Un ressortissant chinois tué par la police à Paris: colère de Pékin

©captured'écran/Facebook

La mort d'un Chinois de 56 ans, victime dimanche 26 mars 2017 à Paris du tir d'un policier, a provoqué des heurts et l'indignation de la communauté chinoise de la capitale française, ainsi qu'une vive protestation de Pékin. La Chine exige que Paris fasse "toute la lumière sur cette affaire".

 

dans
La Chine a demandé mardi à la France de garantir "la sécurité et les droits" de ses ressortissants et "exigé" que Paris fasse "toute la lumière sur cette affaire". La sécurité des ressortissants chinois est "une priorité des autorités françaises", a répondu le ministère français des Affaires étrangères.
 

Lundi 27 mars 2017, environ 150 personnes se sont réunies devant la préfecture du 19ème arrondisssement de Paris pour protester. Le rassemblement a dégénéré. Des projectiles ont visé les forces de l'ordre, une voiture de police et trois autres véhicules ont été incendiées, et trois policiers ont été légèrement blessés. Trente-cinq personnes ont été interpellées.

Ici une vidéo amateur publiée sur la page Facebook "Chinois en France".

 


Ces incidents sont survenus 24H après la mort d'un père de famille chinois atteint par le tir de riposte d'un policier alors qu'un de ses collègues était agressé avec des ciseaux par la victime, chez elle, selon la police.

Selon une source proche de l'enquête, "un voisin avait appelé la police pour signaler la présence d'un homme se déplaçant dans les parties communes avec un couteau à la main". Quand les policiers "sont arrivés en bas de la résidence, ils ont vu la future victime sur le balcon qui les invectivait", a ajouté cette source. Selon le récit des policiers, "une fois devant la porte, ils ont eu une inquiétude car ils entendaient des cris et des pleurs d'enfants dans l'appartement", a-t-elle précisé.

"Dès l'ouverture de la porte", un homme s'est précipité pour agresser l'un des fonctionnaires, a expliqué à l'AFP une source policière, évoquant "un différend familial". L'homme "a planté les ciseaux dans le thorax du policier, les ciseaux ont ripé sur son gilet de protection et le fonctionnaire a été blessé à l'aisselle", a précisé une autre source policière.

L'un de ses collègues a alors ouvert le feu, pour le protéger, blessant mortellement le père de famille.
                  

Versions divergentes               

Une version contestée par les proches du défunt. Pour l'avocat de la famille, "les conditions d'une bavure policière sont réunies". "Au regard des éléments objectifs du dossier, nous envisageons de porter plainte", a-t-il déclaré à l'AFP, se posant notamment "la question de la proportionnalité" du tir policier effectué selon lui "sans sommation".
Mais pour la famille du défunt, le quinquagénaire "n'a blessé personne", a déclaré à l'AFP Me Calvin Job.
Ce soir-là, "un voisin a appelé la police en disant qu'il y avait des cris", mais il n'y a eu "aucun différend familial", a-t-il ajouté. L'homme, qui se trouvait avec ses enfants était "en train de tailler des poissons avec des ciseaux", selon lui.

Les "enfants étaient dans l'appartement, mais aucun n'a été témoin des faits", a souligné une source proche de l'enquête. Pourtant, sur la page Facebook de Chinois en France, les filles de la victime donnent une toute autre version, et affirment avoir été témoin de ce qui s'est passé.

"Les policiers ont ouvert de force la porte de l'appartement, ce qui l'a propulsé vers l'arrière", selon l'avocat. Le père de famille n'a "porté aucun coup" et "ne s'est pas précipité" sur les policiers, a-t-il affirmé. Selon lui, ce père de 5 enfants "parlait très peu le français". Il avait séjourné à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police en février 2012 après un précédent appel des voisins pour trouble de voisinage, mais "il n'avait pas d'antécédents psychiatriques majeurs".