Tunisie : désillusion et colère de la population

Tunisie reportage Kram
©Reportage de R. Mathlouti, L.Gaillardon

La contestation sociale croît en Tunisie depuis la mort d'une jeune chômeur à Kasserine. Les revendications sont les mêmes qu'en 2011, la population demande plus de travail. Reportage de notre correspondante Rim Mathlouti au Kram, une ville près de Tunis.

dans
Un couvre-feu nocturne de 20h à 5h a été décrété vendredi 22 janvier dans toute la Tunisie, après plusieurs jours d'une contestation sociale inédite par son ampleur et sa durée depuis la révolution de 2011.
 

Cinq ans après le renversement du régime de Zine El Abidine Ben Ali, des manifestations contre la misère et pour la justice sociale ont débuté dans la région défavorisée de Kasserine (centre) à la suite du décès samedi 16 janvier d'un jeune chômeur.

Le mouvement s'est propagé ces derniers jours à de nombreuses autres villes et a notamment été marqué la nuit dernière par des violences dans le Grand Tunis.

Notre correspondante Rim Mathlouti s'est rendue à Kram, une ville près de la capitale tunisienne. Elle y a rencontré des Tunisiens déçus par la révolution dans laquelle ils avaient placé des espoirs de changement. Aujourd'hui, ils ne voient aucune mesure de prise pour remédier à la misère sociale qui ronge le pays.