Vidéo : "Il faut une indignation commune pour dénoncer les crimes de guerre à Alep"

nicolas tenzer
©TV5monde

Le massacre de civils se poursuit dans la ville martyre d'Alep en Syrie. Les appels à la trêve se multiplient, sans résultat. Des voix s'élèvent pour dénoncer les crimes de guerre qui y sont commis, sans suite. Que peut faire la justice internationale, si tant est qu'elle puisse faire quelque chose... Réponse de Nicolas Tenzer, professeur et écrivain.

dans
Nicolas Tenzer président du Cerap (Centre d'études et de reflexion pour l'action politique) a décidé de briser le silence sur la situation à Alep. Dans une tribune publiée début octobre 2016, et reprise par la presse, il donne son analyse. L'écrivain et chercheur français accuse Moscou et Damas de crimes de guerre, et surtout pose la question : "et maintenant ?" .

"C'est une guerre totale, d'extermination. (...) La puissance russe décide de manière délibérée de frapper les civils. Concrètement, c'est à dire, les femmes, les enfants, les vieillards. Les hôpitaux, les secouristes. Il y a un plan de guerre, qui n'est plus décidé seulement à Damas mais à Moscou, qui vise à tuer les gens les uns après les autres", s'insurge-t-il dans le 64'.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki Moon a réclamé l'ouverture d'une enquête pénale internationale, Nicolas Tenzer estime que cela est indispensable. "Mais cela implique des difficultés juridiques considérables, à partir du moment où la Syrie ne reconnait pas la juridiction de la Cour pénale internationale. La Russie, elle, bloquera toute décision du Conseil de sécurité appellant à ouvrir une enquête. Cela peut prendre du temps, et l'on peut craindre que les vrais coupables, les dirigeants de ces deux pays ne soient pas punis", précise-t-il.
 
La première règle est qu’on ne peut pas négocier avec des dirigeants coupables de crime de guerre (...) la deuxième règle est qu’on ne peut tenir de double discours
Nicolas Tenzer (extrait de sa tribune sur le site The conversation)

Spécialiste de philosophie politique, président du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique (CERAP), directeur de la revue Le Banquet, et professeur à Sciences-po, Nicolas Tenzer est l'auteur de nombreux ouvrages, dont le dernier est paru en 2012 La France a besoin des autres (Plon).