“Un mercenaire d’Al Assad m’a tiré dessus, je ne sais même pas pourquoi.“

dans

“Un mercenaire d’Al Assad m’a tiré dessus, je ne sais même pas pourquoi.“

Abou, 23 ans, de Homs : "Je marchais dans la rue et un "Chabbiha", un mercenaire d’Al Assad m’a tiré dessus, je ne sais même pas pourquoi. Ça arrive très souvent. Je me suis retrouvé sur le trottoir, ayant perdu connaissance. Puis deux amis ont voulu m’aider et ont leur a tiré dessus. Un soldat de l’Armée syrienne libre m’a alors emmené jusqu’à la frontière libanaise en empruntant des chemins de traverse. C’est très dangereux car l’armée d’Al Assad a miné toute la frontière pour nous empêcher de fuir. Il y a aussi beaucoup de soldats iraniens. On les repère car ils ne parlent pas notre langue. Al Assad est tellement en train de s'affaiblir qu’il a demandé le renfort de soldats russes et iraniens. Je peux vous le certifier".

Au dessus de sa tête est accroché le nouveau drapeau syrien, comme dans beaucoup d’autres chambres de cet hôpital.