Turquie : des militants d'Amnesty International détenus en prison

Turquie/Amnesty Inter
©TV5MONDE/M.Vallaud

Un tribunal turc a décidé mardi 18 juillet 2017 de maintenir en prison six militants des droits humains, dont la directrice d'Amnesty International en Turquie, a annoncé l'ONG, dénonçant un "simulacre de justice".

dans

Huit militants turcs des droits humains, dont la directrice d'Amnesty pour la Turquie, Idil Eser, ont été arrêtés le 5 juillet, aux côtés de deux formateurs, un Suédois et un Allemand.

"Six d'entre eux ont été placés en détention et quatre autres relâchés sous contrôle judiciaire", a déclaré à l'AFP Andrew Gardner, chercheur spécialiste de la Turquie à Amnesty. "Ils sont accusés de commettre un crime au nom d'une organisation terroriste, sans en faire partie", a-t-il ajouté, qualifiant la décision de "choquant simulacre de justice".

L'expression "organisation terroriste" désigne le plus souvent pour les autorités turques les partisans du prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'avoir fomenté le putsch manqué de 15 juillet 2016, ou les séparatistes kurdes du PKK.

Les deux formateurs étrangers, qui étaient en Turquie pour animer un atelier numérique, figurent parmi les personnes maintenues en détention. Il s'agissait, selon Amnesty, d'un atelier de routine sur les droits humains comme l'ONG en organise régulièrement partout dans le monde.

"Ce que nous avons appris aujourd'hui, c'est que défendre les droits de l'Homme est devenu un crime en Turquie", a déclaré M. Gardner. "Après cette décision, aucun de ceux qui défendent les droits de l'Homme en Turquie, que ce soit Amnesty International ou d'autres organisations, n'est en sécurité dans ce pays", a-t-il ajouté.

Les dix militants avaient été présentés lundi à un procureur pour la première fois depuis leur interpellation. Celle-ci est survenue dans un contexte de purges massives depuis la tentative de coup d'Etat. Plus de 50 000 personnes, dont des opposants du président Recep Tayyip Erdogan, des membres d'ONG et des journalistes ont été arrêtés.

La semaine dernière, M. Erdogan avait publiquement accusé les militants arrêtés de mener des activités s'inscrivant "dans la continuité du (putsch du) 15 juillet", sans autre précision.

L'interpellation des militants des droits humains a suscité l'inquiétude des partenaires occidentaux d'Ankara. Le Conseil de l'Europe, dont fait partie la Turquie, a ainsi exigé leur libération "immédiate".