Info

Togo : à Lomé et Sokodé, contre Gnassingbe, les manifestants ne lâchent rien

Togo, nouvelles manifestations à Lomé et Sokodé

Ce mardi, le face à face restait tendu entre l'opposition et le pouvoir dans les rues de Lomé, la capitale, et de Sokodé dans le centre du pays. Les manifestations avaient pourtant été interdites.

dans

C'est du quartier de Bè, fief historique de l'opposition dans la capitale que devait partir la manifestation. Malgré son interdiction, des hommes, et quelques femmes, sont dans la rue. La police aussi, et en force : "ils ont des armes, ils ont des gaz lacrymogènes. Nous, on n'a que des pierres pour les faire fuir", raconte un manifestant.

Les manifestants racontent aussi que des hommes cagoulés, qu'ils appellent "les miliciens", circulent en pick-up, et sèment la terreur dans le quartier.
Des jeunes dressent des barricades, pour couper la route à tout véhicule. Les forces de l'ordre déblaient mollement, ou délèguent la corvée.

Mais les manifestants recommencent. Malgré la violence qui s'abat sur eux, hors de question d'abandonner la rue.

Nous manifestons aujourd'hui pour montrer notre colère. Nous disons que 50 ans au pouvoir pour une seule famille, un seul régime, ça suffit.Un manifestant à Lomé

Pour un autre manifestant dans la capitale, "c'est le peuple qui décide. Nous, on décide que Faure n'a qu'à quitter le pouvoir. Le mandat qu'il a fait, ça suffit comme ça. On n'a rien à foutre avec lui"

L'opposition organise des marches régulières depuis plus de 2 mois, contre le pouvoir. Elle continue et maintient son appel pour ce jeudi, et pour tous les jours suivants malgré les interdictions.

Dans la ville de Sokodé, plus au nord, bastion du parti de l'opposition, le PNP, de mêmes violences ont eu lieu ce mercredi. Des témoins décrivent des expéditions punitives chez des particuliers pour décourager tous ceux, qui auraient été tentés de manifester.