Turquie : le printemps place Taksim

Mobilisation pour le Gezi Parki sur Twitter
Mobilisation pour le Gezi Parki sur Twitter

Tout a commencé avec la grogne soulevée, à Istanbul, par un projet d’aménagement urbain sacrifiant un parc en plein centre-ville. Lundi dernier, 27 mai, l’apparition des premiers bulldozers annonçait les premiers incidents entre manifestants et la police. En quelques jours, la grogne s'est étendue à toute la Turquie. Pour Mine Kirikkanat, journaliste et écrivaine turque établie à Istanbul, elle exprime un ras-le-bol qui ne date pas d’hier.

dans
Dans la touffeur de la nuit, des milliers de Stambouliotes, à leurs fenêtres ouvertes, les yeux brûlants des relents de gaz lacrymogènes, tapent sur des casseroles en signe de protestation. "C’est ainsi que le peuple exprimait son désaccord à l’époque ottomane, explique Mine Kirikkanat. Quand il ne voulait plus du sultan, il tapait sur des casseroles." Et puis au petit matin, en ce samedi 1er juin 2013, des milliers de Turcs se sont mis à marcher sur le Parlement à Ankara. "Le feu révolutionnaire est allumé," témoigne la journaliste turque établie à Istanbul.

Istanbul, certes, n’est pas la Turquie, mais la métropole sur le Bosphore a ceci de particulier que sa population reflète parfaitement celle de l’ensemble du pays : on y trouve la même proportion de Kurdes, de nationalistes, de laïcs, d’alévis, etc. Une représentativité à 100 %, que corroborent les résultats des élections et qu'illustre aussi la protestation qui enfle aujourd’hui aux quatre coins du pays. A Izmir, à Ankara, à Antalya et dans toutes les grandes villes du pays, les protestataires se rassemblent et affrontent la police. Mais c’est place Taksim, à Istanbul, à deux pas du Gezi Parki, que la grogne acquiert toute sa dimension historique.

La place Taksim : symbole de la résistance


Vaste espace pollué et sans charme aux allures d’esplanade soviétique, la place Taksim, au coeur de l'Istanbul européenne, grouille de vie jour et nuit. Plusieurs grandes artères conduisant aux grands quartiers de la métropole convergent vers cette plaque tournante des transports en commun. Au-delà de sa fonction essentielle dans le tissu urbain, la place Taksim a une valeur hautement symbolique dans l’histoire sociale, syndicale et politique en Turquie. "Il y a du sang sur cette place, le sang des gauchistes, des jeunes, des résistants à toutes sortes de despotismes, aussi bien militaire que civil, raconte avec émotion Mine Kirikkanat. Et Erdogan sait parfaitement ce que représente ce lieu pour tous les Turcs, et pas seulement pour les Stambouliotes." Pourtant, les autorités persistent à vouloir bétonner ses derniers îlots de verdure. "Voici un an que les habitants du quartier se mobilisent pour sauver les quelques arbres qui donnent de l’ombre à ceux qui n’en peuvent plus du béton," explique la journaliste, qui réside non loin de la place Taksim. "Peu à peu, le petit jardin public est devenu le symbole de la résistance à Erdogan."

Du projet d'urbanisation à la contestation politique

01.06.2013Commentaires de Damien Coquet
Turquie : le printemps place Taksim


Une révolution pour un jardin public ?


En Turquie, comme ailleurs, les révoltes populaires partent rarement d’une revendication politique, mais plutôt d’une accumulation de frustrations au quotidien. Un jour, un match de foot qui dégénère, un concert annulé, une restriction de trop… et voilà qu'explose l’indignation qui couve.

Depuis plus de dix ans qu’il est à la tête du gouvernement, Recep Erdogan mène une politique autoritaire résolument islamo-conservatrice, qui pèse à une partie de la population. "Il se mêle de tout, s’indigne Mine Kirikkanat. Il se mêle de la gestion des villes, il se mêle de la longueur des jupes des femmes. Il se mêle de nos vagins, comme disent les féministesChaque jour, le gouvernement interdit quelque chose. C’est Erdogan, qu'on appelle le ‘sultan’, qui a fait pression sur la municipalité, où son parti est majoritaire, pour qu'elle adopte le plan d'aménagement urbain qui signe l'arrêt de mort du Gezi Parki."

La goutte d'eau qui fait déborder le vase


Au début de la semaine, la limitation de la consommation d’alcool a été la goutte qui a fait déborder le vase. Dorénavant, à partir de 22h00, les commerces ne peuvent plus vendre d’alcool ; il est désormais interdit de boire dans la rue – les terrasses ont disparu du quartier animé de Beyoglu, à Istanbul - ou d’exposer des bouteilles dans les vitrines des magasins d’alcool de tout le pays. Le Premier ministre Erdogan affirme publiquement que l’alcool est contraire au Coran et suggère avec ironie de remplacer la bière par de l’ayran (lait caillé).

Or la moitié de la Turquie est laïque et républicaine. Aujourd’hui, on essaie de la priver de libertés qui constituent son mode de vie depuis près d’un siècle. Ces Turcs-là, ainsi que de nombreux musulmans modérés, n’attendent qu’un signal, depuis plusieurs mois déjà, pour laisser libre cours à leur colère. Et pourtant, fidèle à son inflexibilité, Recep Erdogan ne recule devant aucune protestation. Ce 1er juin, il a encore réaffirmé sa fermeté face aux protestataires.

 
Voici déjà quelques jours, les protestataires turcs faisaient un clin d’œil aux indignés du monde entier en lançant sur Twitter les mots clés #occupy gezi, #occupy taksim ou #direngeziparki. Aujourd'hui, ils sont suivis par des milliers de personnes en Turquie, bien sûr, mais aussi sur tous les continents. Leur cause est devenue un sujet numéro 1 sur Twitter, si bien que beaucoup de gens qui, d’ordinaire, ne suivent pas du tout ce genre de thématique, ont fini par s’y intéresser.

"Il y a des rumeurs de blessés, de morts, et des témoignages de gens qui ont vu les militaires donner leur masque à gaz aux manifestants. Soutenus par les "occupy" et les "indignés" portugais, grecs, espagnols et du monde entier, les manifestants ont suscité une grosse vague de solidarité. Aidons les à porter la lutte le plus loin possible !" appelle Ben Borges, représentant du mouvement des Indignés d’Europe.

“Ils ont touché à la douceur de vivre“


Peut-on d’ores et déjà parler d’un "printemps turc", à l’image des "printemps arabes" ? "Pour l’instant, les revendications restent innocentes, essentiellement humaines. Les épiciers veulent à nouveau pouvoir vendre de l’alcool pour gagner leur vie, les gens veulent à nouveau profiter d’une terrasse à Beyoglu… Ils veulent retrouver la douceur de vivre," témoigne Mine Kirikkanat depuis Istanbul. Et si les slogans, peu à peu, se politisent, les manifestants ne sont pas armés. Ils sont jeunes et beaux, et ils entraînent la population dans leur sillage. Ils sont en colère, mais demeurent très pacifiques. Reste que, en Turquie, 17 millions de civils sont armés, et que tout peut basculer dans la violence d’une minute à l’autre.

Pourtant la contestation en Turquie se distingue des révoltes arabes sur un point essentiel : "Les Arabes réclamaient des libertés qu’ils n’ont jamais eues. Les Turcs réclament des libertés qu’ils avaient, mais qu’ils ont perdues. C’est plutôt une contre-révolution qui se prépare," conclut Mine Kirikkanat.

Gezi Park doit disparaître

Ilot de verdure au milieu de l'immense place Taksim, au coeur de l'Istanbul européenne, ce petit parc, dont le nom signifie "promenade", fera place à la reconstitution "historique" d’une ancienne caserne militaire démolie en 1940. Elle accueillera des magasins, des cafés, mais aussi des espaces culturels et un centre commercial. Ces transformations font partie d’un vaste projet de transformation du quartier lancé en novembre 2012. Il vise, entre autres, à aménager une vaste zone piétonne à Taksim

Le 3ème pont du Bosphore

En toile de fond de la révolte à Gezi Parki, la première pierre d'un nouveau pont sur le Bosphore vient d'être posée, attisant l'indignation des Turcs. Plus de 1,5 million d’arbres doivent être abattus pour réaliser ce chantier - soit toute une forêt en périphérie nord de la ville, le dernier poumon vert de la métropole. Et cela pour un pont qui portera le nom de Yavus Selim Sultan, en l'honneur d'un sultan du 17e siècle qui fit massacrer 40 000 alévis en Anatolie. Aujourd'hui, les alévis, qui représentent un quart de la population turque, ont reçu cette décision comme une gifle.
Un 3e pont pour décongestionner la circulation entre la rive asiatique et les quartiers européens d'Istanbul.
Un 3e pont pour décongestionner la circulation entre la rive asiatique et les quartiers européens d'Istanbul.