TV5Monde : une cyberattaque inquiétante

L'entrée de TV5Monde, avenue de Wagram à Paris
L'entrée de TV5Monde, avenue de Wagram à Paris
(Liliane Charrier-TV5monde)

Après la consternation, la cyberattaque subie par TV5Monde jette le trouble au sein de la presse mondiale. Par son ampleur,  cette agression informatique augure d'une nouvelle facette de la menace  terroriste. Et tous les médias sont concernés.

dans

La France est-elle rentrée dans une guerre d'un nouveau genre ? A lire les titres de la presse, il n'y a guère de doute. Certes, la cyberattaque ne tue pas mais sa nuisance n'en n'est pas moins redoutable. L'impact médiatique s'avère considérable.

"Le cyberterrorisme n'en est sans doute qu'à ses balbutiements. L'attentat numérique contre TV5 Monde doit être considéré comme un avertissement sans trop de frais de la capacité de nuisance des groupes terroristes", prévient Dominique Garraud, pour "La Charente Libre".

"Entrer ainsi dans la place, c'est nous dire que rien n'est impossible", observe Bernard Stéphan ("La Montagne"). C'est une "alerte" estime Philippe Gélie ("Le Figaro") qui "nous invite à combler les failles de nos systèmes informatiques les plus sensibles."

Philippe Gélie, dans "Le Figaro", de constater avec une certaine inquiétude : "On se perd en conjectures sur la puissance de cette hydre terroriste capable de mener une guerre totale sur tant de fronts, en combinant tant de méthodes."

Pour les éditorialistes cet "acte terroriste d'une très grande ampleur", selon les termes de Jean-Christophe Ploquin, dans "La Croix", doit donc être pris au sérieux.


Dans "Le Temps", quotidien suisse de référence, Etienne Dubuis mise sur une certaine prudence. Il écrit : "Les liens entre ces pirates et le commandement central de l’Etat islamique sont difficiles à déterminer. En retenant l’hypothèse qu’ils existent, et que l’attaque n’a pas été conduite par des hackers «déguisés» en djihadistes, ils peuvent être relativement lâches. L’organisation combattante a diffusé peu avant l’événement une vidéo qui glorifiait les «chevaliers des médias» et leur demandait d’intensifier le cyberdjihad. Mais il n’y a pas eu forcément un ordre précis venu d’en haut. L’attaque de TV5Monde peut aussi s’expliquer par une simple relation de connivence et une volonté commune de frapper l’Occident sur tous les fronts."

(capture écran)

“Internet est le talon d’Achille de l’Occident”, titre Die Welt après l’attaque informatique dont ont été victimes la chaîne, le site web et les comptes Twitter et Facebook de TV5 Monde le 8 avril au soir. L’attaque inédite, aussitôt classée dans le “cyberdjihad” et revendiquée par le groupe islamiste CyberCaliphate, fait la une de plusieurs journaux outre-Rhin.

Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, le piratage illustre “que la confrontation avec l’organisation Etat islamique [(EI) ou son acronyme arabe Daech] ne se limite plus à la guerre conventionnelle dans le monde arabe, mais devient virtuelle chez nous”.

Les terroristes ont beau avoir des valeurs archaïques, ils sont bien entrés dans l’époque moderne, note le quotidien de Francfort. Et, “en choisissant cette chaîne de télévision, Daech révèle ce qu’elle craint : la force d’attraction du monde libre”.