Venezuela : le président Maduro dénonce "une attaque terroriste" contre la Cour suprême

jet grenade hélicoptère venezuela
©Récit de M. Damoy

A Caracas, un hélicoptère de la police a lancé, mardi 26 juin 2017, deux grenades sur le siège de la Cour suprême et a ouvert le feu contre le ministère de l'Intérieur. De son côté, le président Nicolas Maduro au coeur d'une crise politique dans le pays depuis des mois, dénonce une "attaque terroriste". 

dans

Pour le président vénézuélien, il s'agit d'une "attaque terroriste". Mardi 26 Juin, un hélicoptère de la police a lancé des grenades à Caracas contre le siège de la Cour suprême et a ouvert le feu contre le ministère de l'Intérieur.

Le chef de l'Etat, confronté depuis le 1er avril à une vague de manifestations pour exiger son départ, a affirmé que cette attaque faisait partie d'une campagne contre lui de la droite soutenue par les Etats-Unis. Ces manifestations, au cours desquelles 76 personnes ont déjà perdu la vie, devaient se poursuivre mercredi.

"J'ai activé toutes les Forces armées pour défendre l'ordre. Nous allons saisir très vite l'hélicoptère et ceux qui ont réalisé cette attaque terroriste", a déclaré le président socialiste lors de la célébration de la Journée du journaliste au palais présidentiel de Miraflores.

Les alentours du palais étaient gardés par une forte présence policière ainsi que par des blindés de l'armée.

Le chef de l’État n'a pas fait état de victimes ni de dégâts. Selon un communiqué de la présidence, quatre grenades "d'origine colombienne et de fabrication israélienne" ont été lancées et 15 coups de feu tirés contre le ministère de l'Intérieur.

La presse locale a diffusé une vidéo montrant un homme qui se présente comme un enquêteur de la police scientifique et qui serait l'un des hommes à bord de l'hélicoptère. Il y déclare combattre "contre la tyrannie". "Président Maduro, nous exigeons que tu démissionnes immédiatement (...) et que des élections générales soient convoquées", déclare l'homme.

"Nous vous demandons de nous accompagner dans ce combat et de sortir dans la rue (...) Notre mission est de vivre au service du peuple", dit encore l'homme dans la vidéo.

Les autorités ont appelé la coalition d'opposition d'Unité démocratique (MUD) et l'Eglise catholique à "condamner résolument ces événements et à se démarquer de la violence".

Mais le MUD n'avait pas réagi en soirée. Un de ses dirigeants, Freddy Guevara, a toutefois estimé dans un tweet qu'"il n'y a pas d'information suffisante sur l'hélicoptère" et a appelé à participer aux nouvelles manifestations de rues convoquées pour mercredi 27 juin.

Un hélicoptère de la police

Une des grenades n'a pas explosé et l'hélicoptère impliqué appartient à la police scientifique du Venezuela, a encore indiqué le président.

"Il y avait au TSJ (la Cour suprême du Venezuela) une réception, ils (les assaillants) auraient pu provoquer une tragédie. Il ont tiré contre le TSJ et survolé le ministère de l'Intérieur et de la Justice. Voilà le genre d'escalade armée que je suis venu dénoncer", a déclaré Nicolas Maduro.

Selon lui, l'hélicoptère était piloté par un homme qui avait été le pilote de son ex-ministre de l'Intérieur et de la Justice, Miguel Rodriguez Torres, un général à la retraite qui a pris ses distances avec le gouvernement. Le président a accusé ce général d'être lié à des préparatifs supposés de coup d’État à son encontre.

Le général Torres --un ancien chef du renseignement de l'ex-président Hugo Chavez (1999-2013)-- avait dans la matinée qualifié de "sottises" les accusations présidentielles sur ses liens supposés avec la CIA américaine.

Le gouvernement a ensuite identifié le pilote comme étant Oscar Perez, un ex-fonctionnaire de la police scientifique.

"Escalade"

Selon le gouvernement, il s'agit d'une "escalade" dans "l'offensive insurrectionnelle d'éléments extrémistes de la droite".

Sur les réseaux sociaux circulaient des photos montrant un hélicoptère survolant Caracas et affichant une pancarte sur laquelle était écrit "350 Libertad", en référence à l'article de la constitution autorisant la déchéance de gouvernements hostiles aux garanties démocratiques.

Cet article de la Constitution est régulièrement invoqué par les opposants du MUD qui exigent le départ du gouvernement et du président. Sur les photos, on peut distinguer deux hommes dans l'hélicoptère, l'un le visage recouvert d'une capuche et l'autre à visage découvert.

Le président Maduro avait averti mardi 26 juin que si le Venezuela "plongeait dans le chaos et la violence, nous irons au combat". "Ce qui n'aura pas pu se faire par les votes, nous le ferons avec les armes", a-t-il déclaré.

Il a en outre demandé à son homologue américain Donald Trump d'"arrêter la folie" de l'opposition qui multiplie les manifestations depuis début avril et qu'il soupçonne de s'être alliée avec Washington pour fomenter un coup d'Etat.

Au parlement, seule institution dominée par l'opposition, une bagarre générale s'est déroulée mardi entre les députés et des militaires, empêchant les députés de quitter l'enceinte jusque vers 22H00.

Et dans ce contexte tendu, la Cour suprême a rejeté mardi un appel interjeté par la procureure générale, Luisa Ortega, chaviste entrée en dissidence, contre le mode d'élection de l'Assemblée constituante dont le président prévoit de faire élire les membres le 30 juillet.