Vent de réformes au Québec : Pauline Marois annonce un premier train de mesures

Quelques heures seulement après avoir prêté serment, Pauline Marois a annoncé une série de mesures  phares. Pour commencer, l'efficace nouvelle Première ministre annule la hausse des frais de scolarité qui avait provoqué des manifestations sans précédent jusqu'en mai 2012.  Autres décisions : l'unique centrale nucléaire du Québec sera fermée et le moratoire sur les gaz de schiste maintenu.

dans

Explications

Explications

Pendant ce temps chez les libéraux...

On s’agite en coulisses pour lancer la course à la direction après la démission de leur chef Jean Charest, qui se réjouit, paraît-il, de la prochaine naissance de son premier petit-enfant. Trois noms pour l’instant circulent, celui de Philippe Couillard, chirurgien cardiaque renommé qui a été ministre de la Santé dans l’un des gouvernements Charest et qui, paraît-il, réfléchit très fort à l’idée de se lancer dans la course, il sonde notamment ses appuis au sein du parti. On parle aussi de l’ex ministre des Finances Raymond Bachand et de Pierre Moreau, un autre ministre du dernier gouvernement Charest.

Sur le bureau du gouvernement

Parmi les premières mesures annoncées, l’annulation de l’augmentation des frais de scolarité, cette mesure qui a mis le feu aux poudres le printemps dernier, et l’organisation d’un sommet sur l’enseignement supérieur, un sommet réclamé par les organisations étudiantes. Geste symbolique s’il en est… 
Ce nouveau gouvernement semble vouloir mettre les bouchées doubles et avoir un programme d’action bien défini, avec quatre priorités clairement énoncées par la première ministre : intégrité, prospérité, identité et solidarité. Pauline Marois promet d’être intraitable en tout ce qui touche à l’éthique. L’arrivée au pouvoir du Parti Québécois, même minoritaire, tourne donc la page sur 9 ans d’ère libérale et fait souffler une brise de changement sur le Québec.