Ukraine, le test démocratique

Les Ukrainiens élisent leurs députés ce dimanche. Un scrutin sous haute surveillance. Le pouvoir promet de respecter le jeu démocratique mais l'opposition dénonce déjà la corruption des candidats, celle des électeurs et aussi la fraude à venir lors du décompte des voix.

dans
28.10.2012
Article actualisé le 29 octobre 2012 à 14h00 avec les premiers résultats.

C'est le premier grand scrutin depuis l'arrivée au pouvoir en 2010 du président Viktor Ianoukovitch. Les Ukrainiens doivent élire, ce dimanche 28 octobre, les 450 députés du Parlement à l'issue d'une campagne qui s'est déroulée en l'absence de l'ex-première ministre Ioulia Timochenko, emprisonnée depuis août 2011 et condamnée à sept ans de prison.

Néanmoins son parti participe à ce scrutin au sein d'une alliance de partis d'opposition appelée Batkivchtchina (Patrie) et conduite par l'ancien président du Parlement Arseni Iatseniouk.

De son côté, le premier ministre Mykola Azarov, tête de liste du parti au pouvoir, a appelé les Ukrainiens à voter pour le Parti des régions, « car c'est un parti de gens d'action et pas un parti de bavards ». Au total, cinq partis se disputent les sièges du prochain Parlement : le parti au pouvoir qui part favori, l'alliance de l'opposition, le parti d'opposition mené par le boxeur Vitali Klitschko, les communistes et le parti nationaliste Svoboda.

Le premier ministre a assuré vendredi que tout risque de fraude était exclu après l'installation par les autorités, à l'exemple de la Russie, de web caméras dans les bureaux de vote.

Les États-Unis et l'Union européenne ont exhorté Kiev à « mettre fin » à la pratique de la distribution par des candidats d'argent ou de biens matériels en échange de voix.

Fin 2004, des fraudes électorales massives lors de la présidentielle avaient déjà provoqué la révolution orange, un soulèvement pacifique sans précédent dans ce pays, qui a contribué à l'annulation par la justice de la "victoire" électorale de M. Ianoukovitch portant au pouvoir un opposant pro-occidental. A la veille des législatives de 2012, une cour de Kiev a toutefois interdit tout rassemblement public dans le centre-ville, sauf pour des événements organisés par l'Etat, et ce jusqu'au 12 novembre, a rapporté un mouvement d'opposition, cité par Interfax.

Les candidats aux urnes

28.10.2012Récit de Reza Pounewatchy
Les candidats aux urnes

L'opposition dénonce déjà des irrégularités

28.10.2012Récit Amandine Sellier
L'opposition dénonce déjà des irrégularités

Un scrutin sous surveillance internationale

27.10.2012Reportage Radio Canada
Deux jours avant le scrutin, plus de 3 700 observateurs étrangers sont arrivés en Ukraine, représentant 28 pays et 35 organisations non gouvernementales internationales. Par mis eux, de très nombreux Canadiens.




 
Un scrutin sous surveillance internationale

Les premiers résultats

29.10.2012Commentaire : S.Trouillard, Montage : L.Perron
Les premiers résultats