Valérie Hoffenberg, candidate UMP

Candidate UMP - parti de droite d'où est issu Nicolas Sarkozy, le précédent président de la République battu en 2012 par François Hollande - Valérie Hoffenberg fait de son opposition aux socialistes un argument de campagne. Elle accuse le parti au pouvoir d'avoir injustement stigmatisé et taxé les Français de l'étranger. La candidate met en avant sa proximité avec les électeurs de la 8e circonscription.

dans
Qui êtes-vous ?

Je suis avant tout une femme de conviction et qui s’est engagée en politique pour défendre des valeurs. Une femme de terrain qui croit au lien personnel et qui souhaite apporter des réponses concrètes aux Français de la 8ème circonscription. Une femme qui croit que faire de la politique c’est avant tout être au service des Français et vouloir participer à la construction d’un avenir commun.

Née à Marseille je suis une fille de la Méditerranée très attachée à ma circonscription. Mon parcours est le fruit de nombreuses expériences complémentaires. Chef d’entreprise, présidente d’association, élue locale et ancienne représentante de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient. J'ai également travaillé sur les questions économiques et environnementales dans le cadre de ma mission à l'Union  pour la Méditerranée. Je crois aux projets concrets pour fédérer les bonnes volontés.

Pourquoi voulez-vous être députée des Français établis hors de France ?


Cette décision s’inscrit dans la cohérence de mon parcours. Une partie de ma famille réside dans cette circonscription dont je connais les enjeux, les forces et les faiblesses. Je suis profondément attachée à la fois à la culture, aux valeurs et aux Français qui y habitent.

Alors que l’Europe traverse une crise sans précédent l’avenir de l’Europe se joue dans les pays de cette circonscription. En tant que députée, je souhaite à la fois défendre et valoriser des parcours individuels, ceux des Français qui résident hors de France mais aussi permettre de mieux faire connaître cette Europe du sud au sein de l’Assemblée nationale. Les députés français ont parfois une vision trop hexagonale, je veux être la porte-parole de tous les Français de cette circonscription.

Sur quelles problématiques faites-vous campagne ?


Les Français de l’étranger ont été injustement stigmatisés et taxés par un gouvernement socialiste qui n’a rien compris à leur réalité quotidienne. Avec l’UMP, nous nous opposerons à toute nouvelle taxation.

Ma deuxième priorité est l’accès à l’éducation. Le statut de notre réseau d’enseignement français à l’étranger doit être totalement revu. Je souhaite présenter une proposition de loi sur le modèle de l’autonomie des universités qui permettra un financement par le privé des établissements scolaires à l’étranger afin de mettre fin à cette inflation inacceptable des frais de scolarité qui crée des drames au sein des familles de Français qui ne peuvent plus continuer à offrir une éducation française à leurs enfants.

Je serai aussi extrêmement vigilante sur toutes les questions concernant l’accès aux soins et aux retraites.

Enfin, je sais que les Français attendent des progrès sur la reconnaissance des diplômes. Ayant entendu leur mécontentement, je souhaite agir pour :
-    Rendre l’éducation française accessible pour tous, en compensant la suppression de la Prise en charge des frais de scolarité (PEC) et la diminution de 15 millions d’euros du budget par une réelle augmentation du budget alloué pour les bourses ;
-    Faciliter la reconnaissance des diplômes ;
-    Encourager la compétitivité des entreprises françaises, en empêchant le gouvernement socialiste de multiplier les taxes ;
-    Obtenir une égalité de fiscalité entre les Français établis sur le territoire et ceux de l’étranger ;
-    Empêcher une nouvelle taxe sur les revenus immobiliers des Français de l'étranger, qui a pour seul objectif de financer la CRDS et la CSG, prestations auxquelles les Français de l’étranger n’ont pas droit ;
-    Soutenir les personnes en difficulté, et en priorité les retraités, en luttant contre les ponctions qui leur sont imposées par le gouvernement socialiste ;
-    Exiger que les Français de l’étranger aient la même sécurité sociale que les Français établis sur le territoire ;
-    Financer des projets concrets sur la circonscription, à l’aide de la réserve parlementaire.


Le site de campagne de Valérie Hoffenberg