Théâtre : vous reprendrez bien un peu de Poulpe ?

Ceux qui ont adoré la série littéraire créée par Jean-Bernard Pouy se délecteront de retrouver sur la scène parisienne ses deux détectives amateurs dont les saillies font le sel de la collection. Seuls à une longue table drapée de noir, deux comédiens, accompagnés d’un clavier d’enfant, d’un Ipod et de quelques accessoires. Et c’est parti. Que le spectacle commence !

dans
Parmi la centaine de romans policiers parus dans la collection du Poulpe, Didier Ruiz, le metteur en scène, en a choisi deux, dont celui-ci, présenté en ce mois d’août, "D’amour et dope fraîche" de Caryl Férey et Sophie Couronne, une sombre affaire de double meurtre survenu entre Paris et les Pyrénées françaises.
 
En cure de thalassothérapie à Font-Romeu, Gabriel Lecouvreur, alias le Poulpe, est témoin d’un étrange suicide. Lors d'une promenade en montagne, il voit passer un grand noir nu qui court comme si le diable était à ses trousses et assiste impuissant à sa chute dans un profond ravin. Intrigué, notre détective amateur mène l’enquête et apprend qu’à quelques kilomètres de là se trouve un centre d'entraînement pour sportifs de haut niveau se préparant pour les prochains Jeux olympiques. 
À Paris, Cheryl, coiffeuse de son état et fiancée du Poulpe, enquête, elle, sur la mort suspecte de sa stagiaire, qui pourrait être une nouvelle victime d’un gang de malfrats adeptes de la drogue du violeur. 
 
Par quel stupéfiant hasard, les deux histoires se rejoindront-elles ? Les spectateurs devront pour le savoir assister aux prochains épisodes ! Car c’est le principe de ces courtes pièces (30 minutes par épisode) présentées tout l’été dans deux salles parisiennes, aux Métallos en juillet, au Lucernaire près du jardin du Luxembourg en août. 
Pour Didier Ruiz, le metteur en scène, l’idée était de retrouver l’esprit du feuilleton radiophonique d’antan. "Ces feuilletons s’écoutaient à plusieurs, l’oreille collée au poste de radio. On y trouvait le plaisir du conte et celui du suspense policier à travers un héros récurrent, ici le Poulpe. L’Apéro-Polar, c’est revenir au charme du feuilleton radio, accepter la frustration de rester sur sa faim jusqu’à l’épisode suivant, et au besoin de se faire raconter l’épisode précédent par sa voisine…"

Sur la scène du Luvernaire - ©TV5MONDE
Sur la scène du Luvernaire - ©TV5MONDE
A coeur joie
 
Et ça marche ! Très bien même. A la fin de la représentation, tous de se demander s’il reste des places pour le lendemain, et seras-tu libre pour y aller, ma chérie… Car la série, ainsi mise en scène, est addictive ! Les comédiens s’en donnent à cœur joie dans les mimiques, les outrances de leurs personnages (ils n’en manquent pas !) et l’utilisation facétieuse d’accessoires qui confinent au ridicule. La représentation D’amour et dope fraîche s’achève ainsi par l’étalage d’un minuscule bestiaire en plastique, chaque personnage de l’histoire étant qualifié d’un surnom de bipède, lequel est aussitôt brandi format miniature par le narrateur et posé sur la table aux côtés de ses congénères.
  
Une interprétation ludique qu’adorent les comédiens, deux couples d’interprètes jouant en alternance selon jours pairs et impairs. Myriam Assouline était ce soir-là l’incandescente Cheryl. "C’est très jouissif. Didier le metteur en scène nous a laissé beaucoup de liberté pour l’interprétation des personnages. Seule exigence : que ce soit juste. Les moments graves alternent avec les moments drôles. Il faut savoir doser mais l’outrance sert aussi le propos."

Un céphalopode très libertaire.
 
Une outrance voulue par le créateur de la série, Jean-Bernard Pouy, surnommé le Papy du polar. Ce drôle d’animal littéraire, volontiers anar, partisan de l’Oulipo, l’Ouvroir de littérature potentielle, a créé la série en 1995 autour de contraintes rédactionnelles, fidèle en cela à l’esprit de son cher Oulipo. 
Impératifs : chaque roman doit comprendre deux héros, le Poulpe et Cheryl, qui seront entourés des mêmes personnages récurrents, comme Gérard et sa femme Maria, les patrons du bar restaurant "le Pied de Porc à la Sainte-Scolasse", QG du Poulpe. 
Il y aura  aussi Pedro le catalan, naguère combattant anti-franquiste ; anarchiste et ancien imprimeur, il fournit au Poulpe armes et faux-papiers. Mais aussi Vergeat, membre RG et ennemi intime de Lecouvreur, même s’il lui rend service à l'occasion. Son nom se lit Javert en verlan, clin d'œil au Javert des Misérables de Victor Hugo.
 
L’ambition de la série Le Poulpe était de renouer avec une littérature populaire de qualité, reprenant les codes du roman-feuilleton, couvertures illustrées, jeux de mots... 
Une centaine de polars sont sortis comme prévu, tous d’un auteur différent, le premier et le dernier devant être écrit par J.B. Pouy. Mais contre toute attente, le dernier n’a pas encore vu le jour. La série a survécu aux multiples péripéties, si fréquentes dans l’édition, vécues par les éditions Baleine. La série Le Poulpe aujourd’hui dirigée par Gwenaëlle Denoyers, continue son bonhomme de chemin.
 
Apéro-Polar, à déguster sans modération.
 
Dans Apéro-Polar, il y a aussi apéro, une dimension conviviale cher à Didier Ruiz. Originaire du Sud de la France, bien connu pour ses terroirs viticoles, le metteur en scène a élu des théâtres permettant d’associer mise en images et libations. 
L’un des lieux de représentation précédents, l’Espace 1789 à Saint-Ouen, en banlieue parisienne, accueillait même les Apéros-polar dans son espace-bar, pour une application très littérale du titre ! Au Lucernaire, c’est dans la haut perchée salle du Paradis qu’ont lieu les représentations. Et ce sont des cintres que tombent à l’entracte les dives bouteilles pour un réjouissant moment de libation partagé entre auditeurs. Ainsi se boucle la boucle, l’esprit frondeur et épicurien du Poulpe et de ses comparses rejoignant la convivialité des radio-feuilletons d’antan.

Apéro-Polar : une tranche de poulpe autour d’un verre

Au Le Théâtre du Lucernaire à Paris jusqu’au 31 août 2013 du mardi au samedi à 19h. 
Jours pairs : épisodes 1 et 2 / Jours impairs : épisodes 3 et 4
1ère soirée à 25€ = 2ème soirée à 10€