Venezuela : une autre vision de la crise avec le journaliste Maurice Lemoine

Entretien Lemoine

 Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique et spécialiste de l'Amérique latine propose une lecture différente de la crise vénézuélienne. Selon le journaliste, de retour d'un séjour au Venezuela, le traitement médiatique français du conflit reste orienté et partisan. Entretien.

dans

 La crise et les violences au Venezuela sont-elles seulement imputables à Nicolas Maduro ? Maurice Lemoine n'en est pas convaincu et  rappelle que la polarisation politique du pays remonte à la victoire électorale de Hugo Chavez en 1998. L'élection de Maduro, après la mort de Hugo Chavez, n'a pas été acceptée par la droite vénézuelienne.

On a au Venezuela une alliance de la droite et de l'extrême droiteMaurice Lemoine, journaliste spécialiste de l'Amérique Latine

L'opposition, au lendemain de sa victoire aux élections législatives en 2016 se serait donnée six mois pour renverser le président Maduro, pourtant élu démocratiquement, selon Maurice Lemoine. De ce procès en légitimité démocratique de Chavez, puis de Nicolas Maduro, naît un conflit extrêmement dur entre les pouvoirs législatifs et exécutifs, qui a débouché en violence insurectionnelle, selon le spécialiste de l'Amérique latine. La droite vénézuélienne ne ressemble en rien aux droites et mouvements politiques conservateurs des démocraties occidentales. "On a au Venezuela une alliance de la droite et de l'extrême droite" avec une volonté manifeste de déstabiliser politiquement le pays, souligne le journaliste.

Le pétrole en question

Le secteur privé du pays n'a jamais également accepté le role prépondérant de l'Etat dans l'économie depuis l'arrivée de Hugo Chavez au pouvoir, selon Maurice Lemoine. Le Venezuela est le onzième producteur mondial de pétrole. Hugo Chavez et Nicolas Maduro n'ont pas réussi à sortir le pays de sa dépendance aux pétro-dollars qui représentent 96 pour cent des revenus du pays selon l'OPEP pour l'année 2016.

Il y a un sabotage des reseaux de distribution par le secteur privé

La chute brutale des cours du pétrole — divisés par trois en deux ans — a plongé le pays dans une grave crise économique. Le manque de devises a accentué la crise melant recession, inflation et pénuries alimentaires ou de médicaments. La chute des cours n'explique pourtant pas à elle seule ces difficultés selon Maurice Lemoine : "On oublie que lors de l'arrivée au pouvoir de Hugo Chavez, le baril était également au plus bas et il n y'avait pas de queues devant les magazins. Nous sommes aujourd'hui dans une opération de destabilisation économique. Le secteur privé se retourne vers l'Etat pour changer ses bolivar en devises pour pouvoir importer. L'industrie pharmaceutique en 2004 a reçu 608 millions de dollars en 2004 pour pouvoir acheter des médicaments de l'étranger. Il n'y avait pas à l'époque une pénurie de médicaments. En 2014, le secteur a reçu 2,4 milliards de dollars et pourtant il y a une vrai pénurie de médicaments aujourd'hui", indique l'ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique. "Il y a un sabotage des reseaux de distribution par le secteur privé (…) proche idéologiquement de l'opposition", ajoute Maurice Lemoine.

Des victimes des deux côtés 

La critique que l'on peut faire est que des manifestants ont été jugés par des tribunaux militaires

La question de la répression des opposants pose toutefois la question de la nature du pouvoir vénézuélien. L'ONG Foro Penal chiffre à 676 le nombre de prisonniers politiques depuis le début des manifestations en avril. Leopoldo Lopez, fondateur du parti de droite, "Voluntad Popular" a été incarcéré et condamné à 14 ans de prison. Pour le journaliste, "Leopoldo Lopez a été incarcéré pour 14 ans parce qu'en 2014 il a déclenché des manifestations qui ont fait 43 morts et 800 bléssés à l'époque. On peut comprendre que dans un état de droit cet homme ait à faire face à la justice. Les 125 morts de la  vague de violence ne sont pas toutes des victimes de Maduro", explique le jourrnaliste. "Onze policiers et gardes nationaux ont été tués par balles. La critique que l'on peut faire est que des manifestants ont été jugés par des tribunaux militaires", estime le journaliste. La liberté de la presse est-elle respectée au Venezuela ? Maurice Lemoine montre les parutions quotidiennes de journaux d'opposition comme Tal Cual, Zeta ou El Universal… et répond par l'affirmative.