indépendance de l’Algérie! Au début aussi, après l’assassinat du couple d’instituteurs qui allait prendre ses fonctions dans les Aurès, la Quatrième République a déclaré que cela ne se passerait pas comme ça et qu’elle allait envoyer l’armée. Elle l’a fait. Il n’empêche que, politiquement, la guerre était perdue. Nous nous trouvons aujourd’hui dans la même situation.

L’idéologie salafiste – qu’on ne veut pas appeler wahhabite pour ne pas vexer nos alliés saoudiens – est le totalitarisme religieux de ce début de XXIe siècle. Mais ce n’est pas nous, avec nos leçons d’instruction civique, qui pouvons la vaincre. Elle est un problème interne à l’islam. La cible principale des salafistes ne sont d’ailleurs pas les Occidentaux, ce sont les chiites, puis les soufis, puis les «mauvais musulmans». Qu’avons-nous à monter en première ligne pour la combattre ?

► Cet article est paru sur le site de notre partenaire Le Temps, le 16 juillet 2016