Info

Vidéo - au Chili, Sebastian Pinera remporte la présidentielle

Chili
Commentaire : Stéphane Leroyer, montage : Eric Fersing
©AP Photo/Luis Hidalgo

Le retour de Sebastian Pinera. Quatre ans après un premier mandat, le milliardaire conservateur a remporté le second tour de la présidentielle au Chili. Avec près de 55% des suffrages, il va succéder à Michelle Bachelet et il inflige un revers cinglant à la gauche chilienne.
 

dans
Les sondages les donnaient quasiment à égalité.  Dimanche soir, le candidat de la majorité sortante Alejandro Guillier a très vite reconnu une défaite douloureuse pour son camp. 54,57% des voix pour le conservateur Sebastian Pinera  contre 45,43% à son adversaire. Un score sans appel en effet qui donne désormais a Sebastian Pinera une forte légitimité pour un deuxième mandat à la présidence du Chili.

 

Nous acceptons cette victoire, qui est sans aucun doute une grande victoire, avec humilité et un grand espoir. Avec humilité parce que c'est nécessaire dans la vie et plus particulièrement en tant que président de la république, mais aussi avec espoir et foi qui bougeront les montagnes.

Sebastian Pinera, Président élu du Chili 

Dans un long discours juste après sa victoire, Sebastian Pinera a appelé le Chili  à l'union. Il en aura bien besoin ces quatre prochaines années, car malgré son score, il ne devrait pas disposer d'une forte majorité parlementaire pour ce deuxième mandat.

Le candidat de la droite chilienne, a notamment bénéficé de la division des partis de gauche dont le vote ne semblent pas s'etre reporté sur Alejandro Guillier  au second tour. 

 

Nous devons rénover notre direction, nos actions politiques, écouter davantage les citoyens.

Alejandro Guillier, candidat socialiste à la présidentielle chilienne

La constitution chilienne ne permet pas deux mandats successifs à la tête du pays. 
Il y a quatre ans la présidente socialiste Michelle Bachelet, avait succédé au conservateur Sebastian Pinera à la présidence du Chili.  Ils se retrouveront pour la prochaine passation de pouvoir le 11 mars 2018.

 Lira aussi Beatriz Sanchez, la divine surprise de la gauche radicale chilienne